ACME
Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018 Capital et eaux glacées : SIAAP : LE DOUBLE LANGAGE DE LA MAIRIE DE PARIS 10/03/2018
           
PRIVATISATION DANS LE MONDE

Privatiser l'eau et l'électricité est un handicap pour les OMD en Afrique.

Les privatisations en série des secteurs de l’électricité et de l’eau en Afrique constituent un handicap à la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), estiment des personnalités politiques et des organisations non gouvernementales (ONG).

Inter Press Service (Johannesburg)



La privatisation de l’eau et de l’électricité dans les pays africains fait surtout l’affaire des compagnies multinationales installées en Europe, mais elle rend plus difficiles les conditions de vie des populations qui continuent de souffrir des

Privatiser l'eau et l'électricité est un handicap pour les OMD en Afrique.
Plusieurs participants ont soutenu cette idée à une conférence organisée par la municipalité de Rome et Inter Press service (IPS), la semaine dernière, et focalisée largement sur les efforts de l’Europe pour aider l’Afrique à réaliser les OMD, de même que le rôle individuel que peuvent jouer les villes des nations riches et la communication.

Alfredo Luigi Mantica , le sous-secrétaire au ministère des Affaires étrangères d’Italie, a déclaré son opposition a toute politique de privatisation des secteurs de l’eau et de l’électricité en Afrique, estimant que les systèmes de privatisation initiés en Europe ne devraient pas être exportés en Afrique où ils ne réussissent pas généralement.

"La privatisation de l’eau et de l’électricité dans les pays africains fait surtout l’affaire des compagnies multinationales installées en Europe, mais elle rend plus difficiles les conditions de vie des populations qui continuent de souffrir des pénuries d’eau et des délestages", a expliqué Mantica. Les secteurs de l’eau et de l’électricité connaissent de plus en plus une gestion privée dans de nombreux pays africains. A cet égard, les intervenants a la réunion de Rome ont beaucoup déploré les conséquences des politiques de privatisation de ces deux secteurs dans la vie quotidienne des populations africaines dont la grande majorité vit sous le seuil de pauvreté avec moins d’un dollar par jour.

"Les privatisations des sociétés d’eau et d’électricité opérées dans le continent ont davantage bénéficié aux multinationales implantées en Europe", a déclaré également Vincent Foly, un journaliste du Bénin. Il impute néanmoins la responsabilité des faillites de ces deux secteurs - stratégiques pour le développement humain - aux dirigeants africains qui, selon lui, se plient aux diktats de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

"Les deux institutions financières internationales leur imposent de se débarrasser des secteurs de l’eau et de l’électricité qui sont pourtant des instruments de souveraineté nationale. Mais malgré cela, la situation dans l’approvisionnement en eau et en électricité ne s’améliore pas, si elle ne n’empire", se plaint Foly.

Le Sénégal a connu depuis avril 1996, une privatisation du volet hydraulique, avec la création de deux sociétés distinctes chargées principalement de la production et de la distribution du liquide précieux. Ces deux nouvelles entités ont été confiées respectivement à la Sénégalaise des eaux (SDE) et à la Société nationale des eaux (SONES).

Malgré tout, les populations sénégalaises continuent toujours de vivre des pénuries prolongées d’eau. La vieillesse des outils de production est souvent avancée par les responsables de la SONES pour expliquer les longues coupures qui privent les populations d’eau potable.

" L’eau continue de nous manquer, mais les factures tombent tous les bimestres et coûtent de plus en plus chères", déplorent les consommateurs sénégalais.


Concernant l’énergie électrique, l’expérience avortée de la privatisation de la Société nationale d’électricité du Sénégal, cédée dans un premier temps à la société canadienne Hydro-Quebec, avant d’être rachetée par l’Etat, n’a pas non plus réduit les délestages intempestifs dans ce pays d’Afrique de l’ouest.

Le Cameroun et Madagascar connaissent actuellement les mêmes difficultés bien que leurs sociétés nationales d’énergie électrique aient été vendues respectivement à une compagnie américaine et à une firme allemande.
En moyenne, 1,5 milliard de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’eau potable, dont 400 millions en Afrique, selon l’ONG ’Eau vive" basée à Bamako, au Mali.

L’accès à l’eau potable et à l’assainissement est considéré comme un droit fondamental de l’être humain, selon le Comité des Nations Unies pour les droits économiques et sociaux. Cette reconnaissance fait suite à la déclaration du millénaire, adoptée par les Nations Unies, en 2000, qui fixe pour objectif de réduire de moitié, d’ici à 2015, le nombre de personnes n’ayant pas accès à l’eau potable et à l’assainissement.

Njeri Mewanghi Kinyoho , la représentante de la Coalition mondiale de lutte contre la pauvreté en Afrique (GCPA-AFRIQUE), a exprimé également son opposition a toute privatisation de l’eau et de l’électricité en Afrique.. " Nous ne voulons pas que les multinationales européennes viennent nous exploiter en Afrique. Les populations africaines doivent être associées à toute décision de privatisation", exige Kinyoho.

La représentante de GCPA-AFRIQUE a dénoncé, par ailleurs, le non-respect, par les pays développés, de leur engagement à consacrer 0,7 pour cent de leur produit national brut (PNB) au développement de l’Afrique. Selon elle, la lutte contre la pauvreté pourrait progresser grâce au respect de cet engagement, mais également par le biais de l’accroissement des différentes aides au développement consenties au continent africain.

A ce propos, elle a cité le cas du Nigeria qui consacre près de 30 à 40 pour cent de son revenu national au remboursement de sa dette évaluée à plus de 49 milliards de dollars , expliquant ainsi les difficultés des pays africains à atteindre les OMD dans les dix prochaines années.

Huit OMD ont été convenus par des dirigeants de la planète au cours du Sommet du millénaire de l’ONU à New York en 2000. En plus de la diminution de la mortalité infantile et maternelle, les objectifs visent, entre autres, à réduire l’extrême pauvreté dans le monde, l’inégalité dans l’éducation primaire, dans le genre, et dans les échanges commerciaux, d’ici à 2015.

Outre le problème de la privatisation de l’eau et de l’électricité, la vente des armes en Afrique a été dénoncée par le responsable du bureau italien au parlement européen, Giovanni Salimbeni, comme un autre handicap à la réalisation des OMD.

" Le commerce des armes en Afrique sape les efforts de développement", soutient Salimbeni, soulignant également le paradoxe pour les pays riches de vendre des armes de guerre à ce continent pauvre. Selon lui, ces armes sont les sources d’interminables conflits meurtriers alors que les pays fournisseurs déclarent, au même moment, qu’ils cherchent à contribuer au développement de l’Afrique.

L’accent particulier accordé à l’Afrique dans la réalisation des OMD se justifie largement par l’échec des efforts de développement de nombreux pays africains, selon un rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), intitulé ’L’Afrique et les Objectifs du millénaire pour le développement’, publié en 2004.

Depuis 1990, le nombre de personnes démunies a augmenté dans plus du tiers des pays où les études du rapport ont été menées, selon le PNUD. Le rapport souligne que la fragilité du secteur agricole, la faible diversification des secteurs productifs, le taux élevé et persistant du chômage, le déficit des services sociaux élémentaires, le bas niveau des revenus et la faible compétitivité commerciale ont souvent sapé profondément les efforts de réduction de la pauvreté en Afrique.

Environ 150 personnes ont participé à la rencontre de Rome, y compris des représentants gouvernementaux, des délégués de l’ONU et de la société civile, ainsi que journalistes.

Une revue des progrès, qui ont été accomplis depuis le sommet de 2000 dans la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement, sera organisée à New York, en septembre prochain.

Par Abdou Faye, 2 juin 2005









Vendredi 10 Juin 2005
Mercredi 29 Mars 2006
Allafrica
Lu 2717 fois

Dans la même rubrique :

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide