ACME
A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018 au : 3,30€ le m³ pour toutes les communes du Grand Besançon d’ici 2028 18/12/2018
           
REVUE DE PRESSE

Siaeag : le procès renvoyé au 24 janvier 2019

Comme nous l'avions laissé entendre dans notre édition de ce jeudi, Amélius Hernandez, l'ancien président du Siaeag, n'a pu répondre des faits de détournements de fonds publics pour lesquels il était poursuivi, devant le tribunal correctionnel pointois, ce jeudi après-midi. Le procès a été renvoyé dès le début de l'audience, à la demande des avocats de la défense.
Ces derniers ont argué avoir reçu le dossier très tardivement et n'avoir pas eu le temps de se préparer. L'avocat de Maguy Céligny, 6e vice-présidente de la Région — poursuivie elle aussi pour recel « de fonds qu'elle savait provenir d'un délit d'atteinte à la liberté et à l'égalité d'accès aux marchés publics » , a pour sa part fait valoir l'absence de sa cliente, hors du département.
Ni le parquet, ni les parties civiles ne se sont opposés à cette demande de renvoi. La nouvelle audience a été fixée au 24 janvier 2019, à 8 heures, dans l'enceinte du nouveau tribunal de Pointe-à-Pitre. Une audience qui, vu l'ampleur du dossier, s'étalera sur une journée complète.
Dans notre prochaine édition de ce vendredi, retrouvez les récations de Me Plumasseau, avocat du Siaeag, partie civile dans ce dossier, et d'Elie Domota au nom de l'UGTG/LKP qui s'est porté lui aussi partie civile aux côtés des associations de défense des usagers de l'eau.





Alors que de très nombreux Guadeloupéens continuent aujourd'hui encore à tirer la langue, en subissant des coupures d'eau à la chaîne, Amélius Hernandez, l'ancien président du Siaeag doit répondre cet après-midi, devant le tribunal correctionnel pointois, de détournements de fonds publics. Il amène dans son sillage une élue, Maguy Céligny, 6e vice-présidente de la Région.

Certains l'annoncent affaibli et « quasi-aveugle » , dans son « hacienda » de République dominicaine, où il s'est retiré depuis son départ de la présidence du Siaeag (Syndicat intercommunal d'alimentation en eau et d'assainissement de Guadeloupe). D'autres prédisent qu'il fera malgré tout le déplacement depuis l'aéroport de Santo-Domingo pour « balancer » .
Info, intox ou encore fantasme autour d'un procès attendu en Guadeloupe ? Ce qui est sûr, c'est qu'Amélius Hernandez est cité à comparaître cet après-midi devant le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre. Tout du moins si le procès a lieu. Car selon nos informations, plusieurs demandes de renvoi ont d'ores et déjà été déposées par des avocats de la défense, dans ce dossier appelé pour la toute première fois.
L'affaire ? C'est celle qui empoisonne le Siaeag depuis des années. Avec des dérives financières dénoncées, rapport après rapport, par la Chambre régionale des comptes. Ce sont d'ailleurs les magistrats la composant qui avaient fini par saisir le parquet de Pointe-à-Pitre dès 2011, pour dénoncer des faits de détournements. D'autres plaintes (lire ci-dessous) avaient suivi dans la foulée.
VOYAGES ET DÉPENSES « SOMPTUAIRES »
L'enquête, menée en préliminaire par le parquet, sans qu'aucune information judiciaire n'ait été ouverte, avait été confiée à la DIPJ (direction interrégionale de la police judiciaire). Il aura fallu attendre jusqu'aux dernières grandes vacances pour que les premières citations ne soient délivrées. Et jusqu'à la veille de celles à venir pour qu'un procès soit (enfin) audiencé.
Pour Amélius Hernandez, les faits reprochés n'ont rien de bien surprenants. Au lieu d'utiliser les fonds du syndicat pour améliorer un réseau déjà poreux - où seule 50% de l'eau produite arrivait dans les robinets -, l'ancien homme fort du Siaeag en aurait détourné une grande partie, selon la prévention. Notamment « en finançant des déplacements personnels d'élus sans rapport avec les missions du Siaeag, comme le Congrès des maires de France ; en finançant des déplacements personnels sans justificatifs ; ou encore en finançant des déplacements d'élus ou de salariés du Siaeag pour des montants somptuaires non justifiés par la nature des missions. »
En clair, pendant que la Guadeloupe tire la langue en raison de coupures d'eau à répétition, certains, à en croire les poursuites qui seront débattues cet après-midi, menaient grand train et belle vie grâce à de l'argent public.
(1) Pour candidater et surtout pouvoir être attributaire d'un marché public, les entreprises candidatant doivent être à jour de leurs cotisations fiscales et sociales. C'est la loi. L'idée du législateur : que l'argent public se dirige en priorité vers des structures privées en règle.
Des élus et proches d'élus soupçonnés d'avoir nagé en eau trouble pour se gaver
Amélius Hernandez ne sera pas le seul inquiété dans l'affaire des détournements de fonds publics. L'homme devra également s'expliquer sur un autre volet lié à l'attribution de marchés publics en violation à toutes les règles.
Ça, c'est l'autre pendant des dérives financières du Siaeag, dans lequel l'ex-président de cette structure se voit cette fois reprocher des petits arrangements « contraires aux dispositions réglementaires et législatives visant à garantir la liberté d'accès et l'égalité des candidats dans les marchés publics » . Ainsi, Amélius Hernandez aurait favorisé certains responsables d'entreprises ou élus à la tête d'officines, en leur attribuant des marchés ou délégations de service public « avant la date limite de dépôt des candidatures » , « sans respecter les délais de publicité » et sans faire grand cas « de la conformité des attestations sociales et fiscales » des entreprises sélectionnées (1).
Et forcément, il ne sera pas seul pour s'expliquer sur cet ultime volet de l'affaire. Les représentants ou gérants d'entreprises concernées sont également poursuivis.
DES MARCHÉS À PLUS DE 500 000 EUROS
En tout et pour tout, ils seront quatre. Quatre à se voir reprocher du recel « de fonds qu'ils savaient provenir d'un délit d'atteinte à la liberté et à l'égalité d'accès aux marchés publics » , toujours selon la prévention. Les montants en jeu : 654 000 euros pour l'un, 578 000 euros pour un autre, 623 000 euros pour un troisième et 623 000 euros pour le dernier.
Présenté comme ça, tous ceux qui se demandaient encore où passait l'argent du Siaeag disposent d'ores et déjà d'un début de réponse.
Reste que le scandale présumé ne s'arrête pas là. Et c'est peut-être le pompon du dossier : parmi les bénéficiaires de ces marchés faussés, c'est-à-dire les quatre gérants des sociétés incriminées, se trouvent des élus ou proches d'élus.
MAGUY CÉLIGNY, À NOUVEAU
Ainsi le banc des prévenus accueillera Francine Chammougon (pour sa gestion de la SARL FM Communication), Joël Compper (tout à la fois gérant de la SNC Tam Studia, de la SARL Kem Our et de 7 Point Com), Fiston Eulalie (gérant de droit de la SAS Prestige Conseil) et Maguy Céligny (gérante de droit de Vigilan's.com).
Le nom de cette dernière prévenue ne vous est pas inconnu ? Logique : il s'agit de l'actuelle 6e vice-présidente d'Ary Chalus à la Région qui présente comme particularité d'avoir déjà été condamnée en mars dans une affaire d'abus de biens sociaux qui portait sur des transferts d'argent entre la société Vigilan's.com et son compte privé.
Les usagers de l'eau se constituent partie civile
La principale victime dans cette histoire de détournements de fonds publics, c'est bien évidemment le Siaeag. Le syndicat va-t-il du coup se constituer partie civile ? Sur un plan politique, difficile de faire autrement.
En tout état de cause, une autre partie civile devrait se manifester. Il s'agit du comité de défense des usagers de l'eau de la Guadeloupe. Pour son président, Germain Paran, la question ne se posait même pas : « Il est inacceptable que des élus bénéficiant de complicités actives et passives diverses, à tous niveaux, degrés et étages, puissent piller les structures financières des fournisseurs d'eau, sans aucune sanction, en transformant l'usager-client-consommateur en cochons de payeurs, sinon en vaches à lait. »

Vendredi 15 Juin 2018
Vendredi 15 Juin 2018
JEAN-LUC TOULY
Lu 1734 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 19

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide