ACME
Veolia invite à déjeuner plus de 1 000 maires dans le congrès de l'Association des Maires de France ce 21 novembre 2018 et à entendre son PDG et sans parler d'un stand luxueux offrant champagne et petits fours pendant 3 jours imputés sur les factures 21/11/2018 Salon 2018 du livre des lanceurs d'alerte 19/11/2018 M Moudenc président de Toulouse Métropole un vrai père noel !!! 17/11/2018 Café citoyen sur la gestion de l’eau 14 novembre à 19h30 50 Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à Saint-Maurice 13/11/2018 Arménie : Une amende de 20 millions drams à payer par la compagnie « Véolia Djur » 11/11/2018 Sénégal -SDE: l’attribution provisoire à Suez suspendue  la bataille pour la distribution de l'eau n'est pas terminée 10/11/2018 SIAAP : RÉSILIATION D’UN MARCHÉ IRRÉGULIER 07/11/2018 La gestion directe fait baisser la facture d’eau à Lesparre Médoc 07/11/2018 Guadeloupe : Mobilisation du collectif d'usagers et des salariés de l'eau 8 novembre 2018 7h devant la Générale des Eaux Veolia 06/11/2018 L'ECHIQUIER MONDIAL. Eau : l'or du XXIe siècle ? 02/11/2018 Gestion de l’eau à Toulouse : une élue qui dérange 02/11/2018 Journal de 20h de France 2 du 1er novembre 2018 01/11/2018 MOBILISATION DES USAGERS ET TRAVAILLEURS DE L'EAU DE GUADELOUPE DU VENDREDI 31/10.2018 A 19H00 PLACE DE LA MAIRIE DE PETIT-BOURG 29/10/2018 M. Santini tente un coup de force contre la démocratie locale 29/10/2018 La Chambre Régionale des Comptes dans son rapport du 10 septembre dernier vient de mettre en demeure le SIAEAG de verser à l'Office de l'Eau de Guadeloupe plus d'un million d'euros pour retard de paiement de frais depuis 5 ans 05/10/2018 INTERVENTION devant le Président MACRON DE GERMAIN PARAN et JACQUES DAVILA représentants guadeloupéen de comité et d'associations d'usagers de l'eau et de lutte contre la corruption et d'associations nationales (ACME FRICC) 30/09/2018 Communiqué des Associations Guadeloupéennes de Défense des Usagers de l'Eau de la CANBT, de la CANGT et de CAP EXCELLENCE 27/09/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC  à la veille de la visite du Président de la République sur la question de l'accès à l'eau d'une bonne qualité 24h sur 24 et 7 jours sur 7 en Guadeloupe à l'instar des autres départements français 25/09/2018 20 minutes 24 septembre : Toulouse: Des citoyens veulent un référendum sur la gestion publique ou privée de l'eau 25/09/2018 Affaire SEEG Veolia – état Gabonais : Nicaise Moulombi, le visionnaire 01/09/2018 Veolia sous le coup d’une enquête pour corruption en Arménie 01/09/2018 Assises de l'eau : les quatre priorités fixées par le Gouvernement : Le comité stratégique de la filière eau est présidé par Antoine Frérot, PDG de Veolia !!! 30/08/2018 Rachat de la Saur par EQT : un jour sans fin… 28/08/2018 Veolia paie des voyages à Paris pour des hauts fonctionnaires arméniens afin d'augmenter le prix de l'eau 27/08/2018 Guadeloupe 19 juillet : Une conférence régionale sur l’eau à la Préfecture 20/07/2018 Quatre candidats en lice pour s'offrir le spécialiste de l'eau Saur 18/07/2018 LE GOUVERNEMENT ANNULE LES ASSISES DE L’EAU ! 16/07/2018 Le Télégramme 6 juillet : Quimper : Eau secours 29 et le Carepa sont à nouveau montées au créneau pour dénoncer un règlement de l’eau favorisant le délégataire au détriment des usagers 08/07/2018 Marianne 3 juillet : Fête de l’Huma : finies les tournées de Cuba Libre offertes par le SIAAP  Boîte de réception x 07/07/2018 Bordeaux: Suspectant de la corruption, une association Trans'cub dépose plainte sur le dossier eau : l'ACME et le FRICC soutiennent l'association de défense des consommateurs Trans'cub 05/07/2018 France Antilles 3 juillet : Guadeloupe : CAPESTERRE BELLE-EAU Gestion de l'eau : dépôts de plainte en cascade en perspective ? 03/07/2018 MARCHÉS DE L’EAU : LES BUREAUX D’ÉTUDE DANS LE VISEUR DE LA JUSTICE 02/07/2018 Roquebrune Cap Martin la Riviera française Nice matin 2 juillet 2018 : Une association créée pour renégocier le prix de l'eau 02/07/2018 Marsactu par Lisa Castelly, le 29 Juin 2018 :   Soupçons d’emplois fictifs à la Seramm, filiale de Suez à Marseille Métropole 02/07/2018 Création à Roquebrune Cap Martin de l'Association de Sauvegarde de l'Eau de la CARF (Communauté d'Agglomération de la Riviera Française) 01/07/2018 Eau potable : Loches Sud Touraine fait le choix de la gestion publique 01/07/2018 Le chlordécone, ce poison 01/07/2018 France Antilles Guadeloupe 28 juin : Dossier de l'eau : les associations de défense des usagers font le point 28/06/2018 FRICC et ACME : C à vous France 5 25 juin 19h : le scandale du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et la réaction scandaleuse du ministre Nicolas Hulot 26/06/2018 20 juin : Outre mer 1ère 20 juin : Martinique : plainte pour détournement de fonds publics contre la SME 20/06/2018
           
Communiqués de Presse d'Anticor

Séverine Tessier (Présidente d'Anticor) : 'Les capitaux circulent librement mais pas les juges'

A l'occasion du procès des marchés truqués d'Ile-de-France», Libération a reçu Séverine Tessier,présidente d'Anticor, association d'élus qui a pour objectif le combat contre la corruption dans le monde politique.





Chrysangy : Les lois sur le financement politique ont-elles réellement changé les pratiques et moralisé la vie politique?

Séverine Tessier. Le financement politique en France est désormais public. Et les dons d'entreprises sont interdits, pourtant les lois sont contournées par des chefs d'entreprise qui donnent en leur nom privé des fonds pour des campagnes électorales en échange de marchés publics que les élus leur octroient. Mais aussi par des surfacturations de prestations. Le financement associatif est aussi parfois très douteux, puisque certaines collectivités accordent des fonds publics de manière discrétionnaire à des associations proches de leurs partis politiques. De plus, les fondations politiques peuvent recevoir des donations d'entreprises, ce qui ne garantit pas la transparence.
En fait, on peut dire que la corruption emprunte tous les visages de la modernité, et la libéralisation croissante des services publics n'est pas de nature à nous rassurer.

Après avoir amnistié les délits politico-financiers, on a rédigé la grande loi de concorde de 1995 sur le financement de la vie politique, mais depuis
on tente encore de garantir l'impunité pour les corrompus puisque cette loi et les condamnations qui en découlent ne sont pas
corrrectement appliquées. Comme l'inéligibilité.

Laurent fatigué: D'après vous, la corruption est elle plus présente aujourd'hui ou juste plus visible (ce qui serait un point positif)?

La corruption est estimée par les Nations Unies à 0,5 à 1 point de croissance mondiale. C'est colossal. Et compte tenu de la dérégulation financière, la corruption semble s'étendre avec la criminalité économique.

charly: Comment jugez-vous la position de Roussin, hier au procès des marchés truqués?

Malheureusement, là encore, une affaire converge vers le Président de la République. Michel Roussin tente de se démarquer. On a affaire à un véritable système et la tentation est toujours présente de se dédouaner pour expliquer que les responsabilités sont ailleurs. De toute façon tôt ou tard, les dirigeants des partis politiques sont bien tenus de rendre des comptes, si ce n'est devant la justice, au moins devant leurs électeurs.

Turbet: quelles sont les propositions d'ANTICOR pour lutter contre la corruption?

Nos propositions touchent autant aux pratiques qu'aux institutions. Par exemple, nous voulons un statut de l'élu digne de ce nom, c'est-à-dire avec des droits, mais aussi des obligations, notamment une limitation stricte du cumul des mandats et des fonctions. Et une formation obligatoire pour les élus, sur la gestion publique locale, le budget et les marchés publics. Certaines de ces propositions sont liées à l'éthique à proprement parler, comme le fait de rendre inéligible un élu condamné pour corruption, ou d'interdire à des entreprises dont les cadres ont été condamnés pour des pots-de-vin d'obtenir des marchés publics.
D'autres propositions sont de nature à renforcer la démocratie et les contre pouvoirs. De plus, nous travaillons en ce moment à l'élaboration d'un grand livre
collectif, dans lequel nous présenterons des idées pour lutter contre la corruption et nous essaierons de les promouvoir dans les partis politiques.

Claire: Anticor semble être composé uniquement d'élus. Comment peut combattre la corruption des politiques uniquement avec des élus?

Au départ, Anticor est une association d'élus, de gauche et de droite, sauf extrême, qui ont décidé de s'unir pour réhabiliter la politique et montrer que sur 500.000 élus, seule une poignée nous discrédite. Nous voulons appeler les partis politiques à faire le ménage. Mais nous avons aussi un comité de parrainage, présidé par le juge Halphen, et qui comprend beaucoup de personnalités et des associations. Ainsi qu'une association qui
s'appelle Les amis d'Anticor, pour permettre à des citoyens non élus de nous aider et de constituer des groupes locaux. C'est ainsi que nous espérons créer un véritable réseau anticorruption.

Anne-Eugenie: faut-il que les élus convaincus de corruption soient inéligibles à vie ou ont-il "droit au pardon"?

Notre proposition est de rendre inéligible un élu condamné définitivement pour corruption, trafic d'influence... Parce qu'on le voit bien pour un fonctionnaire ou un comptable qui aurait pris dans la caisse de sa société, c'est la règle qui s'applique, on ne le remet pas à son poste. Quand on est élu, on doit être exemplaire parce qu'on incarne l'autorité publique. C'est une proposition forte mais de nature dissuasive. Nous en avons longuement débattu. Nous considérons qu'un élu peut militer autrement qu'en exerçant un mandat électoral.

Naema: Le TCE permettra-t-il de lutter contre le blanchiment de l'argent sale et la délinquance financière?

Plusieurs directives européennes contre le blanchiment de l'argent sale, ou contre la corruption, ont déjà vu le jour. Mais ce n'est qu'un rideau de fumée face à l'ampleur du problème. Dans l'Europe qui se construit, le marché prime sur la chose publique et l'intérêt général. Les capitaux circulent librement mais pas les juges. Les multinationales règnent en maître absolu sur nos économies. Je considère qu'en empêchant l'harmonisation fiscale, face aux paradis fiscaux, et en refusant de se donner les moyens de combattre activement le blanchiment de l'argent sale, par la régulation financière, le Traité constitutionnel européen ne donne pas les outils pour combattre la corruption.
De plus, la partie III prône un libéralisme effréné avec le principe de concurrence libre et non faussée. Cela laisse la porte ouverte à la privatisation des services publics, comme c'est déjà le cas de l'énergie ou de la gestion des ressources naturelles. Malheureusement, les intérêts privés et claniques de firmes prédatrices prêtes à tout pour accroître leur part de marché priment. Le plus choquant est qu'on refuse de responsabiliser ces acteurs. Or la grande criminalité économique nourrit non seulement la contestation sociale et le populisme, mais aussi diverses formes de criminalité comme le trafic d'armes, la drogue, le terrorisme, la prostitution... La lutte contre la corruption est une priorité pour promouvoir un développement durable et solidaire et de ce point de vue, le compte n'y est pas.

Lico: Eva Joly a récemment dénoncé ces affaires étouffées qui discréditent la France. Les politiques peuvent-ils retrouver le crédit perdu ou faut-il renouveler la classe politique française?

Malheureusement, la séparation des pouvoirs n'est pas réelle. Et la justice est encore sous tutelle du pouvoir politique en lui étant hiérarchiquement subordonnée. La carrière des magistrats, les nominations, les promotions, dépendent du Garde des Sceaux. Le fait que les juges sont ainsi muselés par l'exécutif crée un déséquilibre, et laisse penser que la justice française est à deux vitesses. Impitoyable pour les citoyens ordinaires et plutôt laxiste en matière de délits politico-financiers. On constate dans les procès qui ont défrayé la chronique que certains juges ont fait l'objet de déstabilisation, de pressions, de menaces, comme ce fut le cas de madame Eva Joly, ou juge Halphen, c'est un vrai problème démocratique. Et c'est aussi pourquoi je milite pour une sixième République, dans laquelle on renforce l'indépendance des juges tout en les responsabilisant.

François: très récemment, une loi est passée qui permet d'augmenter les montants au delà desquels il y a obligation pour une collectivité locale de mettre en place un appel d'offres pour l'octroi de marchés publics. Est-ce que cette disposition n'est pas dangereuse?

Cette disposition constitue une forme de légalisation d'arrangements occultes, puisqu'en dessous des seuils un élu peut s'entendre facilement avec une entreprise. Et la mise en concurrence est simplifiée. Le problème de cette réforme, c'est qu'on a supprimé l'obligation d'organes de contrôle dans les appels d'offres. D'autre part, le gouvernement a mis en place le partenariat public privé, cela présente aussi de graves risques de corruption.

Michel: Y a-t-il une question de génération au sujet de la corruption dans le milieu politique. Les hommes politiques trentenaires d'aujourd'hui sont-ils moins touchés par la corruption que la génération de Chirac?

Les trentenaires d'aujourd'hui ont sans doute été très marqués par les grands scandales politico-financiers des années 90. Mais les générations qui les ont précédés l'étaient aussi, par rapport aux grands scandales financiers de la Troisième République, par exemple. Le véritable enjeu est de responsabiliser toute la classe politique au sujet de la lutte contre la corruption. Un enjeu déterminant pour l'avenir de la démocratie, partout où la démocratie régresse, la corruption progresse. Et pour ne par répéter les erreurs du passé, il ne faut pas seulement changer les pratiques, mais aussi faire des réformes importantes, comme la limitation stricte du cumul des mandats. Car le cumul des mandats entretient la corruption, le clientélisme et la course à l'argent pour garder le pouvoir.




Dimanche 3 Juillet 2005
Mardi 5 Novembre 2013
Séverine Tessier
Lu 3470 fois

Communiqués de Presse d'Anticor | Communiqués de Presse d'ATTAC | Communiqués de Presse de la CACE | Communiqués de Presse de France Libertés | Communiqués de Presse de S-EAU-S | Communiqués de Presse de transcub | Communiqués de Presse syndicalistes et politiques

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide