ACME
Toulouse Métropole, débat en eaux troubles 24/04/2018 Compte rendu de l'AG des actionnaires de Veolia du 19 avril 2018 à Paris 21/04/2018 La Gazette des communes 20 avril 2018 : Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé 21/04/2018 Intervention de JL Touly à l'AG des actionnaires de Veolia 19/04/2018 Réunion publique sur l'eau chère à Roquebrune Cap Martin 18 avril 2018 18/04/2018 Midi Libre : Contrat de Nîmes Métropole avec la Saur : "Les élus décident et les usagers trinquent" 18/04/2018 Médiacité : Grand Lyon : pourquoi l’eau est (encore) trop chère 18/04/2018 La mobilisation continue pour la régie de l'eau Nouvelle grande réunion le 23 avril à BOURGUEIL en présence d'un consultant exceptionnel MARC LAIME 17/04/2018 La guerre de l'eau éclabousse Espelia, maître des réservoirs municipaux : L'audit des délégations de service public d'eau est un marché peu limpide, désormais contesté par des associations 16/04/2018 BARRAGES PRIVATISÉS : L'UE L'IMPOSE, SEULE LA FRANCE SE SOUMET 14/04/2018 Alpes-Maritimes : Veolia fait-elle couler une commune ? 10/04/2018 ATTAC fête ses 20 ans 05/04/2018 Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat le 11 avril 19h autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » 02/04/2018 Cette émission de Radio Fréquence Luynes était consacrée à un débat sur les responsables de la gestion de l'eau au nord ouest du département d'Indre-et-Loire en présence du président du président de l'association Emmanuel Bouchenard et JL Touly 01/04/2018 Historique : une régie publique pour la gestion de la grande station d'épuration de Valenton (94) à la place des 2 multinationales Veolia et Suez 31/03/2018 Lyon Capitale (8 pages)  avril 2018 : A Lyon, la bataille de l'eau aura bien lieu en 2019 30/03/2018 vidéo de JEAN LUC TOULY qui parle de notre territoire et de la gestion privée de l'eau dans le NORD OUEST DE LA TOURAINE 30/03/2018 Sud Ouest 27 mars 2018 : Bordeaux : Trans’Cub veut pousser la Lyonnaise à "rendre" 600 euros à chaque abonné à l’eau 28/03/2018 Facture d'eau 2018 Wissous Eau et Assainissement TTC 28/03/2018 Sortie du livre de la journaliste indépendante Isabelle Jarjaille ce 27 mars 2018 27/03/2018 Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ? 26/03/2018 La Rochelle Aytré Eau des Villes et Eau des champs, Bien commun et à quel prix ? Jeudi, 29 mars - 18h30 - Salle Georges Brassens - 15 / 19 rue du 8 mai 1945 - Aytré 24/03/2018 La Roche-sur-Yon. Eau potable : tout n’est pas rose avec Veolia 21/03/2018 Révélations sur les marchés de l'eau et de l'assainissement à Wissous et Paris Saclay : Dans le cadre de la journée mondiale de l'eau et après l'oeil du 20 h de France 2 du 6 novembre, Cash Investigation du 13 mars et l'audit de Marc Laimé Consultant 19/03/2018 FO 18 mars 2018 : « Cash Investigation » trouble les faiseurs de ronds dans l’eau 18/03/2018 EAUX GLACÉES DANS LE COLLIMATEUR DU SIAAP 16/03/2018 SIAAP : INQUIÉTUDES À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT 16/03/2018 CASH INVESTIGATION : LE DRÔLE DE MAIL ENVOYÉ PAR LA DIRECTION DE VEOLIA EAU POUR RASSURER SES TROUPES 15/03/2018 France Bleu Ile de France journal de 12h Interview de JL Touly : Soupçons de corruption, favoritisme : le marché des eaux usées est dans la tourmente en Ile-de-France 14/03/2018 L'affaire de Nîmes Métropole celle du du SIAAP et celle de l'eau et de l'assainissement de Paris Saclay : Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite mais un constat l'inertie bienveillante des élus 14/03/2018 Procédure interne de Veolia sur le marché des eaux usées 13/03/2018 Le Monde Diplo carnets d'eau : Eaux usées d’Ile-de-France : un scandale exemplaire 13/03/2018 Marianne Scandale de l'eau : entre la justice et "Cash investigation", le Siaap cerné de toute part et Le Monde Révélations sur des soupçons de corruption sur le marché de l’eau parisien 13/03/2018 Mediapart : A Vittel, l’eau de Nestlé ne coule plus de source 13/03/2018 Libération R Lecadre : En Ile-de-France, les dessous du marché des eaux usées remontent à la surface 13/03/2018 Capital sur Cash Investigation et le SIAAP 12/03/2018 COMMUNIQUE DE L'ACME ET DU FRICC du 11 mars 2018 18h 11/03/2018 PANIQUE AU SIAAP : Cash investigation : l'émission d'Elise Lucet visée par une plainte pour "violation de domicile" du SIAAP 11/03/2018 À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher" 10/03/2018 Capital et eaux glacées : SIAAP : LE DOUBLE LANGAGE DE LA MAIRIE DE PARIS 10/03/2018
           
REVUE DE PRESSE

Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ?



Suez se « gave-t-elle grave » sur l’eau potable de Bordeaux Métropole ?
L’association Trans’cub dénonce les « profits exorbitants » réalisés par Suez Eau de France sur la distribution d’eau potable dans l’agglomération bordelaise. Elle espère que la cour administrative d’appel cassera le contrat avec  Bordeaux Métropole, et permettra la redistribution de près de 200 millions d’euros aux abonnés

Rendre au moins 600 euros à chaque habitant de la métropole abonné à l’eau potable : c’est l’objectif poursuivi par Trans’cub, qui conteste en justice la délégation de service public (DSP) confiée à Suez Eau de France. L’affaire, qui oppose l’association de défense à des consommateurs à Bordeaux Métropole, sera prochainement examinée par la cour administrative d’appel.

Trans’cub demande que la justice casse une délibération de la métropole votée en 2012, maintenant le contrat en vigueur avec l’ex Lyonnaise des eaux jusqu’à la fin de celui-ci, prévue fin 2021.

Motif : la société aura alors réalisé des profits « exorbitants », estimés entre 160 et 259 millions d’euros sur les 30 ans de durée de ce contrat. Soit l’équivalent du coût du pont Chaban-Delmas ou du nouveau stade, pointe Trans’cub, qui, en faisant condamner Bordeaux Métropole, espère que celle-ci obtienne du délégataire une ristourne équivalente à ce montant.

« Racket des usagers »
Car Suez aurait bénéficié d’une rentabilité de 14,27%, « alors que la norme pour les contrats de l’eau en France est plutôt de 3 à 5% » (voire de 2,63% pour le contrat d’assainissement de la métropole), indique Patrick du Fau de Lamothe :

« Si la Saur (société qui distribue l’eau à Nîmes, NDLR) se gave grave, comme le reconnaît dans Cash investigation le président de l’agglomération nimoise, Suez Eau France se gave très très grave » à Bordeaux.

L’expert de Trans’cub et ancien conseiller régional avait analysé pour France 2 les chiffres de la Saur, évoquant une marge de 12,1%. Il cite également une rémunération du contrat de seulement 4,46% à Toulouse, pour une durée de 30 ans.

Bordeaux Métropole, selon les données fournies par la collectivité elle-même (chiffres d’affaires prévisionnels et bénéfices de Suez), ferait donc face à un « racket des usagers ». Car les marges de l’entreprise iraient croissant, s’élevant à 30% en 2017, poursuit Patrick du Fau de Lamothe, les investissements dans le réseau étant amortis de longue date :

« Le service est autofinancé par les usagers depuis 1998. Et sur les 511 millions d’euros de charges d’investissement en 30 ans, Suez Eau de France a apporté moins de 1% sur ses fonds propres, soit 4,9 millions d’euros. »

Océan de profits
La profitabilité de Suez Eau de France pourrait ainsi atteindre 206 millions d’euros en 2021, et représenter alors 40% du chiffre d’affaires eau ! Rue89 Bordeaux a tenté de joindre l’entreprise pour confronter ces chiffres, sans succès à l’heure où nous publions ces lignes.

Trans’cub s’étonne du « silence honteux » de Bordeaux Métropole, et va jusqu’à dénoncer « une collusion entre élus et fonctionnaires pour cacher la vérité ».

L’association en veut pour preuve une note interne de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), actuelle Bordeaux Métropole, qui demandait en 2004 de suspendre la diffusion des résultats d’un audit sur la gestion de l’eau, alors en cours. La CUB et l’association sont alors (déjà) en conflit sur le sujet. Argument de cette note, signée par un contrôleur de gestion de la collectivité :

« Il n’est plus possible avec les résultats de l’audit de contrer par des chiffres l’argumentation de Trans’cub : ceci suppose bien évidemment que Trans’cub n’ait pas accès aux résultats de l’audit », car « le taux de marge réel du contrat est celui qu’elle [l’association, NDLR] annonce ».

Noyer le poisson ?
Mais pourquoi exhumer dans la procédure judiciaire actuelle, et en deuxième instance, un document vieux de 14 ans, et évoquant un audit rendu depuis lors public ?

« Car c’est aussi la cour d’appel de Bordeaux qui s’est faite berner en 2004-2005, répond Denis Teisseire, de Trans’cub. Et il se passe la même chose aujourd’hui : on dissimule des informations essentielles aux juges sur la rentabilité du service de l’eau. »

L’association y voit une similarité de méthode, mais aussi de personnel politique : en 2004, c’est Alain Juppé qui préside la CUB, jusqu’à ce que sa condamnation judiciaire dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris n’entraîne son remplacement par Alain Rousset. Denis Teisseire demande au président de Bordeaux Métropole de réagir :

« Nous sommes ici à fronts renversés, c’est Bordeaux Métropole qui défend les intérêts et les profits du délégataire, et nous qui sommes obligés d’attaquer ! On ne comprend pas qu’Alain Juppé ne se réveille pas et ne remette pas tout à plat avant le jugement. »

Il n’en est pas question, répond le maire, interrogé ce lundi par Rue89 Bordeaux :

« La dénonciation de l’avenant en cours couterait une fortune à la métropole. Et nous avons vérifié la jurisprudence, l’argument de Trans’cub ne tient pas la route. L’association est coutumière des recours qui n’aboutissent pas. »

Aux ordres des majors
Celle-ci est au contraire persuadée que la justice lui donnera raison. Elle se fonde sur les lois Sapin et Barnier, limitant à 20 ans les durées de contrat de l’eau et de l’assainissement, sauf dans le cas où les charges n’auraient pas été amorties – d’où l’avenant au contrat voté par Bordeaux Métropole en 2012 pour pouvoir prolonger de 10 ans ce contrat.

Pour Trans’cub, deux jugements récents peuvent mettre à mal un tel choix politique. Le tribunal administratif de Lille a ainsi prononcé la caducité de deux contrats de distribution d’eau, « condamnant une position en tout point identique à celle de Bordeaux Métropole », analyse l’association  :

« Cette position justifiait la poursuite du contrat (avec une autre entreprise, filiale de Veolia, NDLR) au delà de 2015 par les seules investissements réalisés et leur durée d’amortissement comptable, sans avoir une approche globale du contrat, de ses recettes et de ses charges, et de sa capacité à absorber les investissements réalisés. »

Bref, tout ce que Trans’cub reproche à la métropole de ne pas avoir fait. La cour administrative d’appel devrait se prononcer dans les prochaines semaines. Ce n’est pas encore la fin de l’épopée du buveur d’eau.

cliquez


Lundi 26 Mars 2018
Lundi 26 Mars 2018
JEAN-LUC TOULY
Lu 354 fois


Dans la même rubrique :

Suez à Paris ! - 23/11/2017

1 2 3 4 5 » ... 18

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide