ACME
La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019
           
INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU

REMUNICIPALISATION : Quel est l’intérêt de ces actions pour les collectivités locales françaises ?

D’abord, il est bouleversant de constater le désastre que nous commettons par procuration dans ces pays, par notre passivité à nous, élus, autorités, ou par complicité pour d’autres – beaucoup d’institutions participent du lobbying français de l’eau.Nous sommes en train de priver ces pays d’un modèle de développement rationnel, qui corresponde à ce qu’ils connaissent historiquement, notamment par des traditions paysannes ancestrales où l’eau était l’élément constitutif de la communauté, avec des éléments de culture, de coutume, de religion.



La version vidéo à écouter et à voir de la justification de la tenue du forum de Mexico par le ministère de l'environnement

Or ceux qui veulent les déposséder de ça, ce sont des sociétés qui se disent françaises – alors qu’en fait elles sont dans des logiques de capital transnational. Au Forum alternatif mondial de l’eau, en parallèle de la réunion officielle, s’est tenu un tribunal sur le thème de « l’eau publique pour tous », pour dénoncer les violations des droits des populations par les multinationales de l’eau. Nous sommes mis en cause nous, élus français, si nous n’inventons pas une forme de partenariat « public-public » qui donne le primat à l’idée que l’eau est un droit, et non une marchandise.

Entretien réalisé par Olivier Chartrain


D’autres partenariats pour l’eau

 REMUNICIPALISATION : <font color='red'>Quel est l’intérêt de ces actions pour les collectivités locales françaises ?</font>
La Terre : Vous faisiez partie, avec Madame Danielle Mitterrand, d’une délégation de la fondation France Libertés qui s’est rendue en Amérique Latine en septembre dernier. Quel était le but de ce voyage ?

Raymond Avrillier : Nous avons une responsabilité particulière, en France, parce que le modèle de gestion de l’eau par délégation de service public qui est exporté au niveau international s’appuie des sociétés françaises – Lyonnaise des eaux et Générale des eaux, devenues Suez et Veolia. Ce modèle de « partenariat public privé » est essentiel pour la Banque mondiale, qui attribue ses aides aux pays à condition qu’ils fassent gérer leurs services de l’eau par des sociétés privées. Nous avons donc, nous Français, représentants de collectivités publiques, rencontré et échangé des expériences avec des mouvements d’usagers, d’habitants, de paysans et aussi d’élus. Il en est ressorti que la logique de partenariat public-privé est très inégale : les profits sont amassés par les sociétés privées, et les risques sont assumés par les populations, par la sphère publique.

Comment cela se passe-t-il ?

Les politiques mises en oeuvre à l’instigation de la Banque mondiale et de l’OMC, révélatrices d’une vision dans laquelle l’eau est une marchandise, ont pour idée directrice le fait de donner tous pouvoirs à des sociétés privées pour la gestion de l’eau, dans le but d’en tirer des profits rapides. Pour ce faire, les zones les plus immédiatement rentables sont aménagées, et les zones pauvres sont complètement délaissées. Nous sommes montés à 4000 mètres d’altitude, au fin fond d’El Alto, la banlieue pauvre de La Paz, en Bolivie, là où le mois précédent notre arrivée, plusieurs enfants par semaine mouraient des suites de l’absence d’eau potable. Nous avons vu ces quartiers déshérités, où les habitants doivent payer très cher des tonneaux d’eau alimentés par des camions… alors qu’ils sont dans le périmètre de la concession gérée par la société privée ! Nous avons vu les collectifs d’habitants qui s’organisent en coopératives, en fédérations d’usagers, pour acquérir le droit à l’eau et à l’assainissement… Nous étions là à mille lieues de la logique de privatisation développée par le Conseil mondial de l’eau, l’OMC, la Banque mondiale…

Logique dont le Forum de Mexico est la chambre d’écho…

Le forum officiel, oui. Mais cette politique de privatisation et de mise sous tutelle des Etats a aussi donné lieu à un mouvement populaire important en Bolivie, un mouvement d’autoorganisation des paysans, des habitants des banlieues. C’est ce mouvement qui a contribué à porter Evo Morales à la tête du pays, avec la création du ministère de l’Eau confié à Abel Mamani.

Il est question de mettre en place des partenariats très concrets, en Bolivie, au Brésil... Pouvez-vous nous en parler ?

Il s’agit d’élaborer une alternative à la logique purement marchande du partenariat public-privé. La fondation France-Libertés, en lien avec des acteurs associatifs, des élus, essaie de développer des partenariats « public-public ». Cela peut être une aide juridique : la fondation travaille avec Sherpa, une association de juristes internationaux qui décortique les contrats qui lient les collectivités publiques concernées aux firmes. Il y a des partenariats, des échanges entre collectivités. Nous faisons des analyses comparées des contrats français et de ce qu’ils vivent dans leurs pays. Ils ont besoin de comprendre l’économie des contrats de délégation ou de concession, dont nous avons l’expérience. Et puis il y a des expériences très simples : aider des coopératives, des regroupements de paysans et d’habitants à mettre en place des puits, des réseaux d’eau ou d’assainissement autoconstruits…

Comment ?

Ce sont surtout – Danielle Mitterrand y tient beaucoup – des appuis financiers, au démarrage, pour des réalisations autogérées. Cela vaut aussi bien dans des quartiers extrêmement pauvres au Brésil que dans la banlieue de Buenos Aires, en Argentine. Mais la défaillance des Etats, la corruption atteignent de telles proportions que ces initiatives autogérées, communautaires, coopératives n’ont aucun soutien officiel. Dans ce cadre-là, les échanges d’expériences permettent une forme d’auto-formation.

Il n’y a pas, par exemple, de techniciens des eaux de Grenoble qui vont sur place former ou construire ?

Pas encore. Et puis l’idée n’est pas d’avoir une démarche néocoloniale dans laquelle on envoie des « coopérants »… Les gens sont capables de participer eux-mêmes : à El Alto, ils nous ont montré la tranchée de plusieurs centaines de mètres qu’ils venaient de réaliser, la pose des tuyaux qu’ils allaient mettre en oeuvre pour l’adduction d’eau et faire un repiquage sauvage sur le réseau de la société privée. Les capacités constructives existent ; c’est l’administration du service qui fait défaut. Dès qu’on passe à des questions de régulation des débits, de comptabilisation des dessertes sur tout un réseau, etc., l’autogestion par petits quartiers ne peut plus fonctionner. Il y a donc besoin d’échanges techniques, oui ; mais avant tout, l’argent est le nerf de l’eau… Après, la reconstruction d’un service public de l’eau passera aussi par celle de services publics.

Raymond Avrillier, élu écologiste grenoblois et membre de la fondation France-Libertés, s’est rendu en Bolivie l’an dernier. Il témoigne et nous raconte les ponts lancés entre ici et là-bas, pour échapper à l’emprise des multinationales et faire vivre le service public de l’eau. &#9632; Raymond Avrillier

Vendredi 24 Mars 2006
Samedi 1 Avril 2006
La Terre : Olivier Chartrain
Lu 3102 fois

Dans la même rubrique :
1 2

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide