ACME
Première partie  Veolia-Suez : genèse d’une affaire d’État 26/10/2020 Libération 7 octobre 2020 07/10/2020 Nouveau livre de Roger Lenglet et Jean Luc Touly "Les requins de la fin de vie" chez Michel Lafon sortie le 1er octobre 2020 02/09/2020 COMMUNIQUE ACME ET FRICC : Veolia veut racheter Suez 31/08/2020 Communiqué : demande de commission d'enquête parlementaire sur la gestion catastrophique de l'eau en Guadeloupe par l'association guadeloupéenne Balance ton SIAEAG soutenue par l'ACME et le FRICC 25/08/2020 Compte rendu réunion préfet Guadeloupe et acteurs de l’eau en présence de l’association @balancetonsiaeag 02/07/2020 Courriers de Me Breham avocat de l'association @balancetonsiaeag (et de l'Acme et du Fricc) au président du SIAEAG et au Préfet de Guadeloupe sur la non exécution de l'ordonnance de référé du 22 juin 2020 condamnant le SIAEAG à fournir 9 litres d'eau 01/07/2020 1ère victoire en Guadeloupe pour les usagers de l'eau : Le Siaeag enjoint par la Justice de livrer quotidiennement un pack d'eau aux 207 requérants de l'association #BalancetonSiaeag 24/06/2020 Emmanuel Brechot sur Canal 10 Guadeloupe 19/06/2020 AFP Ouest France Nouvel Obs Le Figaro et TV5Monde : Guadeloupe des usagers de l’eau saisissent la justice 17/06/2020 Communiqué de presse du 15 juin 2020 : Référé de 207 usagers de l’eau de Guadeloupe et de l’association @balancetonsiaeag devant le Tribunal Administratif de Basse Terre 16/06/2020 Lettre d'une Guadeloupéenne de métropole 04/06/2020 Proposition de Résolution visant à la création d'une Commission d'enquête sur la gestion de l'eau en Martinique 02/06/2020 Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020 VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020 Menton conseil communautaire la gestion et le prix de l'eau au menu de la séance du 28 novembre 2019 (Nice Matin 30.11.19) 17/01/2020 Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019
           
EAU A PARIS

Prix de l'eau : Quand les compteurs d'eau s'emballent à vos frais

La Loi SRU « Solidarité et Renouvellement Urbain » du 13 Décembre 2000, dans son article 93, préconise le comptage individuel de la consommation d’eau dans les habitats collectifs ; pour permettre aux usagers de connaître leur consommation réelle.
Pour ce faire, les Parisiens risquent de se faire imposer un abonnement individuel.



La situation actuelle la plus fréquemment rencontrée :

Prix de l'eau : <font color='red'>Quand les compteurs d'eau s'emballent à vos frais</font>
C’est un seul compteur par immeuble (donc un seul abonnement). Les frais d’installation, de relevé, et l’abonnement sont répartis par le syndic ou la Société gestionnaire entre tous les logements :
  • s’il n’y a pas de compteur divisionnaire (compteur individuel sans abonnement), la facture d’eau est divisée selon les millièmes ;
  • s’il y a des compteurs divisionnaires, chacun paie en fonction de sa consommation ce qui permet de mieux la maîtriser.

A Paris, la distribution et la facturation de l’eau ont été déléguées en 1985 par le Maire de Paris à deux grandes entreprises privées Véolia ex Vivendi-CGE, Ondeo-Lyonnaise des Eaux.
Profitant de la Loi SRU, ces multinationales cherchent aujourd’hui à imposer aux copropriétaires ou aux sociétés immobilières un troisième système : celui des abonnements individuels (comme ceux d’EDF ou du téléphone). Résultat : les coûts par logement augmenteraient considérablement.


Ce que les compagnies des eaux veulent imposer aux Parisiens :

Prix de l'eau : <font color='red'>Quand les compteurs d'eau s'emballent à vos frais</font>
Coût estimé par logement :
  • frais d’installation chez les particuliers : 15 euros
  • frais en cas de déménagement : 29 euros
  • frais d’installation du compteur de l’immeuble : 83 euros
  • contrat + abonnement individuel + frais de location du compteur : 65 euros par an

Certains propriétaires (privés ou HLM) seraient prêts à accepter cette solution pour se débarrasser du recouvrement des factures d’eau sans se soucier du coût supplémentaire pour leurs locataires.

Or, la loi SRU n’oblige pas à avoir un abonnement et un contrat d’entretien par logement, elle recommande seulement une meilleure visibilité de la consommation de chacun.
En outre, avoir un abonnement individuel met la famille seule face à la compagnie des eaux qui pourra couper l’eau en cas de difficultés passagères de paiement sans possibilité d’obtenir des aménagements de paiement.


Quelle est la solution la moins coûteuse pour les locataires et les propriétaires ?

Prix de l'eau : <font color='red'>Quand les compteurs d'eau s'emballent à vos frais</font>
  • - Un seul compteur central par immeuble
  • - Un seul abonnement
  • - Un seul contrat d’entretien
  • - Des frais uniques de relevé par immeuble.

S’ils le souhaitent, les résidents pourront demander, que des compteurs divisionnaires (relevés par le gardien ou le syndic) soient installés. En théorie les travaux ne doivent pas entraîner d’augmentation de loyer car la Loi précise que les travaux doivent se faire aux frais du propriétaire. Nous demandons que les propriétaires avertissent préalablement les locataires et n’effectuent les travaux qu’avec leur accord.

La maîtrise de l’eau doit se faire sans nouveaux profits pour Véolia et Ondeo

Collectif eau à Paris, pour la remunicipalisation, 17 rue de l’avre, 75015 Paris



Bien entendu nous restons vigilants.

Catherine Gégout
Catherine Gégout
Lorsque la ville de Paris a voté sur les abonnements individuels, les élu-es communistes ont mené une bataille de plusieurs mois qui a permis de neutraliser ce dispositif. Nous en avons fait connaître les résultats à l'époque.


Le Conseil de Paris des 23-24 mai 2005 a donc adopté un réglement qui notamment oblige le propriétaire à produire l'avis favorable de la majorité des locataires (voir amendement des élus communistes ci joint ainsi que mon intervention au conseil de Paris). La ville agit également à l'intérieur des SEM dont elle est membre en défaveur des abonnements individualisés. Il y a aussi d'autres dispositions moins stratégiques. Aussi, presqu'un an plus tard, les bailleurs sociaux n'ont pas adopté ce système

Catherine Gégout

Conseil de Paris 23 et 24 mai 2005 : Intervention de Catherine Gégout sur l’individualisation des factures d’eau

Prix de l'eau : <font color='red'>Quand les compteurs d'eau s'emballent à vos frais</font>
(DPE 05-24)


La loi SRU et son décret d’application font obligation à la ville de créer les conditions pour la mise en place de l’individualisation des factures d’eau à la demande des propriétaires d’immeubles. Elle doit pour cela en établir le règlement. C’est l’objet de cette délibération.

L’intention du législateur était de responsabiliser les usagers dans l’économie de la ressource. Mais il y a d’autres façons d’aller dans ce sens, nous y reviendrons. De plus, les seules études, peu nombreuses, dont nous disposons, ont apparaître une baisse de la consommation la première année, puis un retour à la consommation antérieure.

Par ailleurs ce dispositif n’est pas adapté à la situation parisienne, où les facturations sont collectives dans la quasi totalité des immeubles.
Or son application serait coûteuse et dangereuse pour les locataires.

Coûteuse, parce que malgré la négociation menée par la ville avec les distributeurs, on ne peut échapper aux coûts élevés de location ou achat des compteurs, d’entretien et de relevé, de gestion des facturations, de surcoût en cas de déménagement….

Dangereuse, parce que le locataire va se trouver seul face au distributeur d’eau qui va effectuer des poursuites en cas de retard de paiement. Ce risque est encore aggravé par le fait que les factures seront, sauf demande, trimestrielles, donc plus élevées, au lieu d’être comme aujourd’hui mensuelles et intégrées dans la quittance de loyer. Le risque qu’une famille en difficulté fasse passer d’abord le paiement de son loyer, de ses besoins quotidiens, et laisse traîner la facture d’eau de 80 ou 100 euros est bien réel.

Nous n’allons pas mettre en place un dispositif qui génère des coupures d’eau, actuellement quasi inexistantes à Paris, alors même que nous nous battons pour l’interdiction des coupures d’électricité! L’eau est un droit essentiel de l’être humain, et personne ne doit en être privé pour cause de pauvreté.
Imaginons la multiplication des contentieux, le travail supplémentaire tràs lourd pour les services sociaux !

Il était donc nécessaire de remplir l’obligation légale de la ville, mais en mettant en place un règlement qui permette d’éviter ces effets pervers.

Aussi nous nous sommes rapprochés de l’exécutif municipal pour définir le dispositif contenu à l’article 19-3 du règlement, qui met le distributeur devant ses responsabilités en cas de retard de paiement, mais le soumet à des procédures qui ne lui permettent pas de couper l’eau à des usagers qui rencontrent des difficultés de paiement, et aboutissent après un certain délai à un traitement par les services sociaux.

D’autre part, comme les conséquences de cette décision des propriétaires portent sur les locataires, il est normal que ces derniers soient consultés. C’est le sens de notre amendement pour que dans le dossier de demande à la ville, le propriétaire présente la preuve qu’au delà de l’information des locataires, cette décision recueilli l’avis favorable d’une majorité de locataires.

Un autre amendement rappelle que le propriétaire ne peut pas répercuter sur les charges locatives les frais d’accès à l’individualisation.

Toujours pour limiter les frais, nous présentons un vœu demandant aux bailleurs, chaque fois que cela est possible, de réaliser les travaux pour qu’il n’y ait qu’un compteur par logement, ce qui n’est pas toujours le cas.

De plus, nous demandons que la municipalité, en tant que propriétaire pour son propre patrimoine, et dans les SEM patrimoniales dont elle est membre, ne s’engage pas dans l’individualisation des factures d’eau.

J’en reviens à l’économie de cette ressource essentielle qu’est l’eau.
Nous proposons que les compteurs divisionnaires soient le plus possible généralisés. Ceux-ci permettent d’avoir une connaissance précise de la consommation de chaque logement et de répercuter sur le locataire sa consommation réelle, tout en n’ayant qu’un seul abonnement par immeuble.
Ces compteurs sont peu coûteux. De nombreux immeubles, notamment de bailleurs sociaux, en sont déjà équipés et nous pensons qu’ils peuvent être un point d’appui important pour repérer les surconsommations et éviter des coûts pour les locataires et le gaspillage de l’eau. Ils sont un atout important pour des campagnes de sensibilisation des usagers et nous souhaitons que la ville ait un rôle d’impulsion dans ce sens.

Toujours dans ce souci, nous avons déposé un vœu pour que les bailleurs sociaux s’assurent régulièrement de la qualité des matériaux liés à l’acheminement et à la réception de l’eau à l’intérieur des appartements et les remplacent en cas de matériaux défectueux. Et aussi qu’ils s’engagent à mettre en place des équipements économes en eau.

Enfin un autre vœu demande qu’une étude soit menée sur la consommation d’eau des grands comptes, qui est considérable, ceci pour pouvoir proposer à ces institutions des économies d’eau.

Dans ce dossier, nous pensons que le bon sens doit prévaloir. C’est l’interet de chaque usager, c’est aussi l’interet collectif




Le saviez-vous ?

AMENDEMENT ADOPTE

Conseil de Paris 23 et 24 mai 2005

DPE 05-24 – Approbation du nouveau règlement du Service de la distribution publique des eaux de Paris –

Amendement déposé par Catherine Gégout, Pierre Mansat, JeanVuillermoz et les élu-es du groupe communiste.


Amendement à l’article 2 de l’annexe III du présent règlement

L’article 2, section “ confirmation de la demande ” est ainsi modifié :

3ème paragraphe est modifié comme suit : “ S’il donne suite au projet, le propriétaire confirme sa demande en adressant au service des Eaux le dossier technique visé ci-avant, complété des modifications requises par le Service. Cette demande doit être accompagnée d’un document décrivant les modalités de l’information, justifiant que l’ensemble des occupants a été informé et a pris connaissance de l’échéancier prévisionnel des travaux et apportant la preuve d’un avis favorable de la majorité de ces locataires”. Le reste du 3ème paragraphe sans changement.


Exposé des motifs

Dans le texte proposé, il n’est spécifié qu’une obligation d’information des locataires par le propriétaire souhaitant passer à l’individualisation. Il nous semble très insuffisant que les locataires soient simplement “ informés ” d’une décision qui aura des conséquences notables pour eux.

D’autre part, il est injuste qu’en terme de démocratie, les droits des locataires soient inférieurs à ceux des copropriétaires. Or, dans le cas d’une copropriété, la décision du passage à l’individualisation nécessite une décision favorable de l’assemblée générale des copropriétaires et la demande doit être accompagnée de la preuve de cette décision favorable.

Nous demandons que les droits des locataires soient identiques et qu’un vote soit organisé auprès d’eux par le propriétaire, l’accord majoritaire constituant pour le propriétaire une condition à tout lancement de travaux visant à l’individualisation.

Lundi 27 Mars 2006
Mercredi 29 Mars 2006
Collectif Eau Paris pour la remunicipalisation
Lu 8787 fois


1.Posté par da ros-roca genevieve le 27/09/2007 13:35
bonjour,

je cherche, depuis un certain temps, à me faire installer un compteur d'eau individuel dans mon appartement de 2 pièces à paris 75018 - 187, rue marcadet, 2ème étage à gauche. Voici, je vis seule, dans un petit immeuble d'un seul escalier, avec 2 apparts par étage, et je paie
environ 100 euros/trimestre !
Je trouve que c'est exhorbitant, je préfère règler une fois pour toutes mon installation compteur/eau, et ne payer que mes consommation, pas celles de mes voisins.

Pouvez-vous, s'il vous plaît, me dire qui pourraît le faire ? J'ai adressé des émails, et jamais de réponse. A QUI M'ADRESSER ,?

dEUX COMMERCES ONT DES COMPTEURS D4EAU INDIVIDUELS :
un café-restau, et un bureau (ancienne laverie).

Pouvez-vous m'informer SVP, ou me diriger ?

mILLE MERCIS PAR AVANCE.

2.Posté par Fabien le 30/10/2007 19:20
Bonjour,


Vous avez peut être déjà eu une réponse mais sinon:

Seul le propriétaire peut demander l'individualisation des contrats de fourniture d'eau auprés du service des eaux. Dans votre cas, il s'agit du syndic de copropriétaire qui doit décider de l'individualisation des contrats de fourniture d'eau par un vote en assemblée générale selon les régles de majorité de l’article 26 de la loi n°65-557 du 10 juillet 1965 modifié par la Loi sur l'eau de décembre 2006.

Si toutefois vous dépendez d'un bailleur c'est à lui de faire la demande au service de l'eau.

Il est primordial de comprendre que les usagers ne peuvent en aucun cas formuler de demande pour leur compte, il ne peuvent qu’influer sur le processus de décision par leur qualité de copropriétaire membre d’un syndicat de copropriété ou de locataire représenté dans un organisme de logement social.

Un copropriétaire ne peut donc pas demander seul l'individualisation de son contrat de fourniture d'eau, de toute maniére l'individualisation dans un immeuble collectif c'est du tout ou rien.

En tout cas la solution de poser plutôt des compteurs divisionnaires et de faire répartir la facture d'eau générale de l'immeuble au prorata des consommations reste peut être la plus économique...

Sinon oui il est clair que pour une personne seule vous payez cher, sachant qu'une personne seule consomme en moyenne 60m3/an le m3

Cordialement

3.Posté par laval le 19/02/2008 08:08
bonjour
à saint georges de didonne le service des eaux ne veut pas me delivrer un contrat d'abonnement eau au motif "qu le contrat a ete signe en son temps avec le syndic"
je me trouve face à un mur alors que le syndic recupere tous les ans aupres des 240 coproprietaires, 240 fois 150 € d'abonnement depuis que des compteurs de repartition ont ete installés (en 2005 et jusqu'alors il n'y avait que 5 compeurs generaux pour 5 batiments) Ces compeurs nous les avons achetes aupres d'une entreprise privée et qui nous les a installés et en plus nous payons 4 € le relevé electronique.
Comment faire pour leur prouver qu'ils doivent établir un contrat pour le service de l'eau ou comment leur demander d'arreter de prelever un abonnement


Dans la même rubrique :
1 2

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide