ACME

Le Journal le Télégramme du 27 août 2022 : Privatisation de l’eau : que font les autres États ? 28/08/2022 Table ronde dimanche 4 septembre 14h30-16h dans la Pagode : Tibet-Himalaya : L'eau douce, les enjeux environnementaux d'un écosystème menacé 28/08/2022 "Guadeloupe, l’île sans eau", un livre-enquête implacable 28/08/2022 Eau potable : dans quelle région de France est-elle la plus chère ? 28/08/2022 RCI : La Guadeloupe championne de France du gaspillage d'eau potable 28/08/2022 Guadeloupe, l’île sans eau : La faillite d'une autorité 28/01/2022 L'assainissement de la commune de Wissous passe en régie publique 10/01/2022 France Bleu IdF Journal de 7h30 du 10 janvier 2022 : Wissous reprend à Suez son assainissement en régie publique le 12 février 2022 10/01/2022 Wissous rejoindra le 12 février 2022 la Régie communautaire d’assainissement de Paris Saclay 06/01/2022 Guadeloupe, l’île sans eau : une histoire complexe 31/12/2021 Commission d'enquête sur la mainmise sur la ressource en eau par les intérêts privés et ses conséquences en Guadeloupe 08/06/2021 La gestion calamiteuse de l'eau en Guadeloupe : Cla Maria TV  ·  Entretien Exclusif avec Jean-Luc TOULY 01/05/2021 Plus d’un million de Français boivent une eau polluée par les pesticides 24/04/2021 SEDIF 20/04/2021 L'eau à Wissous ville essonnienne 20/04/2021 Communiqué du CREFOM sur le droit à l'eau en Guadeloupe soutenu par des associations guadeloupéennes, l'ACME France et le FRICC 18/02/2021 Assainissement : la Régie Eau d’Azur prend la main 09/02/2021 La SME toujours dans le collimateur du Comité Citoyen du Sud de Martinique 10/01/2021 A Lyon, la rente de Veolia tombe à l’eau 31/12/2020 Les citoyens inspirent la nouvelle directive sur l’eau potable 31/12/2020 Première partie  Veolia-Suez : genèse d’une affaire d’État 26/10/2020 Libération 7 octobre 2020 07/10/2020 Nouveau livre de Roger Lenglet et Jean Luc Touly "Les requins de la fin de vie" chez Michel Lafon sortie le 1er octobre 2020 02/09/2020 COMMUNIQUE ACME ET FRICC : Veolia veut racheter Suez 31/08/2020 Communiqué : demande de commission d'enquête parlementaire sur la gestion catastrophique de l'eau en Guadeloupe par l'association guadeloupéenne Balance ton SIAEAG soutenue par l'ACME et le FRICC 25/08/2020 Compte rendu réunion préfet Guadeloupe et acteurs de l’eau en présence de l’association @balancetonsiaeag 02/07/2020 Courriers de Me Breham avocat de l'association @balancetonsiaeag (et de l'Acme et du Fricc) au président du SIAEAG et au Préfet de Guadeloupe sur la non exécution de l'ordonnance de référé du 22 juin 2020 condamnant le SIAEAG à fournir 9 litres d'eau 01/07/2020 1ère victoire en Guadeloupe pour les usagers de l'eau : Le Siaeag enjoint par la Justice de livrer quotidiennement un pack d'eau aux 207 requérants de l'association #BalancetonSiaeag 24/06/2020 Emmanuel Brechot sur Canal 10 Guadeloupe 19/06/2020 AFP Ouest France Nouvel Obs Le Figaro et TV5Monde : Guadeloupe des usagers de l’eau saisissent la justice 17/06/2020 Communiqué de presse du 15 juin 2020 : Référé de 207 usagers de l’eau de Guadeloupe et de l’association @balancetonsiaeag devant le Tribunal Administratif de Basse Terre 16/06/2020 Lettre d'une Guadeloupéenne de métropole 04/06/2020 Proposition de Résolution visant à la création d'une Commission d'enquête sur la gestion de l'eau en Martinique 02/06/2020 Demande du Comité Citoyen du Sud de la Martinique de création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'eau désastreuse en Martinique et Guadeloupe 01/06/2020 La société Martiniquaise des eaux contrainte par la justice de rétablir l'eau courante à Sainte-Luce, à Rivière-Pilote et à Rivière-Salée 30/05/2020 Communiqué : Commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau en Martinique (SME) et en Guadeloupe (Générale des Eaux Guadeloupe) 24/05/2020 KMT 20 MAI 2020 Savoir et Réfléchir : la SME Société Martiniquaise des eaux filiale de la multinationale SUEZ 21/05/2020 Eau: vers la création d'une commission parlementaire La FRICC (Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption) demande en urgence la création d'une enquête parlementaire sur l'eau en Martinique et en Guadeloupe. Jean-Luc Touly, le Président es 21/05/2020 Eau en Martinique et en Guadeloupe : une commission d'enquête parlementaire « exigée » 20/05/2020 Communiqué de l'Acme et du Fricc : Demande de création urgente d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion désastreuse de l'eau par 2 multinationales depuis des décennies et ses conséquences des coupures et tours d'eau en Guadeloupe et Ma 19/05/2020
à la recherche d'articles
Inscription à la newsletter
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28          
Brèves
21/11/2022

Sedif : passez à l'eau engagée

JEAN-LUC TOULY
02/09/2019

L'eau de Saint-Martin toujours polluée

JEAN-LUC TOULY
22/06/2018

Vittel vit-elle ?

JEAN-LUC TOULY
A la recherche de la Re-municipalisation

La jacinthe d’eau sur le fleuve Niger : Cette envahissante jugée nocive peut devenir rentable et très utile  24/11/2006

La jacinthe d’eau
Le Niger est recouvert à 75 % par le désert du Sahara. L’eau y est rare et le fleuve Niger constitue une grande richesse pour le pays et sa population. Cette importante source d’eau est aux prises avec une problématique environnementale causée par la prolifération d’une plante aquatique envahissante appelée la jacinthe d’eau. Cette dernière se multiplie très rapidement et finit par couvrir la surface de l’eau, étouffant ainsi la vie aquatique. C’est donc une réelle menace pour ce réseau d’eau si précieux

Grâce au soutien financier de l’Agence canadienne de développement international (ACDI), les Œuvres du cardinal Léger appuient l’École instrument de paix (ÉIP), une organisation non gouvernementale (ONG), dans ses démarches pour transformer cette menace en bienfaits pour la population. Ces efforts de protection de l’environnement ont, à bien des égards, des répercussions positives sur la vie des Nigériens.

La jacinthe d’eau est une plante tropicale originaire de l’Amérique du Sud. Ce végétal aquatique flottant et dit envahissant se retrouve maintenant sur les cinq continents et dans plus de 50 pays. Il est considéré comme un fléau puisqu’il forme en surface de véritables tapis opaques, asphyxiant les cours d’eau et empêchant aussi la navigation et la collecte de l’eau pour l’irrigation. Il rend donc la vie difficile à d’autres espèces de plantes et d’animaux aquatiques, dont les poissons qui ne peuvent supporter les hauts taux de nutriments organiques qui finissent par s’accumuler. À la longue, la plante en vient, ni plus ni moins, à tuer les plans d’eau. La jacinthe d’eau représente aussi une autre menace importante pour la santé des Nigériens puisqu’elle constitue un excellent abri pour la ponte des œufs des moustiques, responsables de la transmission de la malaria.

L’ÉIP a décidé d’intervenir dans trois villages situés sur les berges du fleuve Niger, soit Wali, Séno et Bébatan, pour transformer cette problématique de la jacinthe d’eau en occasion de développement. En valorisant ses diverses utilités, les villageois ont pour effet de protéger non seulement les plans d’eau, mais aussi les conditions de vie des Nigériens.

Des propriétés à exploiter

Même si elle peut être très nocive, la jacinthe d’eau possède des caractéristiques bienfaisantes qui peuvent se révéler des solutions durables aux problèmes des Nigériens. Tout d’abord, l’ÉIP a commencé par enseigner aux agriculteurs la façon de produire du compost à partir de la plante aquatique. «L’Université de Niamey a fait des études sur l’engrais fabriqué avec la jacinthe d’eau. Les résultats démontrent que ce type d’engrais organique donne un meilleur rendement que les engrais chimiques. D’un point de vue économique, c’est très bon pour les Nigériens, car ils voient leurs rendements augmenter et ils ne doivent plus acheter d’engrais», explique Carmen Dupont, gestionnaire des programmes des Œuvres du cardinal Léger en Afrique.

Les tiges de jacinthes d’eau sont aussi utilisées pour faire de la vannerie. «Les femmes confectionnent des paniers et toutes sortes d’objets d’artisanat qu’elles utilisent dans leur vie quotidienne. Elles peuvent aussi vendre ces objets», poursuit la gestionnaire.

De plus, la jacinthe d’eau est une plante très performante lorsque vient le temps de purifier l’eau. Dans des bassins de décantation creusés sur différents paliers, la plante assimile le phosphore des eaux usées. Cette propriété n’est pas négligeable dans un pays où seulement 43 % des habitants ont accès à de l’eau potable.

Actuellement, l’ÉIP mène aussi des expériences pour arriver à fabriquer des briquettes de matière organique à base de jacinthes d’eau. «i[Pour cuisiner, les Nigériens prennent toutes sortes de matières combustibles pour faire un feu, principalement le bois. Comme les arbres sont rares au Niger, il est clair qu’il faut empêcher l’augmentation de la désertification. b[Les briquettes à base de jacinthe d’eau, séchées et compactées, pourraient s’avérer une alternative prometteuse pour réduire l’utilisation du bois comme combustible pour faire la cuisine]b]i», souhaite Mme Dupont qui se rendra bientôt au Niger pour voir les dernières avancées de ce projet de recherche.

L’environnement et plus encore
Si le point de départ d’intervention de l’ÉIP est la protection des ressources environnementales, l’ONG en fait bien davantage pour la population. Afin d’accroître l’autonomie financière des villageois, l’ÉIP encourage les familles à diversifier leurs revenus. L’organisme donne un coup de main aux femmes qui souhaitent exploiter de petits commerces, souvent avec des produits dérivés de la plante aquatique. «Nous permettons aux femmes d’avoir accès à du microcrédit. Elles apprennent ainsi à gérer un fonds avec lequel elles peuvent se prêter de l’argent entre elles. Ce sont des notions élémentaires de gestion, mais avec un tel système, elles arrivent à faire beaucoup», affirme Mme Dupont.

L’ÉIP fait également de la sensibilisation et de l’éducation auprès de la population à propos des principes de base de protection de l’environnement. Les villageois apprennent l’importance de conserver les arbres pour empêcher la désertification. Des formations sur la plantation d’arbres sont aussi organisées pour les familles et les écoles.

Les différents ateliers de l’ÉIP permettent ainsi aux Nigériens de développer de nouvelles connaissances et compétences. «Lorsque nous comparons les villages appuyés par l’ÉIP à d’autres qui ne le sont pas, nous observons rapidement une différence au plan organisationnel. Les villages appuyés sont mieux structurés, il y a une meilleure solidarité entre les hommes, les femmes et les jeunes, et leurs actions sont plus efficaces», constate Mme Dupont.

Enfin, au Niger, 85 % de la population est analphabète. Ainsi, dans toute initiative, l’ÉIP fait de l’alphabétisation fonctionnelle. Par exemple, les villageoises doivent savoir lire les chiffres et calculer pour gérer un fonds de microcrédit.

Ces différents types d’apprentissage apportent de grands changements dans la vie des Nigériens. «Au Mali, une femme m’a déjà raconté qu’elle se faisait toujours voler lorsqu’elle allait vendre son riz au marché parce qu’elle ne reconnaissait pas les chiffres sur la balance. Cette situation se produit aussi au Niger. Depuis qu’elle a suivi quelques ateliers d’alphabétisation, cette commerçante peut reconnaître les chiffres, savoir combien de kilos elle vend et le montant qui lui revient. Elle contrôle donc mieux son profit. C’est quelque chose de grand pour ces personnes qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école. Elles gagnent beaucoup de confiance en elles, ce qui est un gage de durabilité dans le développement. On peut ainsi parler d’éveil de la population», conclut Mme Dupont.


Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide