ACME
La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019
           
ACME-QUEBEC

Québec veut accélérer l'exploitation gazière sur la rive sud : un article du Devoir

Inquiétude grandissante dans les municipalités

Québec a décidé d'accélérer l'exploitation des schistes gazéifères de la rive sud du Saint-Laurent en annonçant hier un projet de loi et un nouveau programme de relevés aériens des gisements.



http://www.ledevoir.com/2009/10/20/272530.html


Québec investira ainsi 4 millions dans les deux prochaines années dans un programme «d'acquisition de connaissances géoscientifiques», dont 1,1 million dans un contrat de levé magnétique par avion, qui couvrira 29 000 km2 entre la frontière des États-Unis et Montmagny. Québec veut ainsi déterminer le nombre et l'importance de gisements potentiels de gaz naturel pour accélérer les programmes d'exploration du secteur gazier.

Selon la ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Nathalie Normandeau, les évaluations qui ont démarré en 2008 indiquent que «si le quart du gaz naturel présent dans les basses terres du
Saint-Laurent était récupéré, la production pourrait répondre aux besoins du Québec pour une période pouvant atteindre 200 ans
». La ministre n'a pas précisé cependant comment elle ralentirait l'exploitation et l'exportation de cette ressource une fois aux mains du secteur privé.

La ministre Normandeau, qui s'adressait hier à l'Association pétrolière et gazière du Québec, a aussi annoncé à ses membres qu'elle élaborerait avec eux et les «communautés concernées», «un projet de loi propre au secteur des hydrocarbures». Ce projet de loi, a-t-elle dit, «contiendra de nouvelles dispositions qui s'inspireront des meilleures pratiques observées au Canada en matière de mise en valeur des hydrocarbures».

Contrairement aux puits de gaz naturel traditionnels, que l'on explore et que l'on exploite par des forages verticaux, l'extraction du gaz des schistes se fait par des forages latéraux. On utilise souvent de puissantes charges de nitroglycérine pour fracturer le fond des puits ainsi forés. L'eau extraite avec le gaz est souvent fortement contaminée, ce qui peut menacer les nappes souterraines, notait un mémoire récent de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) déposé devant la Régie de l'énergie.

Mais la popularité croissante de cette technologie est telle aux États-Unis que l'abondance des réserves nationales a sensiblement augmenté, ce qui explique en partie la baisse actuelle des prix de ce combustible.

Inquiétude dans les municipalités

Au Québec, l'arrivée inopinée de camions et de tours de forage dans plusieurs municipalités commence à inquiéter les élus, une inquiétude que Québec veut calmer rapidement, car la confirmation récente de la validité du règlement de la petite municipalité d'Elgin pour protéger sa nappe souterraine incite plusieurs élus à utiliser le précédent contre les forages gaziers.

Mais la plupart des maires qui ont fouillé un peu le dossier, comme celui de Bécancour, Maurice Richard, sont conscients que la Loi des mines du Québec a priorité sur la plupart des autres lois québécoises, les règlements municipaux et les schémas des MRC.

Les trois MRC de Sorel, de Bécancour et de Nicolet-Yamaska font présentement front commun pour obtenir le droit de protéger leurs eaux souterraines, dont dépendent plusieurs usines d'eau potable, d'autant plus qu'en milieu rural, une autre partie importante de la population puise directement son eau dans le sol.

Selon le maire Maurice Richard, d'autres MRC, comme celle des Érables et de Lotbinière, pourraient s'ajouter à ce front commun d'élus qui ne veulent pas se retrouver aux prises avec des populations exacerbées par un développement non planifié, perturbateur de leur milieu de vie.

«On sait depuis 40 ans qu'il y a du gaz ici, dit-il. Des compagnies de l'Ouest sont venues, ont foré, ont tout refermé, puis sont parties. On n'a jamais su ce qu'elles avaient trouvé. On en reconnaît même qui reviennent aujourd'hui, comme la Garnett Drilling. Mais on sait que les poches de gaz sont nombreuses. À Sainte-Angèle de Bécancour, des familles se chauffaient avec le gaz récupéré du sol. Un restaurateur qui bénéficiait d'une flamme permanente près de la rive du fleuve avait nommé son restaurant Le puits qui flambe. Quand le puits s'est tari, il a renommé son établissement L'Accueil

Les verrous législatifs actuels ne sont pas forts, précise plus sérieusement le maire de Bécancour. Les municipalités peuvent difficilement refuser des autorisations alors que leurs règlements en la matière sont à peu près inexistants ou subordonnés à la Loi des mines. De son côté, la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) autoriserait à peu près n'importe quoi: «On a l'impression qu'elle est une machine distributrice à autorisations», dit-il avec cynisme.

Certaines municipalités de la région, comme Saint-David-de-Yamaska, ont décidé de bloquer l'exploration et l'exploitation des schistes gazéifères de leur sous-sol. Mais il faudra voir si leur opposition tiendra le coup devant la vieille loi des mines, que les écologistes ont qualifiée de «relent colonial» lors du débat sur la mine Osisko, en Abitibi.

Le président de l'AQLPA, André Bélisle, partage le voeu de plusieurs élus municipaux qui réclament un moratoire et une audience générique sur la pertinence et les conditions d'exploitation de ces schistes gazéifères «avant» que les tours de forage ne poussent comme des champignons dans les campagnes ou sur les rives du fleuve.

Pour le porte-parole de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) en matière d'environnement et maire de Valleyfield, Denis Lapointe, il faut un «débat public élargi avant d'aller de l'avant avec une réglementation et des projets, dont on ne peut pas se contenter d'examiner les impacts à la pièce

Le maire de Bécancour ajoute: «Québec exige qu'on réalise une étude d'impact pour le moindre bout de rue qu'on veut développer. Il serait normal qu'il nous indique clairement les impacts de tout ce développement, parce qu'on a l'impression que les ressources de notre sous-sol ne nous appartiennent plus. Et on est actuellement incapable de renseigner nos populations sur la nature et l'étendue de ces impacts.»

Louis-Gilles Francoeur


Édition du mardi 20 octobre 2009

Mardi 20 Octobre 2009
Mardi 20 Octobre 2009
Louis-Gilles Francoeur
Lu 1693 fois

ACME-MAROC | ACME-QUEBEC

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide