ACME
L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019
           
POLLUTIONS DANS LE MONDE

Un monde assoiffé serait en proie à davantage de violence

Un lien certain existe entre sécheresses et violents conflits civils dans les pays en voie de développement, ce qui est de mauvais augure pour un monde de plus en plus assoiffé, aux dires des scientifiques, qui avertissent que des conflits dus à la sécheresse vont se multiplier avec le changement climatique qui s'annonce.



Massacre au RWANDA
Massacre au RWANDA
par Stéphane Leahy


"Des sécheresses sévères et prolongées sont les indicateurs le plus importants de graves conflits" prévient Marc Lévy du Centre pour le Réseau international d'Informations des Sciences de La terre à l'Institut de la Terre de l'Université de Columbia de New York.

Ils annoncent des conflits internes, et non pas entre pays, qui provoqueront plus de 1000 morts dans les affrontements, a expliqué M. Lévy lors d'un point de presse à Washington la semaine dernière.

De tels conflits ont tendance à exploser environ un an après "une diminution sévère des précipitations habituelles "

M. Lévy et ses collègues ont utilisé des décennies de reports de précipitations détaillés, d'informations géospatiales de conflit et d'autres données, dans un modèle informatique complexe qui recouvre tout cela sur une carte du monde très précise.

"Des changements majeurs de modèles de précipitations habituelles sont les meilleurs annonciateurs des conflits les plus intenses,». "J'ai été étonné d'observer une corrélation si forte". « Il est prudent de dire que les épisodes de sécheresse ne sont pas les causes directes des conflits mais enveniment les régions probablement où les rapports sont déjà tendus et les conflits larvés.

Par exemple, dans un récent conflit civil au Népal, les parties du pays où la plupart des combats ont eu lieu, les taux de précipitation étaient très bas depuis plusieurs années et furent suivies d'une sécheresse sévère à la fin des années 1990.

Il formule l'hypothèse suivante : Les fermiers peuvent avoir simplement renoncé à l'espoir de vivre de leur ferme et rejoignent la rébellion locale comme une façon de survivre et de soutenir leurs familles.

Et les précipitations semblent avoir des effets pacificateurs. Par exemple, les secteurs humides de l'Afrique ont vécu de nombreuses années de conflits internes et violents à l'inverse des régions sèches fait-il remarquer.

Les secteurs qui présentent un risque élevé de conflit cette année en raison des conditions extrêmement sèches de l'année dernière, sont, selon son modèle, la Côte-d'Ivoire, le Soudan, le Bangladesh, Haïti et Nagaland et Manipur en Inde.

Bien que cette théorie ait un sens, "On ne peut pas prévoir comment le peuple réagira", rétorque Robert McLeman de l'Université d'Ottawa, qui étudie le rapport entre les environnements extrêmes et la migration humaine.

"Au Nigeria pendant les périodes de sécheresse, les bergers et les fermiers s'arrangent entre eux, habituellement" dit McLeman

Les Africains sont habitués à la sécheresse depuis des milliers d'années. Et de plus en plus de gens restent dans les villes où vraisemblablement ils trouvent de quoi contenter leurs besoins plus facilement qu'à la campagne.

Cela a dit, Mc Leman a noté que si presque tout l'Afghanistan a été éprouvé par une longue sécheresse, les fermiers envisageraient davantage de s'engager avec les Talibans s’ils n’ont n'y a pas d'autre choix.

On peut s'accommoder des sécheresses normales et habituelles, mais des changements environnementaux significatifs et rapides vont plus probablement mener à l'instabilité sociale, la migration obligatoire et la violence entre les groupes, explique Petter Gleditsch du Centre d'Étude des Guerres civiles à l'Institut International de recherches pour la Paix à Oslo, en Norvège.

Tandis que le changement climatique apportera une nouvelle dégradation environnementale – de fortes inondations et sécheresses, des températures plus hautes - les impacts sociaux d'une grande portée doivent encore être évalués, prévient-il.

On estime qu’environ 1.5 milliards de personnes souffrent d'un stress hydrique sévère dans le monde et on s'attend à ce que ce nombre augmente avec la croissance démographique et le changement climatique.

Pour M. Lévy : "Le Changement climatique va probablement conduire à une fréquence plus importante de guerres civiles,".

L'injustice est au coeur de la plupart des conflits, dit Satish Kumar, le directeur des programmes à l'Université Schumacher du Centre International d'Études Écologiques en Grande-Bretagne.

"La colère grandit quand sont identifiés les riches pour être la cause de ce réchauffement climatique et les pauvres, ceux qui en souffriront le plus," dit Kumar. "J'ai entendu les gens faire ce genre de rapport lors des sécheresses sans précédent dans certaines régions de l'Inde."

Le style de vie du Nord-Américain moyen produit 12 fois plus de gaz à effet de serre que celui d'un habitant d'un pays pauvre, selon les statistiques de l'ONU.

Il y a aussi des personnes très riches qui ont adopté des styles de vie semblables à ceux des américains avec "une haute émission de gaz à effet de serre" dans les pays pauvres, indique Kumar.

Les pauvres prennent conscience de la responsabilité des riches de ce monde, rajoute Kumar.

Seules des actions urgentes pour réduire des émissions de gaz à effet de serre et pour redresser des injustices économiques et sociales peuvent empêcher le pire.

Mais il prévient de l’emploi de solutions néo-libérales : "le Capitalisme est assez judicieux pour utiliser les pénuries de ressources comme l'eau pour permettre aux riches de s'enrichir encore davantage."

Les chercheurs et les activistes de la planète mettront en évidence les autres impacts d'une pénurie d'eau sur le développement et la politique lors de "la Journée Mondiale de l'Eau", célébrée chaque 22 mars.

© Copyright 2007 IPS -


Thirstier World Likely to See More Violence

Un monde assoiffé serait en proie à davantage de violence
by Stephen Leahy

A strong link between droughts and violent civil conflicts in the developing world bodes ill for an increasingly thirsty world, say scientists, who warn that drought-related conflicts are expected to multiply with advancing climate change.

"Severe, prolonged droughts are the strongest indicator of high-intensity conflicts," said Marc Levy of the Center for International Earth Science Information Network at Columbia University's Earth Institute in New York.

These are internal conflicts, not between countries, and involving more than 1,000 battle deaths, Levy said at a press briefing in Washington last week.

Such conflicts tend to occur about a year after a "severe deviation in rainfall patterns", he said.

Levy and colleagues used decades of detailed precipitation records, geospatial conflict information and other data in a complex computer model that overlays all this onto a fine-scale map of the world.

"Major deviations from normal rainfall patterns were the strongest predictor of conflicts," he said. "I was surprised at how strong the correlation is."

Levy is careful to say that droughts don't directly cause conflicts but are more likely triggers in regions where there already tensions or low-level conflicts.

For example, in the recent civil conflict in Nepal, the parts of the country where most of the fighting occurred experienced low rainfall for several years and then a severe drought in the late 1990s.

Farmers may have simply given up hope of farming and joined the local rebellion as a way of sustaining themselves and their families, he hypothesised.

And rainfall appears to have a pacifying affect. The wet areas of Africa, for instance, have far fewer years of violent internal conflict than the dry regions, he said.

Areas with a high risk of conflict this year due to extremely dry conditions last year, according to his model, are Cote d'Ivoire, Sudan, Bangladesh, Haiti, and Nagaland and Manipur in India.

While the idea makes sense, "you can't predict how people will act", said Robert McLeman of the University of Ottawa, who studies the relationship between environmental extremes and human migration.

"In Nigeria during periods of drought, the cattle herders and crop farmers usually work things out amongst themselves," McLeman told IPS

Africans have been dealing with drought for thousands of years. Currently cities serve as an outlet so there is seasonal migration during the dry season. And more and more people are staying in cities where presumably they can meet their needs more easily than in the countryside, he said.

That said, McLeman noted that much of Afghanistan has experienced a long drought and farmers might consider joining up with the Taliban if there are no other choices for them.

Normal droughts can usually be accommodated, but significant and rapid environmental changes are more likely to lead to societal instability, forced migration and inter-group violence, says Nils Petter Gleditsch of the Centre for the Study of Civil War at the International Peace Research Institute in Oslo, Norway.

"Drought in Hungry is not the same as drought in Ethiopia" in terms of the state being able to buffer the impacts, Gleditsch added at the briefing.

While climate change will bring further environmental degradation -- increased flooding and drought, higher temperatures -- the far-reaching social impacts have yet to be assessed, he said.

About 1.5 billion people are estimated to be suffering from severe water stress around the world, and that number is expected to increase with population growth and climate change.

"Climate change is likely to lead to a greater frequency of civil wars," Levy said.

Inequity is at the heart of most conflicts, said Satish Kumar, director of programmes at Schumacher College International Centre for Ecological Studies in Britain.

"There is growing anger that the rich are the cause of global warming but it's the poor who will suffer the most," Kumar told IPS. "I've heard people make this connection in regard to the unprecedented droughts in parts of India."

The lifestyle of the average North American produces 12 times the amount of greenhouse gases compared to that of people in poor countries, according the U.N. statistics.

And there are also very rich people with similar high-greenhouse-gas-emission lifestyles in poor countries, Kumar points out.

Increased conflict, violence and social unrest is inevitable as global warming makes life even more difficult for many of the world's poor and they become aware that the rich of the world are responsible, Kumar added.

Only urgent action to reduce greenhouse gas emissions and to address economic and social inequities can stave off the worst.

And he warns against neo-liberal solutions: "Capitalism is shrewd enough to use shortages of resources like water to make even more money for the rich."

Researchers and activists around the planet will highlight other impacts of water scarcity on development and politics next week on "World Water Day", celebrated every Mar. 22.

© Copyright 2007 IPS - Inter Press Service



Samedi 17 Mars 2007
Lundi 26 Mars 2007
IPS
Lu 3349 fois

Dans la même rubrique :
1 2

POLLUTIONS DANS LE MONDE | Innovations et découvertes

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide