ACME
20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018 Chassée du Gabon, Veolia saisit une nouvelle fois l’arbitrage international 02/05/2018 La Nouvelle République 28 avril 2018 : Touraine Nord Ouest : Navigation en eaux troubles ? 28/04/2018 Nouvelle République 26 avril 2018 : Touraine Nord Ouest Val de Loire Bourgueil : Régie publique ou DSP ? 28/04/2018 Assises de l'eau 24 avril 2018 28/04/2018 Nice Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018
           
ACTUALITES D'ACME

Résumé du Colloque sur l'eau du 20 janvier 2005 à l'Assemblée Nationale

Organisé par l'ACME et France Libertés



1. Historique de la Commission d’enquête parlementaire au sujet des provisions pour le renouvellement du réseau à Paris. La demande d’enquête à été déposée il y a un an et depuis reste sans suite. D’ailleurs, à la fin de la matinée, Jean Luc a demandé à Laurent Fabius, qui s’est joint à la réunion, s’il pourrait s’intéresser à l’enquête afin de remobiliser le dossier.
2. Projet de loi eau France : Débat avant l'été. L'article 30 prévoit que les sommes doivent servir au réseau d’eau, faute de quoi, elles doivent être restituées aux Collectivités.
3. Les factures d’eau sont illisibles et manquent de transparence . Comme cela était évoqué tout au long de la journée, ce manque de transparence relève d’une volonté des firmes prestataires de service d’eau.
4. L’accès à l’eau dans les pays du Sud. IL est urgent de se mobiliser pour collectivement analyser les possibles solutions alternatives. La situation à la Paz présentée en fin de réunion par un représentant de mouvement, citoyen bolivien nous a éclairé sur une expérience concrète de conflit entre usagers et compagnie d’eau, les moyens mis en place par la société civile et les solutions qu’ils ont mis en place (l’organisation d’une coopérative pour la gestion de l’eau) avec l’appui technique et financier du gouvernement.
5. La ville de Paris présentera une proposition pour l’installation de compteurs d’eau individualisés au Conseil Municipal en mars prochain. Ceci exigera des investissements importants qui seront facturés aux usagers.

Riccardo Petrella
Présentation des enjeux globaux pour la gestion de l’eau comme bien public mondial.
Il a parlé d’abord de la « logique structurelle » qui se repose sur des rapports de forces entre les différentes logiques : économiques, politiques, culturelles, …) Inégales.
Ensuite il a analysé « l’oligarchie » du système mondial et les stratégies avancées par l’oligarchie, la thèse étant que l’investissement privé est la source de la production de la richesse. Le Rapport Camdessus et les résultats de Monterrey entérinent cette thèse.
IL faut mettre tous nos efforts à défaire cette logique. Le reste «, « c’est de la quincaillerie ». Notre bataille doit être celle de la réaffirmation des investissements publics. Pour nous renforcer il faut de la recherche et de la documentation solide. Les ONGs, certaines, n’ont pas compris, pire, ont accepté sans protester le Rapport Camdessus. (Pour Rappel, Camdessus est l’ancien Directeur du FMI. Aujourd’hui il se fait payer des missions d’expertise et d’études).

On veut éradiquer la pauvreté pour la moitié des gens aujourd’hui tandis que l’objectif, il y a vingt ans était l’élimination. La deuxième décennie sur l’eau est annoncée pour 2005-2015. Il ne faut pas le soutenir. La première décennie (1981-1991) était un échec.

Sur la stratégie des firmes : 3 axes
1. La « pétrolisation de l’eau ». L’eau = l’or bleu. Sous entendu que tout le monde paye cher parce que c’est de l’or et c’est rare.
2. La désalination de l’eau avec des gros projets d’infrastructure et d’investissements. De nouveau, les firmes détiennent le contrôle des ressources disponibles.
3. « Cocacolisation de l’eau » : la transformation et distribution de l’eau en bouteille. Concernant Dasani (l’eau commercialisée par Coca-Cola) il s’agit de l’eau de robinet mise en bouteille et non pas de l’eau de source.

Autre fois, les lois parlaient explicitement des « services publics ». Aujourd’hui la nomenclature est en train de se métamorphoser en « service d’intérêt général et service d’intérêt économique général ». Ce genre de langage appelle à la mort des services publics et répand des notions vagues et manœuvrables.

Séverine Tessier Présidente d' « Anticor »

Origine de l’association : des élus et des non élus comme le Juge Halphen, soucieux des malversations politiques et les états de corruption associant des élus aux entreprises privées, souhaitent mener une action pour réhabiliter l’intérêt général ». Ndlr : Ici le mot, « intérêt général » est précis et juste et a bien évidemment sa place.

L’intervenant a fait une mission d’enquête en Polynésie française. Elle a constaté le monopole de la Lyonnaise des eaux sur les services publics : gestion de l’eau, des déchets, de l’électricité.
Certaines sociétés ont été citées : VATI, SPEA (pour l’assainissement avec 40 ans de concession).
Le prix de l’eau dépasse 4 euros. Le taux de fuites est de 40%.
Elle a également constaté des emplois fictifs et des sociétés écrans. La situation en Polynésie est un scandale d’état.


Marc Laimé Dans le débat « public-privé » beaucoup demande la ré-municipalisation de l’eau. Depuis 1993 nous avons la loi Sapin pour la prévention de la corruption dans les marchés publics.
Et on peut constater 5 à 10 ans seulement plus tard, des retours en régie.
Mais beaucoup de collectivités sont liées à des contrats de concession de longue durée et coûteux. Aujourd’hui la loi interdit des concessions au de-là de 20 ans, mais ce n’est pas rétroactif (à Paris, au SEDIF et à Toulouse, les durées atteignent 25 à 30 ans).
Une mobilisation des citoyens doit avoir au cœur l’accès aux informations que les collectivités sont obligées de fournir sur demande. IL faut également un immense travail d’enquête d’information sur la gestion de l’eau et le prix de l’eau.
Mais il y a des obstacles, et en particulier, l’évolution des compagnies et les collectivités qui se rassemblent pour gérer collectivement l’eau. Il est devenu, dans cette situation, difficile à retracer la comptabilité car plusieurs prestataires sont concernés.

La nouvelle loi sur l’eau est le plus gigantesque hold-up du siècle. Ce qui est en germe, et qui a commencé en 1998 sous la loi Voynet, permet à l’état de puiser dans les caisses des agences de l’eau pour financer des activités de l’état non en rapport à l’eau.

ONEMA : Une nouvelle organisation de l’eau qui prévoit une foule de missions qui seront financées par les redevances.

Sur la question du retour en régie, seuls les Verts ont soutenu cette démarche. Même les socialistes disent que ce n’est pas un enjeu majeur.

La ville de Rennes a engagé un audit sur la gestion de l’eau (Général des Eaux) pour voir l’intérêt ou non de retour en régie. Les conclusions : un gain de 11 % sur le prix de l'eau.

Le détournement de la loi Sapin : il prévoit pour les appels d’offre un encadrement légal avec consultations des usagers. Mais le choix des prestataires est du ressort des politiques et cela sans obligation d’expliquer les choix avant de l’engager politiquement.

En ce qui concerne les dirigeants des compagnies d’eaux, selon un sondage : ce sont des voyous qui prennent les hommes politiques pour les imbéciles.

Finalement, l’intérêt de la gestion en régie, au-delà des avantages financiers ou de la création d'emplois réside dans sa capacité de freiner les conspirations et la corruption qui naît de la relation des firmes privées avec les hommes politiques et les intérêts privés personnels qui en découlent.

Jacques Perreux CG94
Intervention politique qui s’adresse, avant tout, à ces confrères de gauche.
Les citoyens sont importants, mais les élus sont décisifs.
Quatre idées pour faire bouger les gens.
1. Oui, il faut faire dans l’idéologie.
- L’idéologie de la concurrence à laquelle la gauche doit s’opposer.
- Les bien communs que la gauche doit défendre.
2. Le meilleur principe est le principe de précaution pour l’avenir de l’eau. C’est pourquoi l’eau ne doit pas être déléguée.
3. C’est le rapport de force entre le domaine politique et le domaine économique qu’il faut renverser localement.
4. Mais il y a des collectivités qui ont changées : Grenoble, Cherbourg, Chatellerault, Neufchateau, malgré des recours de Vivendi. Il faut encourager les politiques.
Les municipalités sont dans une période de renouvellement de contrat avec un choix de mode gestion entre la régie ou la délégation à une société privée. Il y a une reconquête de la gauche à faire avec la bataille de l'eau.

D Marcovitch
Conseil Municipal de Paris et Président du CRECEP, ancien rapporteur de loi sur l'eau de 2002
Le projet de loi sur l'eau sera présentée au conseil des ministres en mars.

Il a signalé l’absence des « tarifs sociaux » dans la nouvelle loi.
Aujourd’Hui la philosophie de l’État est : il a besoin d’argent donc il s’approprie les fonds où il peut, et entre autres dans les agences de l’eau.
Il change également certains statuts : FNDAE (aide aux départements)


JC Lefort Député Communiste

L’eau est un besoin et non pas un droit selon la Banque Mondiale et les USA
La gestion privée de l’eau a des lourdes conséquences sociales, humaines et économiques.
Mention du fait que le prix de l’eau en France a été multipliée par 5 et la facturation par 10 en 30 ans. Mention aussi que la facture de l’eau d’un endroit à l’autre en France peut varier de 1 à 7.

Sur les provisions de Véolia (4.5 millions d’euros) qui se trouvent dans les banques off shore : il faut poursuivre avec la commission d’enquête.

Propositions pour privilégier l’intérêt public :
1. Une nouvelle politique de l’eau basée sur les services publics
2. La transparence dans le suivi des services
3. Contrôle des citoyens sur l’ensemble des choix opérés.

A Le Strat élue verte à Paris, Présidente Directrice Générale d'Eaux de Paris-SAGEP

Elle est intervenue sur la contradiction des élus entre les déclarations et les actes.
Elle s'est exprimée sur la faiblesse du projet de loi sur l'eau en matière de pollution et de démocratie locale.


L Fabius a été interpellé par Jean-Luc sur la gestion de l’eau à Rouen et sur les provisions. IL est vice-président de l’environnement à la communauté urbaine de Rouen. Il nous a expliqué que quelques régies existent. Et que quelques collectivités qui sont en délégation sont en fin de contrat. Alors la question se pose : que faire ? Rouen va initier un débat à base des critères préalablement fixés (prix, qualité, etc.)
Fabius a aussi parlé de l’importance des enjeux de l’eau qui sont aussi nationaux qu’internationaux. C’est avec l’eau que ces deux échelles se rejoignent.

Un intervenant a insisté sur l’importance de l’aménagement des territoires. C’est dans l’aménagement des territoires que nous trouverons la réponse à une bonne et juste gestion de l’eau

Il y avait aussi les avis sur le comité de bassin qui devrait être l’endroit de régulation.

P du Fau de Lamothe Expert-Comptable, Bordeaux, membre de Transcub, consultant sur Castres, Toulouse, le SEDIF,...
Il a analysé la place des usagers dans la proposition de loi qui sera bien tôt votée.
D’après l’intervenant, la participation des usagers est quasiment absente dans la proposition de loi.

Il a expliqué qu’en régie, selon le code de la collectivité territoriale, il faut avoir établi un Conseil d’administration et un Conseil d’exploitation. Ces deux doivent être indépendants.

Il y a des problèmes dans la représentation des personnes morales dans les commissions consultatives dans la mesure où on trouve les usagers et aussi des personnalités politiques. Comme il s’agit des commissions consultatives, il serait plus juste de ne pas intégrer les politiques qui, pour leur part, sont exécutifs.

IL n’existe pas de sanctions si les commissions consultatives ne sont pas convoquées.

Enfin, il a expliqué les moyens comptables qu’utilisent les compagnies pour voiler les dépenses et la gestion de l’eau. L’exemple a été donné de la rémunération des capitaux investis qui apparaît dans les charges et donc n'est pas visible dans les bénéfices.

Pour lui le fond du problème n’est pas la nouvelle loi mais le fait de ne pas appliquer les lois existantes et les responsabilités local. Les citoyens devraient interpeller leurs élus et les tenir responsables de leurs actes et leurs choix.

Enfin, il a apporté d’autres informations sur les problèmes comptables en expliquant qu’avec le système de délégation, il existe les renouvellements patrimoniaux et les renouvellements fonctionnels. Cette dernière est moins précise et n’a pas d’obligation de résultats.
Dans le renouvellement fonctionnel, il n’est pas prévu le remboursement des provisions qui ne seront pas utilisés. Donc, les élus qui signent des contrats devraient faire très attention à ce système.

Jean Louis Linossier CACE, ACME et ATTAC
IL a expliqué que ce sont les usagers de l’eau qui payeront une partie de la dette de Vivendi (Universal) de par les transfert internes de la dette industrielle vers d’autres secteurs de l’activité économique dont le secteur de l’eau.

Tous les problèmes de qualité de l’eau en France sont liés à la mauvaise entretien des canalisations du système.

C Mongermont /FO Veolia a dénoncé toutes les dérives de la gestion déléguée et ses conséquences néfastes pour les salariés de cette entrprise.


F Wurtz, député communiste européen a évoqué le conflit lié au partage de l'eau entre Israel et la Palestine.

Le dernier intervenant venait de la Bolivie. Il a expliqué qu’à la Paz, un dizain de milliers d'habitants d'El Alto ont manifesté dans les rues de La Paz pour demander le départ de la compagnie Suez

M.B Historique : El Alto, banlieue de La Paz. Depuis l'arrivée de Suez en 1997, l'état du réseau s'est détérioré, les effectifs des services techniques ont été réduits et le salaire mensuel des administrateurs d'Aguas d’Illimani a été multiplié par cinq. Pendant ce temps, les frais d'accès au service ont augmenté de 50% et le prix de l'eau a été multiplié par six.
Situation actuelle :
- La population d'El Alto (800 000 habitants) s'était mise en grève lundi 10 janvier pour protester contre les tarifs élevés pratiqués par Aguas de Illimani, une filiale de Suez gestionnaire du service, et demander le départ de la compagnie française, critiquée en Bolivie pour la mauvaise qualité de ses services.
- Le contrat détenu par le groupe Suez pour l'approvisionnement en eau de la ville d'El Alto, dans la banlieue de La Paz, a été résilié mardi 11 janvier par le gouvernement bolivien. Le contrat courait jusqu'en 2027


Aujourd’hui les citoyens sont en train de mettre en place une coopérative pour la distribution de l’eau. Le gouvernement a promis 35 millions pour financer le réseau. Ils sont au tout début d’une réponse.

D Mitterrand a conclu cette journée qui a réuni une centaine de personnes par un message d'espoir et de lucidité et a donné rendez-vous au FAME 2005 de Genève du 17 au 20 mars 2005.

Mercredi 26 Janvier 2005
Jeudi 30 Mars 2006
M Ailloud-JLT
Lu 3354 fois

Dans la même rubrique :

ACTUALITES D'ACME | Réunion Publique : DROIT DE L'EAU | MEXICO 2006

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide