ACME
L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019
           
LA LOI SUR L'EAU

Sénat: LA LOI SUR L'EAU

- Dans le cadre de la première lecture de la loi sur l'eau et les milieux aquatiques, le Sénat a adopté un amendement à l'article 4 qui maintient dans tous les cours d'eau un débit réservé d'un dixième du débit moyen.

- Le casse-tête juridique des redevances sur l’eau



Vers un débit réservé d'un vingtième des cours d'EAU

Sénat: LA LOI SUR L'EAU
Un débit réservé est un débit permettant de maintenir la vie aquatique, malgré la présence d'une centrale hydroélectrique.

La loi sur la pêche de 1984 avait déjà mis en place ce débit d'un dixième, mais le Groupement des producteurs autonomes d'énergie hydroélectrique (GPAE) avait demandé mi-mars qu'il ne soit plus inscrit dans la loi, estimant que le débit réservé devait être décidé au cas par cas. Le ministère chargé de l'environnement a lui-même proposé cet amendement qui

«tend à résoudre une difficulté liée à la définition du débit réservé. Celui-ci doit correspondre à 10% du module, mais ce n'est qu'une moyenne sur l'année. Il doit être possible, à certains moments, de descendre en dessous, pourvu que ce ne soit pas trop bas. Si l'on ne fixait pas de plancher, on pourrait imaginer que dans des cas extrêmes, on aille jusqu'à un débit nul. Cet amendement en fixe un.»


En revanche, Serge Lepeltier s'est dit opposé à l'amendement proposé par Bruno Sido, qui demande un débit réservé d'un vingtième pour les «ouvrages qui contribuent à fournir de l'énergie pendant les pics de consommation, dont la liste est établie par décret pris après avis du Conseil supérieur de l'énergie.»

Le sénateur a justifié sa proposition par l'importance de l'hydroélectricité en France pour lutter contre le changement climatique. Le ministre a cependant peur que cette mesure fasse passer progressivement tous les débits réservés à un vingtième.

article de Claire AVIGNON JDLE

LES AUTRES AMENDEMENTS RESTANTS EN CONSULTATION

La LOI SUR L'EAU EN DISCUSSION

LA PRESENTATION DU PROJET DE LOI SUR L'EAU PRESENTE EN DISCUSSION AU SENAT

LA DEFINITION D'UN COURS D'EAU

Sénat: LA LOI SUR L'EAU
Une circulaire du 2 mars 2005, non publiée au Journal officiel du ministère chargé de l'environnement, demande aux préfets de régions et de départements de rappeler les interprétations données à la notion de cours d'eau en fonction des jurisprudences au niveau local, et d'harmoniser leur position.

Ils sont chargés, si nécessaire, d'engager une concertation avec les acteurs de l'eau, notamment la profession agricole, pour faciliter l'application de cette harmonisation. Le document rappelle que la définition d'un cours d'eau s'est construite de façon pragmatique sur la base de la jurisprudence et qu’en temps normal le législateur français s'attarde peu sur ce type de définition, ce qui n'est pas le cas au niveau européen.

La jurisprudence qualifie le cours d'eau selon deux tendances: la présence et la permanence d'un lit naturel et la régularité d'un débit suffisant sur une grande partie de l'année. Cette dernière caractéristique dépend notamment des données climatiques et hydrologiques locales. L'un des objectifs de cette reformulation consiste à mieux prévenir les inondations, d'autant plus que les torrents méditerranéens peuvent être susceptibles de provoquer des inondations alors même que leur débit estival est très faible.

La circulaire insiste pour que le débit naturel du cours d'eau soit pris en considération et ne tienne pas compte des aménagements qui pourraient réduire le débit, les prélèvements par exemple.

Le casse-tête juridique des redevances sur l’eau

Sénat: LA LOI SUR L'EAU
Le sénateur Bruno Sido (UMP- Champagne-Ardenne), rapporteur du projet de loi sur l’eau, se déclare convaincu de la nécessité de réfléchir à la nature juridique des redevances.


L’article 42 du projet de loi sur l’eau et les milieux aquatiques réforme les redevances des Agences de l’eau en conservant leur statut juridique actuel d’«imposition de toute nature.»

Cet article fixe les règles d’assiette des redevances et des plafonds pour leurs taux, ainsi que les critères de modulation de ces taux. Chaque comité de bassin fixe les taux des redevances sur proposition du conseil d’administration.

Le projet prévoit que les taux de redevances puissent varier dans le temps ou en fonction de l’état des eaux, mais également en fonction de la nature de l’activité du redevable. Les redevances sont perçues auprès des personnes publiques ou privées dans la mesure où ces personnes rendent nécessaire ou utile l’intervention de l’agence, ou dans la mesure où elles y trouvent leur intérêt;

Le projet distingue deux types de redevances:

  • celles qui correspondent à une «responsabilité» de type pollueur-payeur et
  • celles qui correspondent à un «bénéfice» pour l’usager.

    Il crée en outre cinq catégories de redevances:
  • pour pollution de l’eau,
  • pour réseaux de collecte,
  • pour pollutions diffuses,
  • pour prélèvement et consommation d’eau,
  • pour la protection du milieu aquatique.

    Le Conseil constitutionnel a tranché en 1982 en conférant aux redevances le caractère d’«impôts de toutes natures».

    De son côté, le Conseil d’Etat récuse pour la plupart de ces redevances le caractère de «redevances pour service rendu.»

    Ainsi, le projet de loi s’inscrit dans la droite ligne de la récente jurisprudence. Un choix que regrette la commission des affaires économiques du Sénat qui suggère d’«explorer toutes les voies nouvelles ouvertes par l’intégration de la Charte de l’Environnement dans la constitution et en particulier son article 4», qui instaure le principe du pollueur-payeur.

    Ainsi, selon Bruno Sido, il apparaît nécessaire de reconnaître une nouvelle catégorie de redevances: celle des contributions destinées à réparer les dommages causés à l’eau. Cette solution permettrait, selon le sénateur, de « sauvegarder la spécificité des ressources des Agences et de contenir les tentations, au demeurant bien compréhensibles, de l’Etat de puiser dans les ressources des Agences.»

    Elle permettrait, en outre, de maintenir le lien «indispensable» entre les redevances et l’octroi d’aides aux personnes publiques et privées oeuvrant en faveur de la reconquête de la qualité de l’eau à l’échelle des bassins hydrographiques.


    Ludivine Hamy

Sécheresse: les obligations du nucléaire

11/04/2005 13:46 dans le JDLE Maîtriser par Christine Sévillano

Si la sécheresse s'intensifie, les installations nucléaires peuvent être mises à contribution dans la réduction de la consommation d'eau pour des raisons de protection de l'environnement, mais aussi de sûreté nucléaire.



La sécheresse ne constitue pas encore un problème pour les centrales nucléaires, pourtant des dispositions réglementaires existent afin qu'elles prennent des mesures si le débit du cours d'eau devenait trop faible. Seules les installations situées en bordure d'un cours d'eau sont concernées, soit 14 au total. «Aujourd'hui, nous ne constatons pas de difficulté, mais il est difficile de prévoir pour les semaines à venir», explique Alain Schmitt, directeur général adjoint de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Les centrales disposaient d'un système de veille et d'alerte de l'évolution des cours d'eau, qui s'est renforcé avec les fortes chaleurs de 2003. Pourtant, le secteur nucléaire fait la différence entre canicule (une forte hausse des températures) et sécheresse qui a un impact direct sur le débit des cours d'eau. Dans ce dernier cas, les autorités ont prévu des dispositions spécifiques dans les arrêtés d'autorisation de rejets des centrales.

En cas de très faible débit, les exploitants des installations nucléaires sont contraints de limiter leurs rejets radioactifs et non radioactifs pour éviter les atteintes à la faune et la flore. «Nous n'avons pas une valeur limite unique, car chaque arrêté est spécifique selon la centrale. Toutefois, on peut dire que le dispositif est déclenché à partir de quelques dizaines de mètres cubes seconde (m3/s) », poursuit Alain Schmitt. A charge pour l'exploitant de prendre les mesures nécessaires pour parvenir à une baisse des rejets, ce qui implique en général une réduction de la production. Autre obligation réglementaire: la limitation de l'évaporation. Les centrales disposant de tours aéro-réfrigérantes, qui permettent un refroidissement plus important avec moins d'eau, doivent répondre à des limitations réglementaires en cas de sécheresse. Cette évaporation correspond en effet à une consommation, l'eau prélevée n'étant pas complètement rejetée après utilisation dans le process.

La sécheresse peut également poser des problèmes en termes de sûreté nucléaire. «Ils apparaissent quand les débits sont trop faibles pour alimenter le refroidissement de la vapeur, qui, dans les turbines, permet la fabrication d'électricité», développe Alain Schmitt. Dans ce cas particulier (qui ne s'est jamais produit) où les débits sont très bas, de l'ordre de quelques m3/s, le réacteur est immédiatement arrêté, mais le circuit interne a encore besoin d'un peu d'eau pour terminer le refroidissement. Cependant, l'exploitant est censé éviter ce genre de situation extrême par des mesures préventives.

La canicule a fait naître une configuration différente: les hautes températures ont entraîné une hausse de la chaleur des cours d'eau, ce qui a augmenté la température des rejets des centrales nucléaires, alors qu'elles doivent respecter un certain niveau de chaleur pour ne pas avoir d’impact sur la faune et la flore. Le gouvernement a alors émis l'arrêté du 12 août 2003 (1): les installations nucléaires étaient autorisées de manière ponctuelle et surveillée à une hausse de la température des rejets de l'ordre de 1 à 1,5°C selon les cas. Bilan: seules quatre centrales ont utilisé cette dérogation sur quelques jours et aucun impact environnemental n'a été relevé.



(1) Arrêté du 12 août 2003 relatif aux conditions exceptionnelles de rejets d'eau des centrales de production d'électricité



Lundi 11 Avril 2005
Vendredi 15 Avril 2005
Claire AVIGNON-JDLE
Lu 4344 fois


Dans la même rubrique :

L'eau c'est la vie - 16/04/2008

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide