ACME
22 mars 2019 Journée mondiale de l'eau : COMMUNIQUE DE L'ACME Association pour le Contrat Mondial de l'Eau France 21/03/2019 A Paris, le naufrage des compteurs d’eau - Marc Laimé 19/03/2019 La Guadeloupe opte pour un syndicat unique de l'eau dés cette année 19/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Scandale des compteurs d'eau : voici la preuve que c'est Eau de Paris qui enfume 16/03/2019 Marianne 15 mars 2019 : Eau de Paris : 94 000 compteurs d'eau jetables à 30 millions d'euros ! 15/03/2019 Eau potable au Sénégal : l’autorité des marchés publics annule l’attribution du marché à Suez 08/03/2019 GUADELOUPE /GRANDE-TERRE La CARL et la CANGT vont gérer ensemble leurs problèmes d'eau et l'élimination de leurs déchets 06/03/2019 Le divorce entre Suez et la mairie prononcé 28/02/2019 Médiacités 26.02.2019 : Veolia, le CICE et la baisse du contrat de gestion de l’eau à Toulouse 26/02/2019 La Chambre Régionale des Comptes de Martinique est saisie à cause des 14 millions de déficit de l'Espace Sud 20/02/2019 Une nouvelle répartition des contributions des agences de l'eau aux opérateurs de la biodiversité 19/02/2019 SEEG : Veolia vend ses parts à l’Etat et renonce à toute action judiciaire ! 19/02/2019 Ordre du jour du Conseil communautaire de Paris Saclay du 20 février et création de la Commission Contrôle Financier suite au recours de l'ACME et du FRICC à l'encontre du Président de Paris Saclay devant le TA de Versailles du 28 janvier 2019 16/02/2019 VEOLIA VITRIFIE SUEZ ET SAUR PAR MARC LAIMÉ, 15 FÉVRIER 2019 15/02/2019 Guadeloupe : Lucette Michaux-Chevry laisse une ardoise de 75 millions d’euros 14/02/2019 Courrier International : Indonésie. À Jakarta, la bataille de l’eau a commencé 14/02/2019 Réunion publique sur la gestion de l'eau à La Roche sur Yon et en Vendée 08/02/2019 SINE février 2019 Enquête sur les nouveaux scandales de l'eau Public/Privé La bataille de l'eau fait rage 06/02/2019 Après la sortie de Macron sur le chlordécone, l'Élysée plaide le "malentendu" Après les élus ultramarins, des scientifiques ont rappelé à Emmanuel Macron que des études contredisaient ses propos 06/02/2019 LE PRÉSIDENT ET LE CHLORDECONE 05/02/2019 Un arrêté limite la chlordécone, insecticide cancérogène, dans la viande de boeuf 30/01/2019 28 janvier 2019 : Tribunal Administratif de Versailles Requête en excès de pouvoir de l'ACM et du FRICC contre le refus de la Communauté d'agglomération Paris Saclay de créer la Commission de Contrôle Financier R. 2222-1 à 6 du CGCT 30/01/2019 Marché de l’eau à Quimper. « Il faut mettre cartes sur table » réclame Piero Rainero 30/01/2019 Sisteron 7341 habitants (maire de 78 ans LR depuis 1983) : la société Suez ne va plus gérer l'eau et l'assainissement : La commune reprend en régie directe l'ensemble de l'exploitation 26/01/2019 Interview de Jacques Davila du comité de l'eau de Guadeloupe et représentant local du FRICC 25/01/2019 La Roche-sur-Yon. Eau potable : une réunion le 7 février 2019 en présence de JL Touly 23/01/2019 Assurée par la Saur depuis sept ans, l’exploitation de l’eau potable sera reprise en régie, à partir du 1er septembre, par le syndicat mixte des eaux de Gâtine 23/01/2019 Dans les Alpes la neige artificielle menace l’eau potable - Marc Laimé 21/01/2019 Conférence de presse des associations d'usagers de l'eau de Guadeloupe avec J Davila du Fricc et G Paran président du comité des usagers de l'eau 18/01/2019 Café citoyen sur l’impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau, du 16 janvier 2019 à Saint-Dié-des-Vosges 17/01/2019 Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère 16/01/2019 Invitation à un événement hors norme marche d'adieu au SYNDICAT D'EAU SAVIGNE SUR LATHAN HOMMES dissous par la lois NOTRE (37340) 14/01/2019 LA CADA OUVRE L’ACCÈS AUX COMPTES D’UNE CONCESSION, PAR PATRICK DU FAU DE LAMOTHE 13/01/2019 PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’accès à l’eau potable, sa qualité et ses effets sur la santé en Outre-mer 18 décembre 2018 12/01/2019 La guerre est déclarée entre la municipalité de Brignoles et la société Suez : notre association ACME France est solidaire du maire de Brignoles 04/01/2019 RENCONTRE - DÉBAT  «Loi sur la gestion de l'eau : notre bien commun nous échappe-t-il ?» le 16/01/2019 à 20h00 Maison Mosaïque : 11, rue d'Ortimont Saint-Dié-des-Vosges 04/01/2019 Coupures d'eau : la fondation France Libertés relaxée des accusations de diffamation portées à son encontre par Veolia 21/12/2018 Recul de Santini face aux "gilets bleus" 20/12/2018 PROVISIONS POUR RENOUVELLEMENT : UN ARRÊT HISTORIQUE DU CONSEIL D’ÉTAT 20/12/2018 [Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau 18/12/2018
           
REVUE DE PRESSE

article du MONDE Les villes épluchent les profits des distributeurs d'eau et analyse de JL LINOSSIER

Les villes sont de plus en plus nombreuses à vouloir renégocier leurs concessions d'eau comme l'a fait Bordeaux le 17 novembre. Lyon, Lille et Paris sont engagées dans la même voie, alors que les trois quart de l'eau distribuée en France est géré par des entreprises privées.



Les Bordelais bénéficieront d'une baisse de 10 % du prix des 50 premiers mètres cubes, soit un gain de 15 euros par an.

article du MONDE Les villes épluchent les profits des distributeurs d'eau et analyse de JL LINOSSIER
A Bordeaux, tout a commencé par un audit commandé, en 2004, par Alain Juppé, alors président de la communauté urbaine de Bordeaux, (CUB) et relancé par son successeur, Alain Rousset (PS). Le cabinet d'expertise Finance Consult, révélait, en avril 2005, que la Lyonnaise des Eaux, groupe Suez, titulaire d'une concession de 30 ans, avait empoché, entre 1992 et 2003, plus de 29 millions d'euros de surprofits, notamment sous la forme de provisions pour travaux non engagés.

L'équipe d'inspection a fini, après plusieurs ultimatums, par obtenir les documents demandés et réévalué le préjudice de la collectivité publique à 50 millions d'euros. Après 18 mois de rudes négociations, les deux partis ont convenu de doubler les investissements à réaliser d'ici à 2021 pour une somme totale de 302 millions d'euros.

La Lyonnaise des eaux a pris 61 engagements précis.

Alain Rousset
Alain Rousset
" Nous n'avons pas voulu aller jusqu'à la rupture du contrat, qui aurait été trop coûteuse, et avons souhaité une négociation qui défende les usagers, préserve la ressource en eau et casse la logique d'une surconsommation entraînant un surprofit", explique Alain Rousset.

Les Bordelais bénéficieront d'une baisse de 10 % du prix des 50 premiers mètres cubes, soit un gain de 15 euros par an.

Surtout, la Lyonnaise devra reverser à la CUB la moitié des profits provenant de la consommation qui excéde les prévisions.

Le système devrait à terme réduire de 21 % les prélèvements d'eau dans la nappe.

Bernard Guirkinger
Bernard Guirkinger
Le distributeur s'engage aussi à limiter les fuites et remplacer 65 000 branchements en plomb d'ici 2013, conformément à une directive européenne de 1998.

"Ces rénégociations font partie de notre métier, 20 % de notre chiffre d'affaires est ainsi audité chaque année. L'accord de Bordeaux illustre cette recherche d'équilibre économique", estime Bernard Guirkinger PDG de la Lyonnaise des Eaux-Suez

Bordeaux est allée très loin dans la renégociation mais n'est pas la première à s'y être lancée. En 2003, Paris avait récupéré 163 millions d'euros de provisions auprès de ses deux distributeurs d'eau, la Générale des Eaux Véolia sur rive droite, et la Lyonnaise des Eaux Suez sur la rive gauche. La concession parisienne expire en 2009 et sera l'occasion d'une remise à plat.
Article paru dans l'édition du 24.11.06

A Lyon encore dans l'expectative

Etienne Tête
Etienne Tête
A Lyon, les élus, notamment Etienne Tête (Verts), ont, le 12 octobre, fustigé, lors d'un conseil de communauté, "la cherté du mètre cube d'eau et les bénéfices anormaux du concessionnaire", la Générale des Eaux-Véolia.

La Communauté urbaine de Lyon a indiqué qu'elle évaluait à 94 millions d'euros la somme provisionnée au titre de travaux qui n'ont pas été engagés, point qui sera rediscuté en 2007, lorsque le point sera fait sur la concession.


Isabelle Rey-Lefebvre

ET POURQUOI, COMME A BORDEAUX ET LYON, TOUTE CETTE AGITATION MÉDIATIQUE NE PARTICIPERAIT-ELLE PAS D'UNE ÉNORME OPÉRATION CONCERTEE DE DIVERSION ?

J.L. LINOSSIER CACE ACER
J.L. LINOSSIER CACE ACER
Question "juge de paix" : De combien, ces ententes plus ou moins amiables, vont-elles faire baisser le prix de l'eau ?

Il est à craindre que cette baisse sera nulle ou symbolique car, en affermage, le prix de l'eau n'est pas lié aux charges réelles du service.
De l'intensité de cette baisse dépendront l'évaluation et la crédibilité de l'opération de restitution ou de "l'embrouille".


Mais d'autres questions se posent :

  • 1ère question à propos de la simultanéité des "affaires":
Il est douteux que cette chronologie procède des lois des probabilités. Si pour Bordeaux où des actions en justice étaient en cours depuis des années, il est presque normal de voir s'établir des ententes plus ou moins amiables, par contre à Lille et surtout à Lyon, rien ne laissait supposer l'évolution actuelle des contentieux à propos de la garantie de renouvellement.

  • 2ième question : le flou quant à la définition du contentieux.
Seule certitude, des sommes importantes ont été prélevées via la facture d'eau, non pas pour "provisionner" en vue de travaux à effectuer pour remplacer des équipements en fin de vie mais pour, selon les versions, soit lisser la charge financière soit la supporter au sens assureur du terme. D'où l'expression "garantie" de renouvellement.

  • Conséquence :
A la lecture de ces articles de journaux, il apparaît que les travaux garantis auraient bien été effectués dans la majorité des cas, mais qu'ils auraient été surévalués au départ, d'où des prélèvements annuels supérieurs au réel conduisant, en fin de vie, à effectuer ces travaux pour un coût inférieur aux sommes collectées par lissage. Et, au bout du processus, le fermier empôchant la différence.

  • Pour résumer :
Dans la différence entre le coût réel et les sommes prélevées, le flou réside dans le fait de savoir si la "cagnotte" résulte ou non de l'exécution des travaux et/ou de leur surévaluation.


  • 3ième question : supposons que les travaux aient été effectués mais "surprovisionnés".
Cela veut dire aussi que les installations ont été renouvelées comme prévue. Pourquoi alors vouloir affecter la cagnotte à des travaux sur ces installations ? On coure alors le risque soit d'effectuer des travaux inutiles soit de financer de l'entretien ou de l'investissement déjà financés dans le prix de l'eau.

Mais dans tous les cas, si on ne baisse pas en conséquence le prix de l'eau, les VEOLIA et SDEI se remplieront à nouveau les poches car l'argent injecté se retrouvera dans l'excédent d'exploitation généré par cette manipulation et qu'ils ne manqueront pas d'empôcher.
Or rappelons-nous que le prix de l'eau n'étant pas fixé en fonction des charges réelles, ne sera de ce fait pas comptablement affecté par cette pseudo restitution de la cagnotte. D'où la pertinence de la question posée en entête.

Rappelons aussi que ces travaux effectués par le détenteur de la "cagnotte" seront facturés avec le bordereau de prix donc à un prix de 30 à 40 % au-dessus du marché. Ce qui permettra au passage à VEOLIA ou la SDEI de blanchir d'autant leur ardoise.
4ième question : pourquoi ne pas reconnaître une bonne fois pour toutes que le mécanisme du financement de la garantie de renouvellement n'est pas légal pour au moins plusieurs raisons : le fermier ne peut pas s'instituer assureur, le processus n'est pas contractuel et il est de surplus léonin voire abusif.

Toutes ces manoeuvres ne montrent-elles pas que ces mécanismes douteux de pompes à finances mis en place unilatéralement en 1993 doivent être abandonnés et les fonds restitués directement aux usagers ou aux collectivités. Pas de compensations douteuses.

En conclusion :

  • Ne serait-il pas plus simple de restituer l'argent aux usagers comme cela a été fait à St Etienne par exemple ?
  • Où de restituer ces capitaux à la collectivité pour lui permettre au minimum de faire jouer la procédure des marchés publics par appels d'offres et non les travaux exclusifs ?
  • Pourquoi la diversion et quelle diversion ?
- Pour dissimuler des surfacturations toujours en cours et à l'origine de cagnottes bien plus importantes.
- A Lyon ce sont près de 400 M€ cumulés à récupérer et non pas seulement 94 au titre des renouvellements.
- En 2005, la surfacturation "du jour" se montait à 0.92 € par m3 soit à 75 M€ mais le Grand Lyon péfère la cacher derrière le coup médiatique de la garantie de renouvellement, tout aussi réelle cependant.

JLL

Vendredi 24 Novembre 2006
Samedi 25 Novembre 2006
Libération
Lu 3163 fois

Dans la même rubrique :

8 SECONDES - 10/11/2006

ACME | EDITO | INFOS REMUNICIPALISATION / PRIVATISATION DE L'EAU | COMMUNIQUES DE PRESSE | ACTUALITES / MANIFESTATIONS | REVUE DE PRESSE | HISTOIRES | LA LOI SUR L'EAU | ON NOUS ECRIT | VICTOIRES | ARCHIVES

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide