ACME
Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019
           
REVUE DE PRESSE

Véolia, comme d'autres entreprises, achète-t-elle la paix sociale ?

Christophe Mongermont est le co-auteur de « L'argent noir des syndicats » qui vient de sortir chez Fayard. Comptable et délégué syndical FO pendant 20 ans à Véolia, à Rennes, le Breton explique méthodes déloyales utilisées par les entreprises pour nuire ou accorder des faveurs aux syndicats, en fonction des actions qu'ils mènent. Celui qui a obtenu prix le anti-corruption 2006 décerné par le juge Halphen explique : le versement d'argent liquide, pressions, promotions, la discrimination syndicale...



Christophe Mongermont, vous venez de sortir avec R Lenglet et JL Touly un livre « L'argent noir des syndicats ». Argent noir ? Cela veut dire que les syndicats sont loin d'être tous blancs ?

Véolia, comme d'autres entreprises, achète-t-elle la paix sociale ?
Dire le contraire, c'est faire la politique de l'autruche. Il y a deux solutions : soit on continue d'utiliser la langue de bois et on maintient un système pervers et on demeure complice de ce système, soit on réagit ! Ce livre est l'image, à un moment donné, des problèmes de société représentés à travers des exemples réels, vécus au sein des différentes entreprises comme Véolia, SNCF, EDF... Il y a un vrai problème de corruption, de relations ambiguës et malsaines avec certains patrons qui n'ont, en réalité, aucun état d'âme pour parvenir à leurs fins. Aujourd'hui, la loi ne prévoit pas de condamnation dissuasive pour ceux qui sont responsables de cette corruption mais demeure plus répressive pour les corrompus...

Le représentant syndical FO que vous êtes, et avez été chez Véolia à Rennes, a vu quoi pour écrire tout cela ?

Ces cinq ou six dernières années, Véolia a été condamné une dizaine de fois pour des « troubles manifestement illicites » concernant ses actions répressives contre l'exercice du droit syndical. Ce ne sont pas des on dit mais un simple constat réalisé sur les jugements qui ont été rendus. Je vais vous donner quelques exemples. :
En 2004, j'ai été licencié contre l'avis de deux enquêtes contradictoires menées par les services de la Direction Départementale de RENNES , lesquelles enquêtes refusaient d'accorder l'autorisation de licenciement demandé par VEOLIA qui refusait de me rémunérer mes heures de délégations syndicales. Il a fallu une intervention du Ministre pour obtenir cette autorisation et connaissant les liens malhonnêtes de VEOLIA avec certains partis politique, je n'ai pas été surpris d'une telle manipulation... Véolia a refusé de payer des heures syndicales légales et conventionnelles mais a été condamné, à plusieurs reprises, d'une manière définitive, à me rembourser intégralement toutes les heures syndicales que cette société refusait de payer. Un autre exemple concret, à Rennes, de malhonnêteté sociale.. il suffit de lire la condamnation récente de VEOLIA devant le TGI de PARIS, le 16 mars 2008. Cette multinationale a été lourdement sanctionnée pour avoir engagé, une fois de plus, une procédure abusive contre les mandats des délégués syndicaux FO (4) et condamné à verser plus de 11 000 euros de dommages et intérêts.

Ce jugement montre que certain patron n'hésite plus à essayer d'instrumentaliser la justice, d'un coté on favorise les syndicats qui soutiennent les projets patronaux, et de l'autre on assiste à une répression inadmissible contre les syndicats qui tentent de faire respecter les droits du travail. D'un côté, l'entreprise VELOIA a refusé de me payer des heures syndicales alors que je n'ai jamais rien eu à me reprocher, ce que l'autorité judiciaire a confirmé. Et de l'autre côté, le directeur régional de Véolia à RENNES était condamné, à l'époque, à 6 mois de prison avec sursis par le Tribunal Correctionnel de Nanterre pour avoir embauché fictivement la trésorière du RPR, en lui assurant une rémunération de plus 27 000 francs par mois. De même, comment comprendre que depuis 30 ans, une déléguée syndicale CGT puisse être détachée permanente au syndicat .c'est ubuesque !


On peut parler des versements en liquide. J'y ai été confronté lors de mes premières négociations qui se tenaient à Paris. Après la réunion, je prends mes billets de train pour me les faire rembourser et là, un représentant de la Direction me propose 1 500 francs en liquide, sans charge effective, sans justificatif de frais, sans cotisations bien entendu. Les autres syndicalistes acceptaient tous sans souci. Ils me disaient « Non, c'est bon. Il n'y a pas de problème ». Or, comment ces représentants de syndicats peuvent défendre les droits des salariés en acceptant ce système malhonnête ?

Justement, vous nous parlez des entreprises qui mettent en place des politiques de maîtrise des syndicats, mais il y a aussi des syndicalistes qui se laissent consciemment prendre « au jeu »...

Il y a un gros problème d'indépendance des syndicats en France. Il faudrait ouvrir les débats. Certains syndicats sont trop souvent indirectement financés par les entreprises. Pouvez-vous imaginer un instant que VEOLIA a réussi à détruire un nombre important de comités d'entreprises, passant de 48 à 14 et sans que cela ne fasse de vagues mais avec l'accord de certaines organisations... Dans n'importe quelle autre société cela aurait créé une guerre entre patronat et syndicats puisque la direction portait atteinte à des institutions qui ont un rôle très important pour la défense économique et sociale de l'ensemble des salariés. On a même vu des syndicats « amis » venant soutenir Véolia devant les tribunaux pour les aider à justifier cette restructuration destructrice. Ils sont venus soutenir le patronat. Le pire, c'est quand creusant bien, on s'est rendu compte que les frais d'avocats de ces syndicats avaient été payés par VEOLIA... C'est clair et il faut être d'une parfaite mauvaise foi pour ne pas comprendre. On se dit là, qu'il y a plus qu'un malaise !

Est-ce qu'un tel ouvrage ne va pas déstabiliser le monde syndical qui est déjà bien bancal ?

Ce n'est pas en cassant le thermomètre que l'on va soigner le malade. On a un nouveau système, mis en place par le patronat et qui pourrit l'activité syndicale. Je me bats pour les centaines, les milliers de représentants honnêtes qui ont été discriminés voir virés parce qu'ils voulaient défendre, sans compromission, le droit du travail. On me pose souvent la question mais non, je ne me tire pas une balle dans le pied. Je fais certainement du tort à ceux qui sont malhonnêtes mais eux sont confortablement installés alors que les vrais militants souffrent de ces méthodes lamentables et qui doivent être dénoncées et combattues.

Et vous, comment vous faîtes pour tenir avec toutes ces pressions ?

VEOLIA considère que tout a un prix. Alors au début, on vous valorise pour vous contrôler. Moi, on m'a proposé de très bons postes, très bien payés en me disant « Vous êtes génial, vous êtes très bon, on a besoin de vous ». Comme ils ont vu que cela ne marchait pas, ils sont passés à la répression. En tout, le syndicat FO a dû subir des dizaines de procédures judiciaires, à l'initiative de VEOLIA, qui instrumentalise le justice... notre syndicat a gagné 90 % de ces procédures. Les actions perdues l'ont été très souvent sur des problèmes de forme et non de fond. Pour ce livre, je pense qu'ils vont m'attaquer en diffamation, en cherchant la virgule qui manque mais je reste particulièrement serein.


Combien de fois, ils ont voulu m'acheter pour que je me taise... On m'a proposé un détachement à temps plein dans une structure interprofessionnelle et sans limite de temps. En clair, j'aurais mon salaire à condition d'abandonner tous mes mandats syndicaux au sein de VEOLIA. On y pense mais très vite on se dit que ce n'est pas possible. On ne peut pas les laisser gagner en achetant les gens. Il faut arriver à se regarder dans une glace et on peut être heureux sans avoir à se compromettre. Je ne lâcherai pas. Ils ne s'en sortiront pas !




  • Pratique : L'argent noir des syndicats, Auteur : Christophe Mongermont, Jean-Luc Touly, Roger Lenglet,19 euros.


  • Voir l'émission Pièces à conviction vendredi 23 mai 23h20 sur France 3 animée par Elise Lucet (rediffusion sur France 5 dimanche 25 mai 20h45)

Jeudi 22 Mai 2008
Mardi 27 Mai 2008
Rennes Infonet
Lu 11736 fois

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide