ACME
Affaire SEEG Veolia – état Gabonais : Nicaise Moulombi, le visionnaire 01/09/2018 Veolia sous le coup d’une enquête pour corruption en Arménie 01/09/2018 Assises de l'eau : les quatre priorités fixées par le Gouvernement : Le comité stratégique de la filière eau est présidé par Antoine Frérot, PDG de Veolia !!! 30/08/2018 Rachat de la Saur par EQT : un jour sans fin… 28/08/2018 Veolia paie des voyages à Paris pour des hauts fonctionnaires arméniens afin d'augmenter le prix de l'eau 27/08/2018 Guadeloupe 19 juillet : Une conférence régionale sur l’eau à la Préfecture 20/07/2018 Quatre candidats en lice pour s'offrir le spécialiste de l'eau Saur 18/07/2018 LE GOUVERNEMENT ANNULE LES ASSISES DE L’EAU ! 16/07/2018 Le Télégramme 6 juillet : Quimper : Eau secours 29 et le Carepa sont à nouveau montées au créneau pour dénoncer un règlement de l’eau favorisant le délégataire au détriment des usagers 08/07/2018 Marianne 3 juillet : Fête de l’Huma : finies les tournées de Cuba Libre offertes par le SIAAP  Boîte de réception x 07/07/2018 Bordeaux: Suspectant de la corruption, une association Trans'cub dépose plainte sur le dossier eau : l'ACME et le FRICC soutiennent l'association de défense des consommateurs Trans'cub 05/07/2018 France Antilles 3 juillet : Guadeloupe : CAPESTERRE BELLE-EAU Gestion de l'eau : dépôts de plainte en cascade en perspective ? 03/07/2018 MARCHÉS DE L’EAU : LES BUREAUX D’ÉTUDE DANS LE VISEUR DE LA JUSTICE 02/07/2018 Roquebrune Cap Martin la Riviera française Nice matin 2 juillet 2018 : Une association créée pour renégocier le prix de l'eau 02/07/2018 Marsactu par Lisa Castelly, le 29 Juin 2018 :   Soupçons d’emplois fictifs à la Seramm, filiale de Suez à Marseille Métropole 02/07/2018 Création à Roquebrune Cap Martin de l'Association de Sauvegarde de l'Eau de la CARF (Communauté d'Agglomération de la Riviera Française) 01/07/2018 Eau potable : Loches Sud Touraine fait le choix de la gestion publique 01/07/2018 Le chlordécone, ce poison 01/07/2018 France Antilles Guadeloupe 28 juin : Dossier de l'eau : les associations de défense des usagers font le point 28/06/2018 FRICC et ACME : C à vous France 5 25 juin 19h : le scandale du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et la réaction scandaleuse du ministre Nicolas Hulot 26/06/2018 20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018 Assainissement de la Métropole de bordeaux : Trans’cub demande l’ouverture d’une enquête 20/06/2018 L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris 20/06/2018 AFP Le Figaro 19 juin 2018 : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 19/06/2018 Radio Caraibes International RCI 19 juin : Une plainte pour détournements de fonds publics déposée contre la SME 19/06/2018 France Antilles 19 juin 2018 : La Société Martiniquaise des Eaux, filiale de Suez, visée par une plainte pour détournement de fonds publics 19/06/2018 « Le Scandale de l’Eau En Guadeloupe » 19/06/2018 Bordeaux Métropole : l'association Trans'Cub va alerter la justice sur le marché de l'assainissement 18/06/2018 ssainissement Bordeaux : Alain Juppé a dû faire appel à l’Inspection générale des services 16/06/2018 Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019 15/06/2018 INFO FRANCE BLEU PARIS - Inondations : le maire de Wissous attaque Suez devant le tribunal administratif 14/06/2018 Interview dans le journal de 9h de France Bleu IdF Paris du maire de Wissous (91) sur les inondations dans sa ville dont la cause provient du mauvais entretien des bassins de rétention des eaux pluviales gérés par Suez 14/06/2018 Journal télé de 19h de Martinique 1ère 13 juin 2018  Plainte du FRICC et de l'ACME envers le président de l'ex SICSM et la SME filiale de Suez en Martinique depuis 1977 14/06/2018  Communiqué de presse du FRICC et de l'ACME du 7 juin 2018 13/06/2018 Le JDD du 10 juin 2018 : L'eau en Martinique : Suez visé par une plainte du FRICC et de l'ACME 10/06/2018 Midi Libre 6 juin 2018 : Gestion de l’eau à Nîmes : Eau bien commun Gard accuse l’Agglo de délit de favoritisme 07/06/2018 Veolia, Suez, Aqualia et Aguas de Valencia, impliquées dans plusieurs affaires de corruption en Europe et les conséquences 06/06/2018 CU Bordeaux Assainissement : Trans'Cub demande des explications 29/05/2018 À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique 29/05/2018 A Valbonne, la gestion de l'eau était confiée à Suez et depuis le 1er janvier 2018 elle est désormais publique 20/05/2018
           
PRIVATISATION DANS LE MONDE

Scandale à Soweto : Suez demande la fermeture des fontaines publiques pour concurrence déloyale

Nous avons tous été scandalisés par l’exemple qui a été donné de la privatisation de l’eau à Soweto en Afrique du sud. Suez a demandé la fermeture des fontaines publiques pour éviter la « concurrence déloyale », et a trouvé des élus obéissants qui ont obtempéré. Les habitants les plus pauvres vont désormais s’alimenter aux rivières, dont on sait les risques pour la santé publique. Voilà un exemple particulièrement éclairant des dégâts des privatisations.



Scandale à Soweto : Suez demande la fermeture des fontaines publiques pour concurrence déloyale
Nous le savons tous, on commence toujours par la libéralisation, c’est-à-dire la mise en concurrence et le retrait de l’intervention publique, et ça finit par la privatisation, avec parfois l’étape de l’ouverture du capital comme c’est actuellement le cas, en France, avec EDF.

Telle est la perspective que nous propose l’AGCS : la libéralisation « de tous les services, dans tous les secteurs "
Nous avons été tout aussi scandalisés par le cas de cette entreprise d’alimentation dans les Flandres. Elle licencie ses salariés et passe un contrat avec une société d’intérim des Pays-Bas qui recrute des travailleurs Polonais à un salaire défiant toute concurrence. Heureusement, la stratégie de cette entreprise a été mise en échec, grâce à l’intervention des syndicats et de ce qu’il reste du droit du travail. Mais il s’agissait, à n’en pas douter, d’une des formes possible de l’application du projet de directive Bolkestein de destruction généralisée du droit du travail.

Plusieurs intervenants l’ont dit, il faut lier notre lutte contre l’AGCS et celle contre les privatisations, le libre-échange et la directive Bolkestein. Il existe en effet un point commun, un fil directeur entre toutes ces politiques qui ne sont que des applications sectorielles d’une seule et même politique globale, la politique néolibérale. Son cœur, là où il faut viser, c’est la libéralisation, la privatisation, la destruction du droit du travail, le libre-échange.

L’article 16.1 de l’AGCS stipule d’ailleurs que « Les Etats membres [de l’OMC] veillent à ce que ces prestataires soient uniquement soumis aux dispositions nationales de leur Etats membres d’origine ». On retrouve ainsi la notion de « pays d’origine » qui est au centre de la directive Bolkestein.

S’il fallait retenir une leçon de cette Convention, elle serait à l’évidence la suivante : comment informer et mobiliser la population ? Comment intéresser les citoyens ? Comment leur apporter les éléments d’information qui leur permettront de se mobiliser ? Tel est notre problème principal : comment susciter une dynamique dans la population, susceptible de bousculer les politiques néolibérales ? Sans mobilisation de la population, nous n’y arriverons pas.
Un participant a proposé d’établir une sorte de base de données des « bonnes pratiques » en matière d’information et de mobilisation de la population. C’est certainement une idée que le comité de pilotage européen s’attachera à mettre en œuvre.

Pour parvenir à cette mobilisation des citoyens, nous possédons deux atouts incomparables : la « triple alliance » que nous avons constituée entre syndicats, collectivités publiques et associations, et le service public comme alternative au néolibéralisme pour répondre aux besoins de la population.

Notre premier atout est ce que j’appelle la « triple alliance ». C’est ce que nous avons réussi hier et ce matin, l’alliance entre des syndicats, des collectivités locales et des associations. C’est une force immense dont le potentiel est considérable. Cette alliance n’en est qu’au tout début de sa mise en mouvement. Nous n’avons pas encore, loin de là, épuisé toutes les possibilités qui s’offrent à nous de s’adresser à la population et de contribuer à sa mobilisation.
Les syndicats, via leurs adhérents, sont au contact de millions de salariés. L’information peut donc circuler, des formations peuvent être envisagées, que ces salariés soient dans le secteur privé ou dans le secteur public. Les collectivités locales administrent des millions de citoyens. Beaucoup a déjà été fait : pose de panneaux à l’entrée des villes pour dénoncer l’AGCS, expositions dans les services publics locaux, journaux municipaux expliquant ce qu’est l’AGCS, réunions publiques...
Les associations, plus modestement, sont aussi au contact de centaines de milliers de personnes et contribuent, à leur manière, et de façon complémentaire, à la diffusion de l’information, à la formation de l’esprit critique des citoyens et aux mobilisations.
A la différence de bien des réunions internationales, nous n’avons pas entendu, ici à Liège, la langue de bois ou sa cousine, la langue de coton. C’est ainsi que des critiques ont été adressées à des organisations syndicales et à des collectivités publiques à propos desquelles je voudrais réagir.

Plusieurs participants ont regretté une certaine passivité du mouvement syndical sur l’AGCS et les questions de l’OMC. Il est vrai que le mouvement syndical, d’un point de vue général, n’est pas encore vraiment mobilisé contre l’AGCS et les politiques de l’OMC. Ces questions apparaissent loin des préoccupations immédiates des salariés, qui sont soumis à une pression quotidienne sur l’emploi, les salaires, les conditions de travail, les libertés syndicales. S’intéresser à l’AGCS et à l’OMC peut apparaître pour des organisations syndicales, dans ce contexte, comme une sorte de luxe ou de superflu par rapport aux urgences auxquelles elles doivent faire face.
Si le mouvement syndical ne se mobilisait pas contre l’AGCS et les politiques de l’OMC, c’est nous tous qui en serions responsables. Ce serait notre échec collectif qui signifierait que nous ne serions pas parvenus à établir et à démontrer au mouvement syndical et aux salariés la cohérence globale des politiques néolibérales. Car le lien est direct entre le chômage, le gel des salaires, la précarité, les atteintes aux libertés syndicales et les politiques menées par l’Organisation mondiale du commerce. Les négociations en cours, qui doivent se conclure à Hong Kong en décembre, portent sur les services (l’AGCS), l’agriculture, les produits non-agricoles, la propriété intellectuelle, etc. Ces politiques sont d’inspiration néolibérale, c’est-à-dire qu’elles reposent sur le principe absolu de la concurrence et du libre-échange, et par conséquent sur la libéralisation, la privatisation et le retrait de toute intervention publique dans l’économie. Seuls comptent les mécanismes « spontanés » du marché. Ce sont bien ces politiques qui fabriquent du chômage et de la précarité et qui cherchent à écraser toute forme de résistance chez les salariés pour leur imposer les bas salaires et la dégradation de leurs conditions de travail.
A nous d’établir ces liens. Et ce week-end nous avons progressé, jamais la présence d’organisations syndicales n’avait été aussi importante. Notre Convention a ainsi été co-organisée avec le Forum social belge qui compte les deux grandes confédérations syndicales de Belgique. Plusieurs organisations syndicales étaient présentes, venant de plusieurs pays. Certes, les organisations syndicales de salariés du secteur public se sentent peut-être davantage concernées que celles qui représentent les salariés du secteur privé. Mais ce serait une illusion de le croire car l’accélération du libre-échange impulsée par l’OMC affecte directement l’emploi privé par le biais des délocalisations.
A nous, par conséquent, de poursuivre avec patience notre activité d’éducation populaire parmi les salariés et les syndicats.

Des intervenants ont également regretté ce qu’ils ont appelé un « double langage » chez certains élus. Ils ont fait observé que ces derniers, tout en déclarant leur collectivité « hors AGCS », avaient une attitude ambiguë vis-à-vis de services publics locaux qu’ils laissaient au privé – l’exemple de l’eau a été donné – ou même qu’ils s’apprêtaient à privatiser. Personne, ici, n’est naïf. Nous savons très bien que les jeux politiciens et le double langage existent, et que des élus pourraient s’y adonner.
Attention cependant à ne pas adopter d’attitudes intransigeantes qui ne pourraient que ruiner nos efforts.
Oui, il existe des contradictions dans les politiques menées par certaines collectivités publiques qui, d’un côté, sont avec nous contre l’AGCS, et qui, d’un autre côté, semblent ne pas en tirer toutes les conséquences. Résoudre ces contradictions ne pourra se faire, là aussi, que par la poursuite du dialogue avec ces élus et, surtout, par un travail d’éducation populaire enraciné au plus profond de la population.
La « triple alliance » que nous mettons en place permet ce dialogue. Elle peut se traduire par de nouvelles politiques des services publics locaux, associant mieux les élus, les personnels de ces services publics et les usagers. Mais tout cela ne se fera pas brutalement, d’un seul coup, c’est un processus nécessairement long car il remet en cause des décennies d’habitudes et la domination sans partage de l’idéologie néolibérale.
Reconnaissons que pour la première fois quelque chose de radicalement nouveau est en train de naître. On peut même parler de renaissance et de régénérescence.

Pour contribuer à la mobilisation des citoyens nous disposons d’un second atout : le service public. Lui seul peut répondre aux besoins des citoyens, de tous les citoyens. Le marché, par principe, ne peut y parvenir puisqu’il ne s’intéresse qu’aux individus solvables. On entend dire fréquemment que le mouvement altermondialiste serait doué dans la critique mais qu’il n’aurait rien à proposer. Nous proposons le service public ! Il est une alternative puissante et efficace aux politiques néolibérales. Il s’oppose, point par point, à ces dernières :

- la propriété de ces services est publique, elle n’est pas privée, elle ne contribue pas à l’enrichissement personnel d’actionnaires obsédés par le dividende ou la plus-value puisque par définition les services publics ne sont pas cotés à la Bourse et qu’ils ne contribuent pas à la financiarisation des économies. C’est même exactement le contraire, c’est par l’accroissement du poids des services publics que l’on peut contribuer à diminuer le poids des marchés financiers ;

- le service public, et je reprends ici la magnifique conception française qui a une portée universelle, est l’instrument qui permet de répondre aux besoins d’intérêt général. C’est donc le principe d’égalité qui est placé, grâce au service public, au-dessus du principe de la concurrence « libre et non faussée ».


L’intitulé de notre Convention parle de lui-même, nous évoquons la « promotion » des services publics. Nous avons voulu rompre avec la seule défense du service public. Bien sûr, il s’agit pour nous, toujours, de défendre le service public. Mais il s’agit aujourd’hui d’aller bien au-delà, de sortir de décennies d’une posture défensive qui a certainement permis de limiter les dégâts, mais qui n’a pas empêché la destruction massive de nombreux services publics sous les coups de boutoir des politiques néolibérales.

Reprenons la définition française du service public, et je signale que nous préférons cette expression – service public - à celle, qui ressemble à du patagon, utilisée dans les textes de l’Union européenne, qui parlent se « services d’intérêt général ». Il manque simplement le mot « public » alors qu’il est essentiel. Le service public, donc, permet de répondre aux besoins d’intérêt général.
Or, ces dernières décennies, nous avons tous lutté contre le démantèlement des services publics, mais nous n’avons pas lutté, en même temps et avec la même vigueur, pour la promotion de nouveaux services publics. Pourtant de nouveaux besoins d’intérêt général sont apparus dans nos sociétés. C’est le marché qui les a récupéré, tout en les dénaturant, laissant de côté des millions de citoyens.

Prenons quelques exemples :
L’allongement de l’espérance de vie offre une nouvelle vie après le travail. On ne peut pas limiter cette évolution à la nécessité de construire des maisons de retraite ou de faire face à la dépendance. Les nouveaux retraités veulent voyager, retourner à l’université, faire du sport, se cultiver, se distraire, s’impliquer dans la vie sociale...
Alors que nous disposons dans la plupart de nos pays européens de systèmes d’éducation publics à l’échelon national, rien de tel n’existe pour la petite enfance. Tout repose, et heureusement, sur l’intervention des collectivités locales.
On peut faire la même observation pour le sport, la culture, l’eau, le logement, l’environnement, les jeunes exclus du système scolaire sans emploi ni qualification...

Le marché est-il la seule réponse à ces nouveaux besoins ? Il y a place pour des services publics locaux, départementaux et régionaux afin de répondre à ces besoins, anciens ou nouveaux. Permettez-moi une parenthèse à ce propos.
L’année dernière des élections régionales ont eu lieu en France. Sur 22 régions métropolitaines, 21 sont désormais gérées par la gauche. Que s’est-il passé en matière de services publics ?
Rien ! Alors qu’il est possible de reconstruire le service public « par en bas » nous avons plutôt observé de l’inertie et une absence totale d’innovation en la matière.
Pourtant ce sont les collectivités locales, à l’exemple qui a été donné de la création d’un service public départemental des maisons de retraite dans l’Essonne, qui permettent de répondre à ces besoins nouveaux. Mais tout ceci reste émietté, dispersé, inégal. La création de services publics nationaux, et décentralisés, j’insiste beaucoup sur cet aspect car nous avons été tous déçus par le caractère parfois outrageusement centralisé des services publics nationaux, est aujourd’hui une réflexion qu’il convient de mener avec ardeur.

Notre alliance, à Liège, a franchi une étape. Il faut désormais poursuivre dans cette voie et envisager l’avenir. Les interventions à la tribune et dans la salle en ont donné le sens.

Je rappelle par exemple quelques propositions qui ont été faites et qui permettraient, précisément, de franchir de nouvelles étapes : réaliser un audit des services publics à l’échelle locale et construire un référentiel des bonnes pratiques en matière de gestion de ces services publics. Nous avons aussi la perspective du Forum social mondial en janvier. L’année dernière, déjà, nous avions innové, puisque nous avions établi un partenariat avec le Forum des autorités locales pour y intervenir sur les questions de l’AGCS et de l’OMC.
Le Forum social mondial, cette année, vous le savez, est décentralisé à Caracas, à Karachi et à Bamako. Nous avons certainement à nous préoccuper de notre participation à ces trois évènements afin d’étendre encore notre action et d’envisager, pourquoi pas, un jour ou l’autre, une Convention mondiale contre l’AGCS et pour la promotion des services publics ! Ces derniers, en effet, ont une vocation universelle et concernent aussi bien l’échelon local, départemental, régional, national, européen et mondial.

Le comité de pilotage européen que nous avons mis en place est remarquable par sa diversité, tant géographique que politique, puisque s’y trouvent des élus de différentes sensibilités ainsi que des syndicats et des associations de plusieurs pays européens, Attac en étant la cheville ouvrière. Nous pouvons remercier le comité de pilotage, ainsi que le bourgmestre de Liège, pour son accueil à la fois efficace et chaleureuxPour terminer je voudrais reprendre la formule lancée tout à l’heure par mon ami Riccardo Petrella. Il rappelait que le service public, à la différence de l’économie marchande qui nous écrase, relève de l’économie non-marchande. Cette dernière est celle qui vise à répondre aux besoins humains, elle est faite pour l’Homme. Par conséquent, disait Riccardo, le sens de notre bataille est de « défendre le sens du sacré ».

Scandale à Soweto : Suez demande la fermeture des fontaines publiques pour concurrence déloyale

Mercredi 2 Novembre 2005
Mercredi 29 Mars 2006
l'équipe acme
Lu 2496 fois


1.Posté par JL LINOSSIER le 02/11/2005 18:28
Coup de gueule,

Etait-il nécessaire de faire un si lointain voyage et discourir si longtemps
pour redécouvrir ce que nous avons sous les yeux, chez nous, en France
depuis plus
d'un siècle et qui est présenter à la Terre entière comme le modèle
français, à mettre en place de partout dans le monde, pour le bonheur de
tous ?
Les français auraient-ils la méméoire aussi courte que le prétendait
Philippe Pétain ?

En France, la première compagnie des eaux privée, la CGE (Compagnie générale
des Eaux) est née à Lyon en 1853 de par la volonté d'un préfet d'empire avec
comme mot d'ordre de proposer un nouveau service : l'eau sur le robinet dans
les demeures. Ce nouveau service était bien entendu payant puisqu'il
prétendait se substituer à l'eau gratuite servie à la fontaine publique.
Les régies qui voulaient rester en place se devaient donc d'offrir le même
service.
Mais à une condition : la fermeture des fontaines publiques et la mise en
place de compteurs pour mesurer le service rendu.
Etait donc, déjà et dès lors, avancée la notion de concurrence déloyale des
fontaines publiques. Pourquoi déloyale, d'ailleurs, puisque le service n'est
pas le même ?
Ben voyons, pour ne pas affoler les plus pauvres et amorcer la pompe si l'on
peut dire,
les 2 systèmes ont fonctionné en parallèle pendant plusieurs décennies pour
"habituer le gogo" mais les distributeurs avaient dans l'idée d'arriver
progressivement à tout distribuer via les COMPTEURS.
Déjà l'idée de monopole par l'unicité du service.

La grande innovation fut donc de MARCHANDISER le service publique de
distribution d'eau potable en utilisant le compteur comme instrument de
mesure de la grandeur (le poids, l'intensité ...), de l'évaluation de
l'intensité du service rendu.
Par souci de concurrence, les régies qui servaient la distribution ont du
s'aligner sur les délégations au privé.

Un exemple de plus des dégats causés plus tard, par une décision qui
semblait anodine au départ.
La privatisation actuelle de GDF est en concordance avec cette analyse et
pour EDF,
ça démarre de la même façon.

Quant à évoquer les malheurs de ceux qui à Soweto sont contraints d'aller
s'approvisionner à la rivière parce qu'ils ne peuvent pas se payer le
service proposé par les sociétés privées et à cause de la disparition des
fontaines, il faudrait aussi penser à ceux qui, près de chez vous, ne
peuvent pas se payer l'eau sur le robinet.
En France, comme je l'ai dit plus haut, les fontaines publiques sont fermées
depuis belle lurette et dans beaucoup de communes et villes, les rivières
ont été couvertes pour libérer de l'espace urbanisable.
Pour ces pauvres c'est donc pire qu'à Soweto.
Et ces malheureux existent. Les statistiques les comptabilisent.
Mais c'est tellement peu connu que nos penseurs doivent aller parlotter des
jours à
Liège, sur un exemple situé à Soweto, alors qu'il peuvent trouver cela à
leur porte. Vive la communication !
Pour ce qui concerne par exemple le Grand Lyon, en 2004, l'eau a été coupée
à 550 abonnés et 1610 ont été "lentillés".
Et grâce à cela, les fermiers du Grand Lyon roulent sur l'or bleu
commedisait l'autre.
En 2004, 18 millions d'euros d'excédent d'exploitation pour 104 millions de
CA ; 18.4 % ! Alors que les frais de personnel se montent à seulement à 17.5
millions
d'euros donc moins que l'excédent d'exploitation empoché par les fermiers !

C'est donc l'exemple français, le modèle français, que les 3 grands
prédateurs français (VEOLIA? ONDEO ET BOUYGUES) veulent exporter dans le
monde en l'amalgamant à la gestion par bassins hydrographiques qui n'a rien
à voir avec la question en débat.

Vous l'aviez reconnu, cette gestion est la délégation par affermage qui
donne au fermier la rémunération d'un service utilisant un matériel dans
lequel il n'a rien investi ; un peu comme un syndic d'immeuble.
Pour faire court, c'est l'illustration parfaite, jusqu'à la caricature, de
l'adage selon lequel le capitalisme socialise les pertes et les charges,
tout en privatisant les profits.
Les actionnaires ne s'en plaignent pas. On devine pourquoi !
Tout dans cette gestion est d'ailleurs caricatural.
Le prix de l'eau et son évolution dans le temps sont fixés à la signature du
contrat pour toute la durée de ce contrat, sans corrélation avec le coût
réel du service mais de manière léonine pour faire progresser ce prix, quoi
qu'il
arrive, de 4 à 5 % par an. Et je peux expliquer le système aux sceptiques,
sans qu'ils leur soit obligatoire de se rendre ni à Soweto, ni à Liège
d'ailleurs.

Tout cela pour dire qu'il me semble surréaliste d'aller pérorer à Liège
pendant plusieurs jours alors qu'on a l'exemple de la discussion dans sa
commune.

C'est énervant et décevant.

J'espère que ce coup de gueule sera le départ d'un débat auquel je suis prêt
à participer.

Cordialement

CACE nov 2005




Dans la même rubrique :

LOBBYING | PRIVATISATION DANS LE MONDE | PRIVATISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION EN FRANCE | REMUNICIPALISATION DANS LE MONDE | ACTIONS JURIDIQUES | EAU A PARIS | L'EAU DE LILLE | L'EAU DE LYON | L'EAU de CORSE | L'EAU de BRETAGNE | EAU A TOULOUSE | Water Makes Money le Procès

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide