ACME
20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018 "Les comptes de la SME ne correspondent pas à la réalité" 19/05/2018 Sud Ouest 5 mai 2018 : Bordeaux Métropole : la bataille de l’assainissement 19/05/2018 France Antilles 17 mai 2018 Martinique 1ère et ATV : Martinique 1ère : La guerre de l'eau est-elle déclarée en Martinique ? 18/05/2018 Roquebrune : Des factures d’eau bien trop élevées et un service insuffisant 04/05/2018 France 3 Côte d'Azur 3 mai 2018 dans le 19/20 : L'eau de Roquebrune la plus chère des Alpes Maritimes 04/05/2018 Chassée du Gabon, Veolia saisit une nouvelle fois l’arbitrage international 02/05/2018 La Nouvelle République 28 avril 2018 : Touraine Nord Ouest : Navigation en eaux troubles ? 28/04/2018 Nouvelle République 26 avril 2018 : Touraine Nord Ouest Val de Loire Bourgueil : Régie publique ou DSP ? 28/04/2018 Assises de l'eau 24 avril 2018 28/04/2018 Nice Matin 26 avril 2018 : Pourquoi le prix de l’eau fait-il des remous à Roquebrune ? 26/04/2018 Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018
           
S.O.S

SOS On assassine impunément pour l'orpaillage en Guyane

Deux agents assassinés dans les réserves de Guyane : l’Etat se doit de réagir



SOS <font color='red' size=5>On assassine impunément pour l'orpaillage en Guyane </font>
Certains d'entre vous le savent déjà, Domingo et Capitaine ont été abattus sur le camp de l'Arataï il y a deux semaines de cela. Il y a fort peu de chance pour que vous l'ayez appris dans les médias nationaux, pratiquement aucun n'en ayant fait l'écho.

Le pouvoir politique reste également muet. Notre président (de la République), ardant défenseur de la préservation de la biodiversité, capable de dénoncer l'abatage d'une ourse par un chasseur ne semble pas avoir juger opportun de s'exprimer pour dénoncer le meurtre de ces deux hommes. Notre ministre en charge de l'environnement, ainsi que les élus guyanais ne se sont toujours pas prononcés.

La vie de deux agents d'une association en charge de la gestion d'une réserve naturelle (nationale) mobilise peu nos décideurs. Peut être que s'ils avaient été de vrais français (de France), cela en aurait été autrement. Peut être que si cela avait été moi, fonctionnaire blanc, lors de mon dernier séjour sur le camp en décembre de l'an passé, il en serait autrement.

Tout comme moi, vous ne connaissiez sans doute pas Domingo. Le souvenir de Capi reste prégnant pour moi. Il travaillait sur la réserve depuis sa création, il y a dix ans. Il avait participé à l'implantation du camp avec, Philippe Gaucher, le premier conservateur, et l'ensemble des carbets qu'il avait construit portait sa trace. Capi était présent lors de mes premiers séjours sur le camp en 2000 et 2001, et c'était avec plaisir que j'échangeais quelques mots dans un créole approximatif, lorsqu'il venait nous saluer chaleureusement à la DIREN lors de ses passages sur Cayenne. Ne l'ayant finalement que peu connu, je l'appréciais cependant très sincèrement. Pour des raisons de santé, il n'était pas remonté sur le camp depuis 8 mois.

C'est Héléna, jeune animatrice de la réserve, arrivée en décembre dernier en Guyane, qui a découvert les corps déjà en décomposition le jeudi 18. Capi a été retrouvé sur le ponton du camp et Domingo dans le carbet cuisine, tout deux abattus d'un, seul, coup de fusil.

J'oubliais, le tir de la fusée Ariane, ce samedi 27 mai, a été une réussite.

Sébastien

Jeudi 18 mai 2006, deux agents, piroguiers-charpentiers de la Réserve Naturelle des Nouragues en Guyane française ont été retrouvés assassinés sur le camp Arataï.

SOS <font color='red' size=5>On assassine impunément pour l'orpaillage en Guyane </font>
Domingo RIBAMAR DA SILVA et Andoe SAAKIE, surnommé Capi, oeuvraient depuis trois et dix ans sur ce camp d’éducation à l’environnement. Hommes de confiance, ils étaient appréciés de leur entourage : personnels d’Arataï, scientifiques du CNRS, touristes et groupes scolaires accueillis. Avec le décès tragique de nos collègues, le monde de l’environnement perd des trésors de compétences au service de la protection de la nature.

Etendue sur 100 000 hectares de forêt tropicale primaire, la Réserve Naturelle des Nouragues est la plus grande réserve naturelle française. D’une incroyable biodiversité, elle présente une importance internationale pour la connaissance et la conservation de la nature. Une station CNRS, située dans la réserve, reçoit chaque année des équipes
françaises et internationales de recherche scientifique sur le fonctionnement de la forêt amazonienne, poumon vert de la planète. Par précaution, la station a été évacuée.

Ces meurtres témoignent d’une volonté de voir s’étendre dans les zones aurifères un vaste espace de non-droit où seule prévaut la loi du plus fort. L’insécurité est un problème grandissant en forêt guyanaise, pour les acteurs de la conservation de la nature, les chercheurs, les professionnels du tourisme et la population locale. Depuis 2001, l’orpaillage clandestin sévit dans le secteur des Nouragues, divers agents de la réserve ont subi des menaces de la part d’orpailleurs armés, et la station d’études du CNRS au Saut Pararé fut
pillée en 2004. Aucune solution n’a été trouvée pour empêcher durablement cette activité, malgré les alertes répétées. Pourtant, ses impacts sur le patrimoine naturel, la santé, la sécurité, et la cohésion sociale des populations guyanaises sont inacceptables (pollution des
fleuves par le mercure et les boues, déforestation, violences, vols et meurtres, destruction d’espèces protégées, etc.).

Déjà les répercussions de cette délinquance débordent dans la région côtière. Aujourd’hui, une limite irréversible a été franchie aux yeux des acteurs de la protection de la nature : des hommes ont été tués alors qu’ils accomplissaient pour l’association Arataï une mission de service public pour le compte de l’Etat.


Alors que le Président de la République débute aujourd’hui un déplacement au Brésil, nous lui demandons ainsi qu’à ses Ministres, de rendre hommage à Capi et à Domingo et d’opérer un changement radical dans la politique française en forêt guyanaise. La France se doit d’assurer la santé et la sécurité de ses citoyens ainsi que de répondre à ses engagements internationaux en matière de conservation du patrimoine naturel amazonien

Communiqué émis par Réserves Naturelles de France, France Nature Environnement, WWF France, Fondation Nicolas Hulot, Ligue ROC

Contacts presse RNF :

Métropole : Frédéric Bioret 06 87 06 55 96 – Guy-François Frisoni 06 11
63 65 54

Outre-mer : Olivier Tostain 06 94 41 20 01



La fièvre de l'or compromet la sauvegarde de la forêt en Guyane

SOS <font color='red' size=5>On assassine impunément pour l'orpaillage en Guyane </font>
*AFP, Cayenne, le 23 05 06

La fièvre de l'or crée une insécurité croissante dans l'immense réserve naturelle des Nouragues (Guyane), dont deux employés ont été tués la semaine dernière, menaçant la sauvegarde de la forêt tropicale et paralysant les activités scientifiques.

Après la découverte jeudi des corps de deux garde-piroguiers tués par balles, dans un camp d’écotourisme proche d'une base du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), à une centaine de km au sud de Cayenne, le CNRS a fait évacuer par hélicoptère les quatorze personnes travaillant dans ses stations installées dans la réserve.

"Nous y retournerons lorsque la sécurité sera de nouveau assurée", a déclaré lundi à l’AFP le directeur du CNRS en Guyane, Alain Pavé. Malgré la lutte menée depuis quatre ans par la gendarmerie, des milliers de chercheurs d’or originaires du Brésil affluent dans cette région, à la recherche du métal jaune, dont les cours se sont envolés (plus de 50% en un an). Un kilo d’or extrait en Guyane peut ainsi rapporter plus de 16.000 euros.

Souvent prêts à tout, ces orpailleurs sont d'autant plus difficiles à contrôler que les Nouragues constituent la plus vaste réserve naturelle française (100.000 ha). "Je ne peux pas envoyer des chercheurs et des étudiants parmi des gens qui ont la volonté de tuer pour nettoyer le terrain", a expliqué Pierre Charles-Dominique, directeur de recherche au
CNRS, responsable de la station des Nouragues. Il suggère une présence permanente de gendarmes, voire de légionnaires près de la base.

Créée en 1986, la station a acquis une renommée internationale dans l’étude sur le long terme des écosystèmes forestiers tropicaux. "On risque de perdre un outil de travail d’une importance considérable", s’inquiète M. Charles-Dominique. Avec 5.800 espèces de plantes connues, 720 espèces d'oiseaux, 300 espèces de poissons d'eau douce, les Nouragues présentent une biodiversité particulièrement riche.

L’évacuation de la base scientifique a interrompu d'ultimes tests du dispositif COPAS (Canopy Operation Permanent Access System), un système inédit d’étude de la canopée (strate supérieure des arbres de la forêt tropicale), fruit d’une coopération franco-allemande. En 2004, la station scientifique a été cambriolée, causant un préjudice de 100.000 euros et retardant des programmes de recherche. "Il n’est pas question pour autant de l’abandonner", a rappelé Alain Pavé. La présidente du CNRS, Catherine Bréchignac, en Guyane depuis dimanche, a d’ailleurs choisi de maintenir comme prévu sa visite sur le site, le 25 mai.

Jean Leduc, directeur régional de l’environnement, estime qu'"il faut revoir les conditions d’accès et de sécurité de cette réserve", tout en soulignant l’étendue du territoire à surveiller. La fièvre de l'or compromet également le projet de parc national en Guyane, qui devait en principe être créé d'ici la fin 2006. En gestation depuis une douzaine d'années, il comprendrait un tiers des 8 millions d'hectares de la forêt guyanaise. Les élus locaux y sont désormais favorables, mais sous réserve d’éradiquer l’orpaillage clandestin. Ce qui semble aujourd’hui compromis.

Dix opérations de lutte contre les orpailleurs, baptisées "Anaconda", ont été menées par la gendarmerie depuis le début de l’année autour et dans la réserve des Nouragues. En détruisant systématiquement leur matériel et les produits de contrebande, l’État entend exercer une pression économique sur les commanditaires du trafic. Par Denis Vannier

----------------------------------------------------

*L'orpaillage clandestin en Guyane menace la sécurité et l'environnement (ONG)

*AFP, Paris, le 24 05 06

L'orpaillage clandestin en Guyane constitue une menace croissante à la sécurité et à l'environnement, estiment six importantes ONG de défense de la nature qui demandent à "l'Etat français de réagir", après l'assassinat de deux gardes de la réserve des Nouragues.

Dans un communiqué, les Réserves naturelles de France, le WWF, la fédération France Nature Environnement (FNE), la Ligue de protection des oiseaux (LPO), la Fondation Nicolas Hulot et la Ligue ROC, appellent le chef de l'Etat et le gouvernement à "opérer un changement radical dans la politique française en forêt guyanaise".

"La France se doit d'assurer la santé et la sécurité de ses citoyens et répondre à ses engagements internationaux en matière de conservation du patrimoine naturel amazonien", écrivent-elles en rappelant que la réserve des Nouragues, qui s'étend sur 100.000 hectares de forêt tropicale primaire, "est la plus grande réserve naturelle française".

Les meurtres des deux gardes, tués par balles la semaine dernière, "témoignent d’une volonté de voir s’étendre dans les zones aurifères un vaste espace de non-droit où seule prévaut la loi du plus fort", ajoutent-elles. Elles soulignent que depuis 2001, plusieurs agents de la réserve "ont subi des menaces de la part d’orpailleurs armés et (que) la station d’études du CNRS fut pillée en 2004". "Aucune solution n’a été trouvée pour empêcher durablement l'orpaillage clandestin malgré les alertes répétées", déplorent-elles. Par Anne Chaon

----------------------------------------------------

Le CNRS évacue une station en Guyane - Orpaillage. L'assassinat de deux gardes souligne l'insécurité de la région

Libération, le 24 05 06

La principale station scientifique française en forêt tropicale est vide depuis quatre jours. Des rotations d'hélicoptère ont évacué, vendredi et samedi, le site situé au coeur de la réserve des Nouragues, en Guyane.

Motif : la découverte des cadavres des deux gardes assurant l'accueil d'une station d'écotourisme gérée par l'association Arataï, à quelques heures de marche et une heure de pirogue de la base scientifique. Assassinés à coups de fusil par des bandits qui ont pillé leur matériel.

Les deux gardes, Domingo Ribamar da Silva et Andoe Saaki, entretenaient d'étroites relations avec les scientifiques du site des Nouragues. Devant le risque d'une attaque, le représentant du CNRS en Guyane, Alain Pavé, a décidé l'évacuation. Pierre Charles-Dominique, responsable de la station, nous assurait hier que «les assassins ont été arrêtés et remis à la gendarmerie par la population brésilienne du bourg de Regina».

Ce nouvel épisode dramatique vient une nouvelle fois souligner l'insécurité qui pèse sur la station des Nouragues, après le pillage du site adjacent du saut Pararé. Or cette station constitue un élément clé du dispositif de recherche national sur les forêts tropicales. Implantée dans une zone inhabitée depuis trois siècles, bien équipée, accueillant des scientifiques étrangers et des missions françaises, elle permet des études de long terme sur les écosystèmes (Libération du 10 avril 2004).

Mais l'orpaillage clandestin met en cause la réserve, dégrade l'environnement (chasse, détournement des cours d'eau, mercure) et attire de nombreux criminels. Pour Pierre Charles-Dominique, il faut que «la gendarmerie ou l'armée installent un poste permanent sur la rivière Arataye, pour que le CNRS ­ dont la présidente, Catherine Bréchignac, doit visiter les Nouragues jeudi ­ ouvre de nouveau le site aux scientifiques».

Par Sylvestre Huet

Mardi 30 Mai 2006
Jeudi 1 Juin 2006
Communiqué de RNF, FNE, WWF, LPO, Fondation Nicolas Hulot, L
Lu 3499 fois

Dans la même rubrique :

S.O.S

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide