ACME
Compte rendu réunion préfet Guadeloupe et acteurs de l’eau en présence de l’association @balancetonsiaeag 02/07/2020 Courriers de Me Breham avocat de l'association @balancetonsiaeag (et de l'Acme et du Fricc) au président du SIAEAG et au Préfet de Guadeloupe sur la non exécution de l'ordonnance de référé du 22 juin 2020 condamnant le SIAEAG à fournir 9 litres d'eau 01/07/2020 1ère victoire en Guadeloupe pour les usagers de l'eau : Le Siaeag enjoint par la Justice de livrer quotidiennement un pack d'eau aux 207 requérants de l'association #BalancetonSiaeag 24/06/2020 Emmanuel Brechot sur Canal 10 Guadeloupe 19/06/2020 AFP Ouest France Nouvel Obs Le Figaro et TV5Monde : Guadeloupe des usagers de l’eau saisissent la justice 17/06/2020 Communiqué de presse du 15 juin 2020 : Référé de 207 usagers de l’eau de Guadeloupe et de l’association @balancetonsiaeag devant le Tribunal Administratif de Basse Terre 16/06/2020 Lettre d'une Guadeloupéenne de métropole 04/06/2020 Proposition de Résolution visant à la création d'une Commission d'enquête sur la gestion de l'eau en Martinique 02/06/2020 Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020 VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020 Menton conseil communautaire la gestion et le prix de l'eau au menu de la séance du 28 novembre 2019 (Nice Matin 30.11.19) 17/01/2020 Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019
           
POLLUTIONS DANS LE MONDE

USA Un résidu nucléaire le TRITIUM, découvert dans les eaux souterraines aux alentours des centrales

L’Agence de Protection de l’Environnement de l’Etat de l'Illinois a rencontré les représentants d'Exelon Nucléaire pour discuter des multiples évacuations d'eau contenant du tritium radioactif des équipements de la centrale nucléaire situés à Braidwood. Lors d’une réunion le 17 février, les agents de l'Illinois (IEPA) ont fait part de leur souci quant à la protection des ressources d’eau souterraine de l'Illinois et ont demandé qu'Exelon mène une enquête complémentaire non seulement sur la centrale de Braidwood, mais aussi sur toutes leurs centrales qu’Exon gère dans l'Illinois..



L’ETAT DE L’ILLINOIS MET SUR LE GRILL « EXELON NUCLEAR » POUR LES RESIDUS DE TITRIUM DANS L’EAU

USA <font color='red' size=4>Un résidu nucléaire le TRITIUM, découvert dans les eaux souterraines aux alentours des centrales </font>
Exelon fait fonctionner une dizaine de réacteurs nucléaires sur cinq centrales nucléaires dans cet Etat, tous situés à une vingtaine de milles d’agglomération. L'Agence d'Etat demande donc un rapport sur le nombre d’évacuations observées et la mesure de leur contamination résultante de l'eau souterraine.

L'Agence demande aussi qu’Exelon échantillonne tous les puits d'eau potable privés qui pourraient être potentiellement affectés par une de ces évacuations. "Nous avons été déçus d’apprendre seulement maintenant l’avènement d’incidents survenus dans le passé," a expliqué Doug Scott, le Directeur de l’Agence de l'Illinois. "L'Eau souterraine est une ressource précieuse appartenant à l’Etat de l'Illinois et l’IEPA s’acharnera à la protéger, ainsi que tous ceux qui comptent sur ces réserves pour l'eau potable."

L’Agence s’est alarmée d’une possible contamination au tritium de l'eau souterraine, quand le public lui a notifié qu’après un déversement accidentel en 2004 à la centrale nucléaire de Dresden du tritium fut détecté dans les quelques puits contrôlés sur place.

Après s’être entretenue avec les citoyens et des fonctionnaires locaux, l’Agence de Protection a jugé plausible que des déversements d’eau de la centrale de Braidwood puissent contenir du tritium et affectent l'eau souterraine et les puits d'eau potable des particuliers alentours. Depuis lors, l'agence s’est inquiétée des nombreuses « sorties » d'eau contenant du tritium dans les différents sites nucléaires d'Exelon à travers tout l'Etat.

Exelon désirait revoir lors de cette réunion les conditions de réparation des conséquences du déversement de tritium en 1998, appris seulement en novembre 2005 par l’Agence, comme d’autres incidents. L'IEPA a dressé procès verbal pour violation à Exelon suite à ce déversement de tritium en 1998. " Il est évident que les mécanismes d’alerte en place ne sont pas adéquats pour protéger l'eau souterraine ou les gens qui l’utilisent comme une source d'eau potable, " conclut Scott. " J'ai aussi l'intention de poursuivre dans cette voie pour corriger cette situation et discuter des options avec les sénateurs américains

Le protocole usuel oblige Exelon à dénoncer à la Commission Régulatrice Nucléaire fédérale tous les incidents comme les déversements d'eau contenant du tritium ou autre. Il n'y a aucun processus en place chez Exelon pour les notifier directement à l'Agence qui est chargée de protéger les eaux souterraines de l’Etat.

Pour assurer aux citoyens, voisins de ces équipements, l'information la plus récente sur les activités de l’Agence de l'Illinois, celle-ci rédige une page Web transmettant en ligne tous les documents sur les déversements de tritium d'Exelon dans l'Illinois.
Bientôt, tous les documents liés à la centrale de Braidwood seront disponibles, ainsi que ceux des autres sites, au fur et à mesure de la disponibilité de l’information. Une boite email collecte déjà les demandes d’information.

SPRINGFIELD, l'Illinois, le 24 février 2006 (ENS)

Le Tritium

USA <font color='red' size=4>Un résidu nucléaire le TRITIUM, découvert dans les eaux souterraines aux alentours des centrales </font>
http://www.francenuc.org/fr_mat/tritium_f.htm

  • Description : isotope d'hydrogène existant naturellement
  • Production : fabriqué artificiellement par irradiation de lithium 6 et pendant des réactions de fission
  • Utilisation militaire : têtes dopées ou thermonucléaire ; fusion inertielle
  • Utilisation civile : recherche sur la fusion contrôlée pour production d'énergie
  • Radioactivité : émetteur bêta
  • Commentaire : matière thermonucléaire

  • Comme le deutérium, le tritium est un isotope de l'hydrogène. Cependant, il possède deux neutrons et un proton, et n'est pas stable. Le tritium a une période de 12,3 ans, et décroît en perdant une particule bêta
  • Aux températures ordinaires, le tritium est un gaz (HT ou H3) ; mais en présence d'oxygène, il produit spontanément de l'eau tritiée (HTO). Dans des conditions sèches, le gaz tritium est converti en eau tritiée au taux d'environ 1% par heure. La conversion est plus rapide dans des conditions humides.
l[Le tritium existe naturellement. Il est fabriqué en continu dans l'atmosphère par interaction du rayonnement cosmique avec les noyaux d'azote, d'oxygène et d'argon présents dans la haute atmosphère. Incorporé à l'eau de pluie, il se dépose ensuite à la surface du globe [ACES 94]. Mais le tritium est également créé par les activités humaines.]l

PRODUCTION

Le tritium est créé artificiellement par irradiation de cibles de lithium ; il est également un sous-produit des essais nucléaires et de l'exploitation des centrales nucléaires. En effet, les essais thermonucléaires ont injecté "dans l'atmosphère une quantité de tritium environ 100 fois supérieure à l'activité naturelle" (Crii-Rad 95). Les réacteurs génèrent le tritium dans leur combustible par fission ternaire (laquelle génère trois produits dont le troisième est relativement léger comme le tritium). Ce tritium reste pour la plus grande part à l'intérieur du combustible et n'est libéré que pendant le retraitement.

Les centrales à eau pressurisée, en particulier, créent du tritium dans leur réfrigérant, leur modérateur et leur barres de contrôle par activation du deutérium, du lithium, et du bore. Dans des réacteurs à eau lourde, l'absorption de neutrons par le deutérium de l'eau lourde crée des quantités importantes de tritium, qui peuvent être extraites et utilisées.
La Crii-Rad estime que la nappe phréatique alimentée par l'eau de pluie est susceptible de contamination par les tests nucléaires et par le tritium naturel jusqu'à un niveau de 4 Bq/l. Lorsque les valeurs se situent entre 4 et 7 Bq/l, il y a présomption qu'une autre source de tritium existe. Au-dessus de 7 Bq/l, il y a certainement une pollution par d'autres activités humaines (Crii-Rad 95).


SOURCES FRANÇAISES
Le premier essai militaire d'un engin à fission dopé par le tritium et le deutérium a eu lieu à Fangataufa en 1966. De 1962 à 1976 un laboratoire de Saclay était équipé pour la production d'importantes quantités de tritium. Les cibles traitées à Saclay étaient irradiées dans les réacteurs plutonigènes de Marcoule et peut-être ailleurs.

Deux réacteurs destinés particulièrement à la production de tritium, les Célestin, sont entrés en service à Marcoule en 1967 et 1968 respectivement ; et en 1967 également, à Marcoule, l'Atelier d'extraction du tritium des cibles a commencé à récupérer la matière thermonucléaire. Les Célestin fonctionnent encore aujourd'hui, mais à un niveau réduit. La production de tritium débutera dans le Réacteur d'essais à terre (RES) à Cadarache en 2012; à ce temps la production sera arrêtée définitivement dans les Célestin. (La RES divergera en 2007) (Boucheron 01).

UTILISATION
Le tritium, comme le deutérium, est une matière thermonucléaire. La fusion tritium-tritium est possible aussi bien que la fusion tritium-deutérium. Donc les militaires utilisent le tritium dans les têtes à fission dopée et les têtes thermonucléaires et également dans les études de fusion à confinement inertiel. En raison de la période relativement brève du tritium, 5.5% du tritium dans une tête nucléaire disparaît par an. Ainsi les militaires doivent périodiquement remplacer le tritium dans les têtes stockés (NRDC 84). Côté civil, le tritium est important pour les études de fusion contrôlée civile. Il est destiné également à d'autres utilisations telles que les sources de lumière, hors du domaine de ce livre.

SANTE
Le tritium n'est pas facile à manipuler en sécurité. L'irradiation bêta émise par le tritium est faible. Néanmoins, dans le corps humain, cette faiblesse peut être, en effet, un aspect de la force destructrice de cet isotope car toute la puissance d'ionisation de la particule est concentrée sur la partie du corps où il se trouve (Fairlee 92). Quoique l'industrie nucléaire dans son ensemble considère le tritium avec négligence,. il s'agit d'une substance reconnue au moins cancérigène

Des installations nucléaires rejettent le tritium sous forme de gaz et d'eau tritiée, qui peuvent contaminer la chaîne alimentaire. Le tritium pénètre dans l'être humain et dans d'autres animaux par l'aspiration, par l'absorption à travers la peau ou par l'ingestion. Le tritium inhalé se répand de façon égale dans les tissus moux ; l'eau tritiée se mêle rapidement à toute l'eau du corps [ACES 94]. Puisque l'eau tritiée est chimiquement identique à l'eau ordinaire, on la considère généralement comme bien plus radiotoxique que le gaz tritium, 25 000 fois plus, selon une étude de l'AIEA [AIEA 91].

On comprend moins bien que le tritium lié organiquement puisse être encore plus dangereux. Il peut irradier l'intérieur du corps pendant 550 jours, contre 10 jours seulement pour l'eau tritiée. Il fixe des doses sur des cellules et des organes précis au lieu de se diluer dans toute l'eau du corps. De plus, certaines études suggèrent que le tritium se concentre dans l'ADN où il peut faire des dégâts génétiques (Fairlee 92).

Après une étude de fond sur le tritium, un Conseil consultatif du gouvernement de l'Ontario, Canada, a recommandé que le maximum de tritium autorisé dans l'eau potable soit réduit de 7 000 Bq/l à 20 Bq/l en cinq ans et que l'on envisage une réduction encore plus importante (ACES 94). En France, la limite dérivée de la limite annuelle d'incorporation est de 274 000 Bq/l.

Le tritium pose un problème énorme pour l'industrie qui le crée. Il est difficile et coûteux de séparer le tritium de l'air, de l'eau et des objets qui l'ont absorbé et les résultats laissent à désirer. Ainsi, la méthode habituelle pour capter le gaz tritium est de le convertir en l'eau tritiée plus toxique. De plus, il est extrêmement difficile d'entreposer le tritium. Il se diffuse par la moindre porosité. L'eau tritiée pénétrera le béton à moins qu'il soit muni d'un revêtement spécial. Le gaz tritium peut pénétrer le caoutchouc et la plupart des qualités d'acier. De plus, l'eau tritiée en présence d'azote génère de l'acide nitrique qui ronge les conteneurs. Donc, l'industrie déclare qu'en général, la meilleure façon de faire face aux déchets tritiés est de "diluer-disperser" plutôt que "concentrer et isoler." Ainsi, la source de loin la plus importante en France, les usines de production de plutonium à La Hague, rejette la quasi totalité du tritium libéré dans l'air et dans la mer. Les limites autorisées paraissent plutôt obéir aux besoins de rejet que de suivre une logique de protection de l'environnement : La Hague peut rejeter en mer 1_400 fois plus de tritium qu'un réacteur de la centrale de Gravelines également situé au bord de la mer.

Le député Christian Bataille, dans L’évolution de la recherche sur la gestion des déchets nucléaires à haute activité, Tome II, a constaté que le tritium « présente pour la santé humaine des dangers incontestables qu’il convient de ne jamais oublier. » De plus, « les autorités responsables des installations nucléaires qu’elles soient civiles ou militaires, doivent être conscientes que les rejets de tritium dans l’environnement risquent de devenir dans les années à venir un problème majeur et certainement un des principaux axes de la contestation antinucléaire » (Bataille 97).

Illinois Grills Exelon Nuclear Over Tritium-Laced Discharges

USA <font color='red' size=4>Un résidu nucléaire le TRITIUM, découvert dans les eaux souterraines aux alentours des centrales </font>
SPRINGFIELD, Illinois, February 24, 2006 (ENS) - As part of an ongoing enforcement process, the Illinois Environmental Protection Agency is meeting with representatives of Exelon Nuclear to discuss multiple releases of water containing radioactive tritium from their Illinois nuclear power facility in Braidwood.

During a meeting February 17, the Illinois EPA (IEPA) emphasized its concern about the safety of Illinois groundwater, and asked that Exelon perform additional investigation of not only the Braidwood facility, but of all their facilities in Illinois.

Exelon operates 10 nuclear reactors at five nuclear power plants in Illinois. In addition to its two reactors at Braidwood 23 miles southwest of Joliet, Exelon operates the two Byron reactors 17 miles southwest of Rockford, the two Dresden reactors nine miles east of Morris, the two LaSalle reactors 11 miles southeast of Ottawa, and the two Quad Cities reactors 20 miles northeast of Moline.

The state agency is asking for a report on how many releases have occurred and the extent of any resulting contamination of the groundwater.

The agency is also asking that Exelon sample all private drinking water wells that would potentially be affected by any of the releases.

“We were disappointed to learn about the old incidents only recently,” said Illinois EPA Director Doug Scott. “Groundwater is a precious resource belonging to the State of Illinois, and IEPA will aggressively work to protect it, as well as the people that rely on it for drinking water.”

The Illinois EPA first became aware of the potential for tritium contamination in groundwater, after being notified by the public in the fall of 2004 of a spill that occurred at their Dresden nuclear power plant, when tritium was detected in some on-site monitoring wells.

After discussions with citizens and local officials near the Braidwood plant, Illinois EPA became aware of tritium releases that potentially affected the groundwater and private drinking water wells near that plant as well. Since then, the agency has become aware of numerous releases of water containing tritium at several of Exelon’s nuclear facilities across the state.

Exelon requested the February 17 meeting to discuss their proposal to correct the consequences of the 1998 release of tritium, which the agency learned about in November 2005, as well as other releases.

The IEPA has issued a violation notice to Exelon on the 1998 tritium release.

“It has become apparent to me that the reporting mechanism in place is not adequate to protect the groundwater or the people that rely on it as a source of drinking water,” Scott said. “I also intend to pursue avenues to correct this gap and discuss options with U.S. Senators [Richard] Durbin and [Barack] Obama, as well as state elected officials.”

The current reporting process obligates Exelon to report spills of water containing tritium or other radionuclides to the federal Nuclear Regulatory Commission. There is no process in place for Exelon to directly notify the state environmental agency, which is charged with protecting the state’s groundwater.

To ensure that citizens in the areas of these facilities receive the most recent information about Illinois EPA’s activities, the agency is establishing an online web page containing documents relating to the tritium releases at Exelon’s Illinois facilities.

In addition, a repository containing all documents related to the Braidwood facility will soon be available at the Godley Park District offices. Repositories will be developed for the other facilities as information becomes available.

The agency is compiling a contact list for any future mailings. If you wish to be added to this list, you may call Carol Fuller at 217/524-8807, or email her at Carol.Fuller@epa.state.il.us.


Lundi 27 Février 2006
Vendredi 3 Mars 2006
JEAN-LUC TOULY
Lu 6094 fois


1.Posté par Michel GUERITTE le 30/04/2007 07:15
Bonjour,

Je recherche toute information, article, expérience expliquant la dangerosité du tritium.
Je viens de mettre au jour une pollution nucléaire en Champagne, autour du Centre de stockage de déchets radioactifs de l'ANDRA à Soulaines.
Voir : villesureterre.com

Merci

Micel GUERITTE

2.Posté par Renaud le 22/05/2008 08:57
bonjour,
ayant vu votre appel, je vous indique le dossier spécial TRITIUM fait à partir de la base de données des publications de la Gazette Nucléaire:
http://resosol.org/Gazette/tritium/index.html
cordialement
Yves Renaud
webmaistre


Dans la même rubrique :

UNE PAILLE DE VIE - 13/11/2005

1 2

POLLUTIONS DANS LE MONDE | Innovations et découvertes

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide