ACME
Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019 RCI 25 avril 2019 : Le Comité Citoyen de Sud souhaite se faire entendre sur le coût de l'eau 26/04/2019 Nice matin 10 avril 2019 : Roquebrune-Cap-Martin : La renégociation du prix de l'eau doit être la priorité 10/04/2019 L’AFFAIRE DES COMPTEURS D’EAU "JETABLES" REBONDIT AU CONSEIL DE PARIS 03/04/2019 L’eau dans l’agglo. Saint-Avé : du privé à la régie municipale 02/04/2019 Saint Martin : Eau et assainissement : premières factures plutôt salées, les explications 02/04/2019 JARNY - Meurthe et Moselle Eau potable : pourquoi la Ville ne va pas reconduire le contrat Veolia 02/04/2019 LE GRAND PARIS DE L’EAU D’ANDRÉ SANTINI AVANCE GAILLARDEMENT 28/03/2019 "Merci les Français!": 750.000 euros d’indemnités partagés en toute illégalité entre le directeur et des administrateur de la SIAAP 27/03/2019 L’enquête - Vittel : la bataille de l’eau - C Politique, la suite - 24/03/19 25/03/2019 22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019
           
REVUE DE PRESSE

Veolia : tempête pour un verre d'eau

LE GÉANT DES SERVICES DANS LES TURBULENCES DE LA CRISE

Un bon verre d'eau est-il la meilleure des potions anticrise ? Pour Henri Proglio, le PDG de Veolia, cela ne fait pas l'ombre d'un doute. Il l'énonce avec une telle évidence au milieu de la tempête économique qu'il donne l'impression d'avoir personnellement connu, comme son entreprise, un empire, trois guerres et autant de républiques. Pensez donc, l'eau, les déchets, l'énergie, les transports, tous les enjeux du XXIe siècle réunis au sein d'un même groupe gigantesque, qui emploie près de 320.000 personnes dans le monde et domine son secteur de la tête et des épaules !



source : Les Echos


Et, pourtant, tout semble toujours à recommencer. Comme le faisait déjà le fondateur, le comte Henri Siméon il y a un siècle et demi face au baron Haussmann, il faut sans relâche convaincre les sceptiques du bien-fondé de son approche. La semaine dernière, il s'agissait d'amadouer des analystes financiers en colère. Mécontents de l'annonce d'un bénéfice 2008 moins bon que prévu, ils ont contribué à l'effondrement du cours de Bourse qui a perdu 20 % en une seule journée, symbolisant à lui seul la déroute des marchés financiers face à la crise.

Veolia, du haut de ses cent cinquante ans d'existence, assis sur un métier de concessions qui lui assure parfois des monopoles de plusieurs dizaines d'années, actif dans des métiers qui touchent aux besoins vitaux, comme l'eau, les déchets ou le chauffage, n'est donc pas insensible à la conjoncture. Il a suffi d'un été pluvieux, de quelques cyclones et d'un tremblement de terre en Chine pour faire déraper les comptes. Et ce n'est pas fini, la récession affecte ses clients industriels et bientôt les recettes des collectivités locales.

Mais cela ne fera pas changer d'un iota la stratégie de la société : devenir l'interlocuteur incontournable de ceux qui veulent sous-traiter tous leurs services « environnementaux » et privilégient un interlocuteur unique. Tout juste va-t-elle mettre un frein à sa boulimie d'acquisitions, afin d'éviter de dégrader sa trésorerie et de prendre trop de risques. Pour le reste, elle estime que son périmètre d'activité et sa couverture géographique la rendent « résiliente à la crise et résistante face à la concurrence ». Son modèle est en béton. Déjà en 1853, Henri Siméon s'enthousiasmait devant ses actionnaires pour le potentiel de ce métier né en Angleterre, rappelant que les actions de la plus belle affaire, celle de New River à Londres, « rendent aujourd'hui 1.000 % ». Il ajoutait : « Nous voyons que ces entreprises sont généralement bonnes, là surtout où elles ne se font pas concurrence ; or vous savez qu'en France ces sortes de concessions constituent un privilège qui ne comporte pas de concurrence. » Le potentiel, le modèle économique, la protection face à la concurrence, tout est là hier comme aujourd'hui.

Le potentiel d'abord. A l'époque de Napoléon III, il s'agissait d'apporter de l'eau salubre dans les foyers urbains. Aujourd'hui, il faut résoudre le casse-tête d'une planète dont la population a été multipliée par 4 en un siècle et qui migre massivement vers les villes : 10 % d'urbains en 1900, 50 % aujourd'hui, 70 % dans vingt ans. Une planète qui croule sous les déchets (voir Naples) s'assèche, la Californie et l'Australie manquent d'eau, et s'asphyxie avec les transports. A tous ces défis, Veolia apporte sa réponse : la concession de service public à une entreprise privée, bien plus efficace, et surtout qui ne coûte rien à la municipalité. La société privée signe avec la collectivité un contrat de vingt ans ou plus, construit les installations, les exploite avec un monopole sur sa zone, puis les transmet à la collectivité à l'échéance du contrat. C'est déjà par la finance qu'Henri Siméon avait converti Lyon et Nantes dès la création de la CGE, c'est par la finance que les villes d'aujourd'hui succombent aux charmes des concessionnaires français, comme Veolia mais aussi Suez Environnement (ex-Lyonnaise des Eaux, autre centenaire...) ou la SAUR.

Le modèle économique s'est perfectionné avec la sophistication croissante des équipements : usines de traitement de l'eau, de dessalement, de recyclage des déchets... La taille des communautés urbaines relève la barre des défis et impose des spécialistes pointus, des gestionnaires plus que des collecteurs-distributeurs.

Cette masse d'expérience cumulée, cette taille considérable, cette présence sur les quatre priorités des collectivités constituent autant de barrières à l'entrée.Elle permet aux présidents de Veolia, comme de Suez Environnement, de dialoguer directement avec le gouverneur de la Californie, le président chinois ou les maires de Chongqing ou Mexico (les deux plus grandes villes du monde). La compétence technologique croissante, par exemple pour le dessalement de l'eau de mer, et la gestion des hommes sont aussi des terrains d'expertise difficiles à atteindre, que ce soit par les municipalités ou par de nouveaux entrants. Henri Proglio assure que le principal facteur limitant de la croissance, hors crise, est la capacité à former et recruter les hommes. Avec 120.000 personnes en France, Veolia est déjà le premier employeur privé du pays. Cette conjonction d'un potentiel considérable, on estime que moins de 5 % des services d'eau dans le monde sont concédés au privé, et de fortes barrières à l'entrée assurent à ce métier des perspectives infinies et une croissance annuelle moyenne entre 6 et 10 % avec des marges opérationnelles du même ordre.

Et, pourtant, ce métier de concessionnaire de service public qui semble si solide et raisonnablement rémunérateur reste une curiosité française, du moins dans sa version expansionniste. Seuls Veolia et Suez Environnement se défient sur la planète pour décrocher des contrats d'eau ou de déchets. Et Veolia est le seul au monde à offrir une palette aussi large de services, avec l'énergie et les transports. Pourquoi cette exception ? La faute à Napoléon III d'abord. Impressionné par ce qu'il avait vu à Londres, il a autorisé et encouragé ce métier. Il a permis aux deux français de financer leur expansion internationale un siècle plus tard grâce à leur « fromage » hexagonal.

Mais aussi parce que ce métier si particulier n'est pas exempt de risques. Il est gourmand en capitaux et en main-d'oeuvre, sensible aux effets de change et, dans une certaine mesure, à la conjoncture (pour l'activité industrielle), mais il est surtout culturellement et politiquement complexe à négocier et à gérer. C'est rarement de gaieté de coeur que les collectivités publiques acceptent de déléguer des tâches aussi fondamentales que l'eau. D'où le faible taux de privatisation du secteur. Chaque pays offre une situation très différente, complexe à décrypter, où les intérêts politiques sont étroitement imbriqués. Une élection à gagner, un bouc émissaire à trouver et c'est un beau contrat qui vacille car l'augmentation de tarif promise est interdite ou parfois le concessionnaire est carrément mis dehors, comme ce fut le cas pour Suez en Argentine. D'ailleurs, si Bertrand Delanoë, le maire de Paris, a récemment décidé que ses services allaient reprendre en direct la distribution de l'eau concédée à Veolia et Suez, il n'a pas été le premier à se méfier. Avant lui, Haussmann et Napoléon III, bien que favorables au système, ont finalement refusé de confier la gestion des eaux de Paris à la Générale des Eaux, qui a dû se rabattre sur Lyon. L'apprentissage de la politique de l'eau.

les échos 29.08.08
pescande@lesechos.fr

Chiffres clefs
  • · Chiffre d'affaires 2007 : 32,6 milliards d'euros.
  • · Employés : 319.000.
  • · Activités : eau (35 %), déchets (23 %), énergie (27 %), transports (15 %).




Points forts
  • · Leader mondial sur ses secteurs.
  • · Expertise technologique.
  • · Expertise management.
  • · Présence internationale.
  • · Revenus récurrents.




Points faibles
  • · Sensibilité au change et à la conjoncture.
  • · Imbrication du politique.
  • · Réticence des collectivités.
  • · Gestion de filiales décentralisées dans le monde entier.
  • · Risque de la croissance par acquisitions.

Mercredi 29 Octobre 2008
Lundi 10 Novembre 2008
JEAN-LUC TOULY
Lu 3462 fois


Dans la même rubrique :

L'eau à Paris - 02/12/2004

VEOLIA EN ALLEMAGNE - 02/12/2004

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide