ACME

JT 19/20 France 3 22 octobre : Pollution : menace sur la Seine après l'incendie d'Achères 23/10/2019 Rapport eau assainissement SISPEA SEPTEMBRE 2019 DONNEES 2016 15/10/2019 Chlordécone, canalisations vétustes : l'eau de Martinique au centre des interrogations 15/10/2019 Guadeloupe : l'eau potable devient rare pour les habitants 15/10/2019 Quand l’eau potable ne coule plus aux robinets en Guadeloupe JT 13h France 2 14 octobre 2019 14/10/2019 Marc Laimé, consultant spécialisé dans les politiques de l'eau et Fabien Bouglé, ancien vice-président de la Fédération environnement durable, débattent pour RT France de la dangerosité des sites Seveso pour les populations vivant à proximité 02/10/2019 Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris par Marc Laimé 27 septembre 2019 28/09/2019 La commission d’enquête parlementaire sur la pollution au Chlordécone est arrivée en Guadeloupe. Les auditions commencées en Martinique se poursuivent désormais en Guadeloupe 20/09/2019 SIAEAG : la police déloge les occupants de Moun Gwadloup 20/09/2019 Guadeloupe Eli Domota proçès de l'ancien président du SIAEAG Amelius Hernandez 13 septembre 2019 15/09/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME France sur la question de la gestion désastreuse de l'eau en Guadeloupe 12/09/2019 Embrun : la mairie reprend l’eau potable en main, les prix chutent de 30% 10/09/2019 JT France 2 20h 29 août : Eau : les mairies font baisser la facture en reprenant la gestion de leur réseau 02/09/2019 Pourquoi la Communauté de 13 Communes du Briançonnais 21 000 habitants résilie le contrat et comment sera géré l'assainissement demain ? 05/07/2019 DOMBASLE-SUR-MEURTHE | CONSEIL MUNICIPAL Le rendement de l’eau de 50.29% inquiète les élus et c'est Suez qui a le contrat depuis 2011 05/07/2019 Eau impropre à la consommation à St-Martin: la contamination est dans les canalisations 04/07/2019 CHLORDÉCONE : LES ANTILLES "CHAMPIONNES DU MONDE" DES CANCERS DE LA PROSTATE 04/07/2019 Le directeur général d’OTV se désiste de sa plainte en diffamation contre Le Monde… Il se passe décidément toujours quelque chose au SIAAP ! 04/07/2019 VIDEO : LE SCANDALE DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES URBAINES, PAR MARC LAIMÉ 04/07/2019  La Cour des comptes s’attaque aux ex-indemnités d’élus du SIAAP  01/07/2019 Saint-Martin: l'eau impropre à la consommation 28/06/2019 Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau 25/06/2019 SIAAP-VALENTON : LE RETOUR DE LA SEMOP 23/06/2019 NOUVELLES DU FRONT (BLEU) 23/06/2019 Communiqué du FRICC et de l'ACME du 20 juin 2019 sur la gestion de l'eau en Martinique 20/06/2019 Martinique : CAP Nord : le marché de l’eau annulé par le tribunal administratif 20/06/2019 Risque de reprise de la SEMOP au SIAAP 20/06/2019 L’enquête sur l’eau contaminée à Flint retourne à la case départ 17/06/2019 Le Premier ministre s’est à nouveau aventuré hier à promettre un nouvel « assouplissement » du transfert obligatoire des compétences eau et assainissement, sous forme cette fois d’éventuelle subdélégation "à la carte" aux communes des compétences déj 16/06/2019 Puy-de-Dôme : Veolia lui réclamait 41 000 € de facture d'eau, 9 ans après elle gagne en justice 13/06/2019 Grand Sud Caraïbe : la gestion unique de l'eau oui mais pas à n'importe quel prix 13/06/2019 La gestion de l’eau dans le Nord est en pleine effervescence 13/06/2019 Courrier du comité sud Martinique aux 3 présidents d'EPCI 02/06/2019 Le Président de l’Agglomération, Yvan Lachaud, a annoncé une nouvelle baisse du prix de l’eau pour les usagers de l’Agglomération … payée par les usagers nîmois ! 01/06/2019 Réunion avortée entre le comité citoyens du Sud et la SME à la mairie de Ste Luce 23 mai 2019 24/05/2019 Question sur la gestion de l'eau en Guadeloupe "L'argent de l'eau était là... Il y a eu des trains de vie somptuaires dans des proportions extraordinaires, dans certain cas l'eau était remplacé par le champagne " Yves COLCOMBET, Président de la Chamb 22/05/2019 France Info Martinique 1ère 7 mai 2019 : La facture de l'eau semble de plus en plus trouble en Martinique 08/05/2019 Martinique 1ère journal 19h 5 mai 2019 : La gestion de l'eau en Martinique est très chère et trouble 06/05/2019 Martinique, l'eau la plus chère de France  « Dénoncer les abus autour du prix de l'eau » 06/05/2019 Population de la Martinique  le comité citoyen du Sud de la Martinique vous invite à venir nombreux à la grande  réunion d information sur les problématiques de l eau  le vendredi 3 mai 2019  à 18 heures à la mairie de Sainte Luce 28/04/2019
à la recherche d'articles
Inscription à la newsletter
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
Brèves
02/09/2019

L'eau de Saint-Martin toujours polluée

JEAN-LUC TOULY
22/06/2018

Vittel vit-elle ?

JEAN-LUC TOULY
A la recherche de la Re-municipalisation

le Boom de l'éthanol pourrait entraîner pauvreté et famine...  06/04/2007

le Boom de l'éthanol pourrait entraîner pauvreté et famine...
source AFP

Le boom de la production d'éthanol aux Etats-Unis pourrait avoir des "conséquences dévastatrices pour la pauvreté et la sécurité alimentaire mondiales". Voilà une des conséquences peu attendues de ce revirement écologique des Etats Unis. La forte demande de maïs fait flamber les cours comme ceux des autres denrées alimentaires, selon une étude à paraître dans la revue Foreign Affairs. "Les volumes énormes exigés par l'industrie de l'éthanol sont en train de provoquer des ondes de choc dans le système alimentaire", avertissent C. Ford Runge et Benjamin Senauer, professeurs d'économie à l'Université du Minnesota et auteurs de l'étude.
L'usage de plus en plus fréquent de l'éthanol comme biocarburant, la flambée des prix qui en résulte, cette situation est source d'une menace grave et prévisible pour l'alimentation des 2,7 milliards de personnes dans le monde qui vivent avec moins de deux dollars par jour, avertissent les auteurs de cette étude.

"Remplir le réservoir d'un 4x4 avec 25 gallons d'éthanol pur (94,5 L) nécessite plus de 450 livres de maïs (204 kg), soit suffisamment de calories pour nourrir une personne pendant un an", écrivent MM. Runge et Senauer.

En fait, la pression écologique, le prix du pétrole sont les ferments de cette catastrophe alimentaire dont l'intensité est fonction de la hausse des cours. Si les cours du pétrole restent à un niveau élevé, "l'accroissement rapide de la production mondiale de biocarburant va faire monter les prix du maïs jusqu'à 20% d'ici à 2010 et de 41% d'ici à 2020", d'après les prévisions.
Ce phénomène risque de s'étendre à d'autres denrées alimentaires comme le blé ou le riz, "au fur et à mesure que les agriculteurs délaisseront ces cultures au profit du maïs".
Toujours selon les auteurs, chaque fluctuation de 1% des cours de produits de première nécessité pourrait se traduire par une augmentation de 16 millions de personnes en danger alimentaire. "...1,2 milliard de personnes pourraient régulièrement souffrir de la faim d'ici à 2025, soit 600 millions de plus que ce qui était précédemment prévu



article d'ALTERNATIVES
Benoîte Labrosse - 29 mars 2007

Éthanol Trop tôt pour donner le feu vert
Dans la course contre la montre pour trouver une alternative au pétrole, un carburant semble se détacher du peloton : l'éthanol. Solution miracle pour les uns, catastrophe écologique, il fait l'objet de bien des convoitises...

L'éthanol, c'est d'abord l'affaire du Brésil et des États-Unis. À eux seuls, les deux pays en produisent annuellement plus de 30 milliards de litres. Environ 70 % de la réserve mondiale ! Les deux géants mondiaux de la production de cet alcool à fort indice d'octane viennent d'unir leurs efforts avec un accord de coopération, signé en grande pompe, le 9
mars, à Sao Paulo, par les présidents George Bush et Luiz Inacio Lula da Silva.

Selon plusieurs spécialistes, l'accord américano-brésilien ouvre la voie à une future « OPEP de l'éthanol ». L'analogie avec le célèbre cartel du pétrole semble bien choisie. Car si l'objectif d'un développement conjoint de la filière éthanol demeure la réduction de la dépendance au pétrole, il reste à savoir quelles sont les vertus réelles de cette énergie dite « verte », qu'on peut produire à partir de tout ce que contient du sucre ou des matières convertissables en sucre, tels le maïs, la canne à sucre, le blé ou encore la betterave. Comme il ne contient pas d'eau, l'éthanol s'incorpore aisément à l'essence traditionnelle pour en réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Tous les véhicules vendus en Amérique du Nord depuis les années 1970 peuvent rouler avec de l'essence contenant jusqu'à 10 % d'éthanol (E10). De quoi réduire de 3 à 4 % les GES par litre de carburant consommé. Pas surprenant que dans leur discours, les dirigeants mettent surtout de l'avant les vertus environnementales de cette énergie dite « verte » telles la diminution des GES et l'utilisation de ressources naturelles, renouvelables et facilement accessibles.

Mais l'éthanol possède aussi un côté plus sombre. Le responsable de la campagne OGM de Greenpeace Canada, Éric Darier, juge même que les gouvernements qui en font la promotion aveugle se rendent coupables de « greenwashing, une forme de propagande gouvernementale verte pour faire passer des mesures avant tout économiques ». Selon lui, le développement de la filière étasunienne de l'éthanol ne découle pas d'une quelconque
volonté écologique, mais plutôt... de la fermeture des marchés européens au maïs génétiquement modifié au début de la décennie.

M. Darier explique qu'après le boycott européen, il a fallu que le gouvernement américain vienne en aide aux états de la Corn Belt - l'Iowa, l'Indiana, l'Illinois et l'Ohio - dans laquelle se retrouve la moitié de la production de « blé d'Inde » du pays. « Au départ, c'était avant tout pour aider les producteurs de maïs à diversifier le marché après une surproduction qui a fait baisser les prix », juge ce spécialiste des OGM. L'éthanol de maïs semble alors une solution tout indiquée, surtout qu'il permet au passage à l'Oncle Sam de soigner son image de héraut de la défense de l'environnement.

Toutefois, si l'on se fie aux récentes publications du professeur David Pimentel, de l'université étasunienne de Cornell, l'éthanol de maïs est loin d'être aussi écologique qu'il en a l'air. En fait, c'est plutôt le contraire. « La production de maïs aux États-Unis érode le sol 12 fois plus rapidement qu'il ne peut se régénérer. Et elle draine la nappe phréatique 25 % plus rapidement que son taux de renouvellement naturel. »

Certains des effets secondaires de l'éthanol seraient probablement plus supportables si le carburant avait une balance énergétique positive. Autrement dit : si sa combustion produisait davantage d'énergie qu'il n'en faut pour le produire. Mais ce n'est pas le cas. La majorité des chercheurs s'entendent même pour dire que la production d'éthanol nécessite 30 % plus d'énergie qu'elle n'en génère ! De surcroît, comme le fait remarquer le professeur Pimentel, presque toute l'énergie utilisée est d'origine fossile, ce qui annule une bonne partie des effets positifs recherchés. Sans parler des pesticides utilisés par les agriculteurs.


Chez nos voisins du Sud
Au Brésil, la situation est quelque peu différente. D'abord, l'éthanol y est utilisé depuis 1925. De plus, il est fortement subventionné depuis la crise pétrolière de 1973. Produit à partir de la canne à sucre, l'éthanol brésilien est moins taxé que l'essence et il fait rouler huit voitures neuves sur dix. L'essence mixte contient jusqu'à 85 % d'éthanol (E85), un carburant qui convient à des moteurs spéciaux - dits flex fuel ou polycarburants - de plus en plus populaires. De tels moteurs permettent de réduire des trois quarts les émissions GES des véhicules.

À première vue, la canne à sucre produit un meilleur rendement énergétique. Il est aussi moins dommageable pour les sols que le maïs


S-EAU-S
Le Blog de Marc Laimé, Journaliste et membre de l'association ACME
Association Agir Pour l'Environnement
Evelyne Gaillet Licenciée par DALKIA, VEOLIA Energie.
Les News
Infos XML
Mentions légales
Pour une recherche d'articles par thèmes, cliquez sur le mot de votre choix !
actions juridiques adhésion affaires troubles afrique agences de l'eau agriculture algerie algues bleues algérie angleterre anti-gaspillage argentine arnaques ? asie assainissement assainissement non collectif associations associations en lutte australie banque mondiale barrage barrages ben s'mim biogaz bolivie bordeaux bretagne brésil canada castres cge chili chine coca cola cognac colloque colloque 2006 colloques 2006 compteurs condamnation contentieux contrats contrats en contentieux corruption corse cyanobactéries danasi dessalement droits de l'eau déchets eau embouteillée eau potable ecocide edf enel film financements de projets france-libertés fuites fusion gabon gestion alternative grenelle de l'environnement guerre de l'eau inde investissement islande israel l'europe de l'eau las vegas les antilles lille lobby lobbying loi oudin santini loi sur l'eau luttes lyon maladies mali manifestations marché de l'eau maroc mauvais rendement messier mexico 2006 mexique mortalité médicaments neufchateau niger nitrates nucléaire observatoire parisien paris pascua lama pauvretés perou pollution pollution de l'eau pollution de l'eau potable pollution des nappes pollution eau potable pollution minière pollutions pollutions agricoles pollutions de l'eau pollutions des nappes pollutions des rivières pollutions industrielles portraits ppp privatisation prix de l'eau proglio pérou pétition que choisir? quebec quimper radio radioactivité rechauffement climatique remunicipalisation renégociation réchauffement climatique réunions publiques santini saur sedif services publics à vendre services publiques à vendre solutions suez suisse sécheresse tentatives remunicipalisation toulouse touly unesco université de l'eau uruguay usa varages veolia veolia orient, l'affaire vivendi véolia zimbabwe écocide