ACME
Première partie  Veolia-Suez : genèse d’une affaire d’État 26/10/2020 Libération 7 octobre 2020 07/10/2020 Nouveau livre de Roger Lenglet et Jean Luc Touly "Les requins de la fin de vie" chez Michel Lafon sortie le 1er octobre 2020 02/09/2020 COMMUNIQUE ACME ET FRICC : Veolia veut racheter Suez 31/08/2020 Communiqué : demande de commission d'enquête parlementaire sur la gestion catastrophique de l'eau en Guadeloupe par l'association guadeloupéenne Balance ton SIAEAG soutenue par l'ACME et le FRICC 25/08/2020 Compte rendu réunion préfet Guadeloupe et acteurs de l’eau en présence de l’association @balancetonsiaeag 02/07/2020 Courriers de Me Breham avocat de l'association @balancetonsiaeag (et de l'Acme et du Fricc) au président du SIAEAG et au Préfet de Guadeloupe sur la non exécution de l'ordonnance de référé du 22 juin 2020 condamnant le SIAEAG à fournir 9 litres d'eau 01/07/2020 1ère victoire en Guadeloupe pour les usagers de l'eau : Le Siaeag enjoint par la Justice de livrer quotidiennement un pack d'eau aux 207 requérants de l'association #BalancetonSiaeag 24/06/2020 Emmanuel Brechot sur Canal 10 Guadeloupe 19/06/2020 AFP Ouest France Nouvel Obs Le Figaro et TV5Monde : Guadeloupe des usagers de l’eau saisissent la justice 17/06/2020 Communiqué de presse du 15 juin 2020 : Référé de 207 usagers de l’eau de Guadeloupe et de l’association @balancetonsiaeag devant le Tribunal Administratif de Basse Terre 16/06/2020 Lettre d'une Guadeloupéenne de métropole 04/06/2020 Proposition de Résolution visant à la création d'une Commission d'enquête sur la gestion de l'eau en Martinique 02/06/2020 Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020 VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020 Menton conseil communautaire la gestion et le prix de l'eau au menu de la séance du 28 novembre 2019 (Nice Matin 30.11.19) 17/01/2020 Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019
           
Pétitions des associations amies

Accès à l'eau : ces voix qu'on n'entend pas !

Pour une gestion de l'eau en concertation avec les populations locales



Accès à l'eau : ces voix qu'on n'entend pas !

<center>Accès à l'eau : ces voix qu'on n'entend pas !</center>
Le pourquoi de notre campagne.

Les Objectifs du Millénaire prévoient de réduire de moitié le nombre de personnes privées d'accès à l'eau d'ici 2015.
Mais un véritable gouffre sépare les discours officiels de la réalité. Face aux échecs répétés des projets d'accès à l'eau, de nombreux acteurs au Sud dénoncent des pratiques opaques et des projets conçus bien loin du terrain, sans tenir compte de l'avis des principaux intéressés : les usagers. Ils comptent aujourd'hui sur une prise de conscience décisive des acteurs internationaux.

C'est le pourquoi de notre campagne


La mobilisation d'un groupe de travail/ plate-forme d'associations françaises à partir du mois de septembre, permettra d'établir des relations régulières avec les décideurs publics qui représenteront la France au forum mondial de l'eau de Mexico. Le thème du prochain forum étant « des actions locales », il faudra s'assurer de transmettre notre point de vue sur ce que peut être une gestion locale adaptée.
La période septembre 2005 - janvier 2006 devrait permettre de transmettre aux décideurs les points de vue et demandes des associations françaises, en amont de ce forum où se prendront de grandes orientations sur l'accès à l'eau dans le monde.

Afin de faciliter la compréhension, par le gouvernement français, de nos demandes, un texte reprendra les conditions nécessaires pour des projets participatifs, transparents, et intégrant l'ensemble des acteurs locaux. Il s'agira d'un texte court avec des recommandations concrètes, pour un message simple.

Et en continu…

  • Échanges avec le Ministère des Finances, le Ministère des Affaires Étrangères, le Ministère de l'Écologie et du Développement Durable, l'Élysée, la Banque mondiale, le Conseil mondial de l'eau etc.
  • Actions liées au soutien de la coalition ghanéenne et à la mise en œuvre du projet Eau dans les centres urbains du Ghana.
  • Organisation de conférences/débats sur le thème des Institutions financières internationales et de l'accès à l'eau.



Une campagne : pourquoi ?

<center>Accès à l'eau : ces voix qu'on n'entend pas !</center>
Face aux nombreux constats d'échecs de projets d'accès à l'eau au Sud, cette campagne entend simultanément dénoncer le décalage entre les discours et la stagnation des pratiques, et soumettre au gouvernement français ainsi qu'à la Banque mondiale des propositions permettant de mieux répondre aux préoccupations des usagers.

2005 constitue une année charnière pour dénoncer le peu de choses faites pour mener à bien l'Objectif du Millénaire numéro 7, qui entend réduire de moitié le nombre de personnes privées d'accès à l'eau potable d'ici 2015. De plus, les Nations Unies ayant décidé de relancer une décennie de l'eau cette année, il semble urgent de dénoncer haut et fort les erreurs qui continuent de miner la coopération internationale dans le secteur de l'eau.

En prévision des débats et développements qui auront lieu en amont et lors du prochain Forum mondial de l'eau prévu à Mexico en Mars 2006, les Amis de la Terre lancent une campagne publique sur l'accès à l'eau dans les pays en développement. Elle s'appuie sur les engagements pris à Evian en 2003 et a pour objectif d'amener le gouvernement français à promouvoir des projets :
  • qui assurent la participation des usagers ;
  • qui renforcent les compétences de l'autorité chargée du service public de l'eau.

    Cette campagne permettra d'alimenter le débat qui devra avoir lieu en amont du Forum mondial de l'eau de Mexico , et de contribuer au travail de formulation de règles et de propositions concrètes que la France portera sur la scène internationale à cette occasion-là.

Pour que la France applique enfin ses discours !

<center>Accès à l'eau : ces voix qu'on n'entend pas !</center>
La France n'a eu de cesse de répéter l'importance de trois principes indissociables qu'elle a d'ailleurs formalisés lors du Plan d'action pour l'eau d'Evian en juin 2003 :

  • 1 - De faire intervenir les usagers-citoyens dans les processus de gestion de l'eau
  • 2 - D'introduire de la transparence et de la concertation dans les projets d'accès à l'eau
  • 3 - De responsabiliser les autorités publiques chargées du service public de l'eau

    Mais à l'heure où les acteurs internationaux sont censés réaliser un premier bilan des progrès pour l'accès à l'eau potable, de nombreuses questions restent sans réponse et le fossé entre les discours et la réalité des projets sur le terrain se creuse. Une réaction urgente s'impose face aux échecs avérés d'une gestion de l'eau non participative.

    Actionnaire de la Banque mondiale, la France participe à l'implication grandissante de cette institution dans le secteur de l'eau, qui est à l'origine de 50% des financements multilatéraux dans le secteur de l'eau. Mais surtout, le gouvernement français y voit un canal très efficace de promotion et de légitimation de son modèle de gestion de l'eau, et plaide donc activement pour une exportation du modèle français de gestion de l'eau à travers les projets de lutte contre la pauvreté financés par la Banque mondiale.

    En revanche, la France ne se soucie guère d'introduire les règles de fonctionnement assurant que ces mêmes projets répondent aux besoins de populations souvent démunies. De même, elle ne semble pas se préoccuper du mandat de développement de la Banque mondiale, qui consisterait à donner la capacité aux acteurs du Sud de résoudre par eux-mêmes leurs problèmes nationaux ou locaux.

    Le risque se profile donc de voir fleurir des projets d'accès à l'eau reproduisant des erreurs maintes fois soulignées, et d'aboutir à nouveau à des solutions rejetées par les « bénéficiaires » ou à des ruptures de contrats précipitées laissant place à des situations de crise. Dans la lignée du « rapport Camdessus », les institutions internationales se concentrent trop souvent sur la mise en place de garanties financières propices à l'investissement étranger.

    En revanche, elles continuent d'ignorer leurs engagements en matière de concertation publique, pourtant indispensable pour adapter les projets aux réalités locales des populations. Le gouvernement français est, quant à lui, coupable des mêmes torts : dans son rapport annuel 2004 relatif aux activités de la Banque mondiale, il dévoile sa politique de développement de l'accès à l'eau, où tout repose sur le développement d'outils financiers innovants visant à sécuriser l'investissement étranger. Les principes d'Evian relatifs à la concertation et au renforcement des compétences au Sud ne sont pas à l'ordre du jour !

Nos revendications ?

<center>Accès à l'eau : ces voix qu'on n'entend pas !</center>
Nous demandons au gouvernement français de démontrer sa réelle volonté de promouvoir des projets assortis de garanties liées à la participation des usagers et au renforcement des compétences de l'autorité publique responsable de l'eau.

La France doit s'engager à défendre des projets mieux adaptés aux réalités locales :

  • en dressant un bilan des actions françaises entreprises suite aux engagements d'Évian sur la participation des usagers et le renforcement des compétences des acteurs locaux ;
  • en soumettant à la Banque mondiale une proposition de texte fixant les règles de participation des usagers pour tous les projets d'accès à l'eau soutenus par la Banque ;
  • en proposant au Forum mondial de l'eau :
  • Des règles de transparence et la publication systématique de tous les contrats et documents fixant les modalités de gestion des services publics de l'eau ;
  • Un plan d'action concret assurant dans chaque projet le renforcement des compétences des autorités locales en charge du service public de l'eau.

Moyens d'action

<center>Accès à l'eau : ces voix qu'on n'entend pas !</center>
  • Faire pression sur le gouvernement français pour qu'il accepte de se pencher sur les modes de gestion de l'eau participatifs ; pour qu'il intègre nos propositions dans ses réflexions relatives à sa politique multilatérale pour un meilleur accès à l'eau ; pour qu'il cesse d'exporter son modèle de gestion de l'eau dans des pays où il n'est pas adapté.
  • Sensibiliser les citoyens et les associations françaises sur l'importance d'une gestion citoyenne du service public de l'eau ;
  • les informer de l'existence et de l'intérêt des modèles de gestions de l'eau participatifs ; les mobiliser pour qu'ils expriment leurs préoccupations au gouvernement français, notamment à travers une diffusion de la campagne et l'envoi des cartes postales.
  • Sensibiliser et mobiliser les futurs professionnels de l'eau, à travers une diffusion de la campagne dans les milieux étudiants ingénieurs, pour qu'ils prennent conscience de l'importance des questions sociales dans les projets d'accès à l'eau.

Votre participation est précieuse !

<center>Accès à l'eau : ces voix qu'on n'entend pas !</center>
La signature de la carte postale adressée au Président permet de le mettre devant ses propres engagements, et nous donne plus de poids pour être écoutés dans nos demandes. Il est donc extrêmement important que vous diffusiez largement la campagne autour de vous

Si vous êtes intéressés par une implication plus grande, n'hésitez pas à :

  • contacter vos élus locaux pour leur demander de se prononcer sur les choix opérés par la France dans le secteur de l'eau en envoyant eux aussi la carte postale ou un courrier au Président ;
  • vous renseigner sur les projets en coopération décentralisée menés par votre commune, et lui faire part des propositions de la campagne pour développer des projets d'accès à l'eau participatifs ;
    organiser des débats dans votre ville pour sensibiliser vos concitoyens, vos voisins, vos collègues etc.
  • mettre en pratique les propositions de cette campagne à votre propre échelle. Pour cela, il est important d'exprimer votre voix de citoyen dans les décisions qui concernent votre service public de l'eau. Il existe des instances de concertation locales, telles que les comités consultatifs de services publics locaux, ou les conseils de développement etc. Votre implication permettra de développer l'idée de gestion citoyenne du service de l'eau sur notre propre territoire. C'est aussi une marque de solidarité avec les populations qui subissent et se battent contre les projets financés par la Banque mondiale et la France.

Mardi 26 Avril 2005
Mercredi 29 Mars 2006
JEAN-LUC TOULY
Lu 7119 fois

Dans la même rubrique :

L'eau c'est la vie - 16/04/2008

Pétitions D'ACME | Pétitions des associations amies | Appels

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide