ACME
Nouveau livre de Roger Lenglet et Jean Luc Touly "Les requins de la fin de vie" chez Michel Lafon sortie le 1er octobre 2020 02/09/2020 COMMUNIQUE ACME ET FRICC : Veolia veut racheter Suez 31/08/2020 Communiqué : demande de commission d'enquête parlementaire sur la gestion catastrophique de l'eau en Guadeloupe par l'association guadeloupéenne Balance ton SIAEAG soutenue par l'ACME et le FRICC 25/08/2020 Compte rendu réunion préfet Guadeloupe et acteurs de l’eau en présence de l’association @balancetonsiaeag 02/07/2020 Courriers de Me Breham avocat de l'association @balancetonsiaeag (et de l'Acme et du Fricc) au président du SIAEAG et au Préfet de Guadeloupe sur la non exécution de l'ordonnance de référé du 22 juin 2020 condamnant le SIAEAG à fournir 9 litres d'eau 01/07/2020 1ère victoire en Guadeloupe pour les usagers de l'eau : Le Siaeag enjoint par la Justice de livrer quotidiennement un pack d'eau aux 207 requérants de l'association #BalancetonSiaeag 24/06/2020 Emmanuel Brechot sur Canal 10 Guadeloupe 19/06/2020 AFP Ouest France Nouvel Obs Le Figaro et TV5Monde : Guadeloupe des usagers de l’eau saisissent la justice 17/06/2020 Communiqué de presse du 15 juin 2020 : Référé de 207 usagers de l’eau de Guadeloupe et de l’association @balancetonsiaeag devant le Tribunal Administratif de Basse Terre 16/06/2020 Lettre d'une Guadeloupéenne de métropole 04/06/2020 Proposition de Résolution visant à la création d'une Commission d'enquête sur la gestion de l'eau en Martinique 02/06/2020 Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020 lundi, le Comité Citoyen du Sud Martinique a manifesté devant le siège de l'Espace sud à Sainte-Luce, première étape avant un bis répétita mercredi matin, devant le siège de la SME au Lamentin. Des bouteilles d'eau ornaient les grilles 19/05/2020 17 mai 2020 : France-Antilles (plainte pénale) et Martinique 1ère JT 19h 17 mai 2020 18/05/2020 Martinique Eau : deux mobilisations à venir du Comité citoyen sud de la Martinique 15/05/2020 Martinique : des coupures d'eau courante dans la commune de Sainte-Luce 13/05/2020 Martinique : Eau : « Certains ont intérêt à maintenir la situation en l’état » 13/05/2020 Odyssi introduit une action en justice contre la SME pour non respect du contrat qui les lie. Elle étudie la possibilité de contester la décision du tribunal judiciaire de Fort-de-France qui la condamne sous astreinte à rétablir l'eau à ses abonnés 10/05/2020 Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles 10/05/2020 France Antilles 9 mai 2020 : le scandale de la gestion de l’eau en Martinique comme en Guadeloupe n’a que trop duré 09/05/2020 PETITION POUR UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA GESTION DE L’EAU PAR VEOLIA EN GUADELOUPE 24/04/2020 COVID-19 ET NETTOYAGE DES RUES : LES MENSONGES DE LA MAIRIE DE PARIS PAR MARC LAIMÉ, 20 AVRIL 2020 20/04/2020 VIDEO CONFÉRENCE-DÉBAT : L’INCENDIE DU SIAAP PAR MARC LAIMÉ, 21 JANVIER 2020 22/01/2020 Menton conseil communautaire la gestion et le prix de l'eau au menu de la séance du 28 novembre 2019 (Nice Matin 30.11.19) 17/01/2020 Guadeloupe : GERMAIN PARAN,PRÉSIDENT DU CDUE « L'usager de l'eau doit être au centre des débats » 09/12/2019 La justice enquête sur la gestion de l'eau dans le sud de l'aisne dont le délégataire est VEOLIA 15/11/2019 Le Télégramme 8 novembre 2019 Eau Secours 29 les candidats aux municipales sous pression sur la gestion de l'eau 09/11/2019 Eau du bassin rennais succédera à Veolia le 1er février 2020 07/11/2019 Droit d'alerte et de retrait des salariés du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe) 03/11/2019 JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019
           
MEXICO 2006

libération : Facturer l'eau pour entretenir le matériel de pompage, une solution encore taboue.

«Agir localement pour relever un défi global.» Aujourd'hui s'ouvre à Mexico le quatrième Forum mondial de l'eau. Jusqu'au 22 mars, des milliers d'experts venus du monde entier viendront échanger leurs expériences sur le terrain. Objectif : répondre au besoin le plus urgent qui soit dans les pays pauvres, le manque d'eau potable et d'assainissement. Toumadiama (Mali) envoyée spéciale



Le prix de l'eau, c'est toujours trop cher !

libération : Facturer l'eau pour entretenir le matériel de pompage, une solution encore taboue.
Par Sylvie BRIET
Tata Konate est fontainière. Assise à l'ombre de son abri de branchages et de cartons, elle distribue l'eau potable qui sort du robinet «de l'aube au crépuscule», sept jours sur sept. «Je n'ai plus l'âge d'aller aux champs», dit-elle, offrant un sourire très édenté. Payée 30 francs par mois, elle vend l'eau 10 centimes CFA (1) le seau aux habitants de Toumadiama, village à 550 km au nord-est de Bamako. «Les gens réclament que ce soit 5 centimes le seau.» A quelques blocs de maisons en pisé, cinq femmes lavent leur linge autour d'une pompe manuelle. Mamadou Koita, en boubou jaune, président du comité des usagers de l'eau, veille sur les lieux. Ici c'est moins cher, 5 centimes les deux seaux. L'eau de Tata Konate est captée grâce à une pompe solaire qui fournit plus d'eau que n'en consomment les villageois. Mamadou pense qu'il faudrait profiter de ce surplus et arroser un jardin pour que «les femmes puissent faire du maraîchage». Les paysans qui ont un peu de bétail voudraient construire un abreuvoir. Le village doit se réunir et décider. Ce ne sera pas simple.


Service.

libération : Facturer l'eau pour entretenir le matériel de pompage, une solution encore taboue.
Au Mali, il existe autant d'histoires d'eau que de villages. Mais la question de l'eau payante, sujet tabou, réunit les villageois. D'ailleurs, du côté du gouvernement ou des bailleurs de fonds qui financent les installations, on parle de service de l'eau. Car les pompes si généreusement octroyées par un nombre impressionnant d'ONG de tous pays tombent en panne. Et personne n'a les moyens de les réparer. Dans un pays où la moitié de la population n'a pas accès à l'eau potable, le sujet est un enjeu de santé publique. Plus de 60 % des maladies sont dues à la mauvaise qualité de l'eau. Mamadou montre le cahier de comptabilité des compteurs qu'il tient : un cahier d'écolier avec sur la couverture une bande dessinée : «Sauver la vie d'un enfant diarrhéique».

Quand la pompe est cassée, les habitants retournent boire l'eau au puits traditionnel ou au fleuve, s'ils vivent à proximité. Des vieilles femmes sont encore persuadées que l'eau du fleuve, le Niger, guérit... «Nous avons eu des cas de choléra et de méningite, raconte Mamadou. Aujourd'hui ça va mieux.»

Plus loin au nord-est de Bamako, à 7 km de Tombouctou, Jocelyne et Aminata, deux sociologues, attendent, assises sur une natte dans l'entrée de la demeure du chef du village, Kabara, 3 000 habitants. Le maître des lieux arrivé, elles exposent le but de leur visite : elles réalisent une enquête pour la Direction nationale de l'hydraulique sur les besoins dans cette région, travaillent ensemble depuis 1996 et ont créé leur bureau d'études. Le chef de village ne se fait pas prier : «L'eau, ça nous pose beaucoup de problèmes, avec la pompe solaire, il n'y en a pas avant 10 heures du matin et jusqu'à 14 heures seulement. S'il n'y a pas de soleil, il n'y en a pas du tout. Il y a des pompes manuelles mais beaucoup de gens ne paient pas. Le comité des usagers a été dissous car il n'arrivait pas à faire fonctionner le système.»

Depuis quelques années, le gouvernement malien a lancé un vaste programme via l'Agence nationale de l'hydraulique et s'est déchargé du dossier sur les communes (lire encadré). Celles-ci sont maîtres d'ouvrage, à elles de se débrouiller. Elles délèguent la gestion à une association d'usagers reconnue par l'Etat : on propose aux villageois une pompe moderne, éventuellement un petit château d'eau, des bornes fontaines, et en échange ils paient leur eau mais pour le futur : l'argent est «économisé» pour le jour où il faudra remplacer le matériel. Les villageois sont libres d'accepter ou de refuser. Le plus souvent ils acceptent, ce qui ne signifie pas qu'ils jouent le jeu après. «Ils savent qu'une pompe est toujours bonne à prendre, explique Aminata. Mais nous avons travaillé sur des programmes où on ne leur demande pas leur avis : tel bailleur de fonds a telle pompe à donner et pas une autre.» Or chaque cas est particulier : les éleveurs préfèrent le puits traditionnel, que l'on peut moderniser pour que l'eau reste potable, car ils peuvent y puiser de grandes quantités pour leurs bêtes.

Contradictions.

libération : Facturer l'eau pour entretenir le matériel de pompage, une solution encore taboue.
Au bout du compte les impayés sont fréquents et importants avec, en tête des mauvais payeurs, le préfet, la gendarmerie, les centres de santé. Ainsi, dans le village de Bla, au sud de Ségou, le releveur venu s'étonner à la gendarmerie que le compteur d'eau indique le même chiffre depuis trois mois s'est retrouvé en prison. «Il m'a traité de voleur», déclare le commandant de gendarmerie. Le releveur a raconté sa mésaventure à Christian Lallier, anthropologue et réalisateur, qui vient de terminer un documentaire passionnant, l'Argent de l'eau. Il ne fait pas l'impasse sur les contradictions de la démarche : «C'est la question du politique, dès qu'il y a paiement, qui gère ?»

«La Direction nationale de l'hydraulique n'a pas les moyens de contrôler, répond Thierry Helsens, géologue, conseiller du bureau d'étude Antea qui travaille entre autres pour l'Agence nationale de l'hydraulique et aide les villages dans leurs choix techniques. Et que des gens si pauvres doivent donner de l'argent qui est mis sur un compte, cela me choque. Peut-être faut-il réfléchir à un autre système.» Pour résoudre une partie du problème, les Maliens ont mis en place le suivi-conseil : Yaya Dembele est l'un de ces auditeurs. Lui aussi parcourt les villages, après installation du matériel. Il revient discuter et lorsque la facture d'eau n'est pas réglée, il anime une réunion qui doit «faire surgir la vérité». Pas facile. A Kabara, les villageois réclament d'abord l'électricité qu'ils estiment normal de payer.

(1) 100 francs CFA équivalent à 15 centimes d'euro.

http://www.liberation.fr/page.php?Article=367489

Vendredi 17 Mars 2006
Vendredi 17 Mars 2006
Libération
Lu 2705 fois

Dans la même rubrique :

ACQUA AFRIKA - 03/05/2005

ACTUALITES D'ACME | Réunion Publique : DROIT DE L'EAU | MEXICO 2006

Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide